Une vie dans la main

Pour la première fois de mon existence, ou tout du moins d’aussi loin que je m’en souvienne, je n’avais jamais tenu de bébé dans mes bras. Mais ça y est, j’ai rencontré ma toute première nièce de quelques jours, fondatrice involontaire de sa génération dans notre famille pourtant relativement étendue.

On a beau s’y attendre, il est impossible de ne pas se sentir fasciné. Je veux dire que, je sais pertinemment que cette petite ne va très certainement pas avoir un destin fabuleux du genre qu’on trouve dans la mauvaise fan-fiction, mais par sa seule existence, elle a évidemment déjà un impact énorme sur toute la famille: la proximité de coeur fait bien plus que compenser le manque d’exotisme ou de fabuleux d’un nourrisson. En poussant un peu, on pourrait dire qu’un Univers entier est né avec sa conscience – un Univers pas aussi important ni vaste que celui d’autres, surtout pour l’instant, mais dont on fait déjà partie. Et c’est ça qui compte.

Oh, on peut railler le fait que le père, les oncles et les grand-pères soient tous subitement gagas devant elle. Qu’on s’y attende n’y change rien, et il est vain – et incongru ! – de se battre contre sa nature. C’est inscrit en protéines de feu dans nos gènes, comme la soif ou l’impulsion de faire des pieds et des mains pour l’attention des filles. Sans cet instinct d’émerveillement déraisonné devant la petite demoiselle, ses mimiques oscillant entre hilarité, consternation et étonnement quand elle rêve, ses grognements aigus et ses tentatives un peu maladroites de nous dévisager quand elle daigne être réveillée, nous ne serions pas tout à fait nous-même.

Publicités

Même les singes fuient le paradis social-démocrate

Communiqué de l’Agence Fausse Presse:
Les dirigeants du Zoo de San Diego sont à court d’idées: leurs orang-outans alignent tentative d’évasion sur tentative d’évasion depuis 1985, de façon chaque fois plus inventive et efficace. « Je ne comprends pas pourquoi ils veulent tellement sortir à ce point. Je veux dire, ils ont la nourriture gratuite, les soins gratuits, des loisirs à volonté, l’accès libre à des partenaires sexuels, et n’ont même pas à s’inquiéter de rentabilité ou d’économie car on s’en charge pour eux… C’est tout simplement incroyable. » affirme avec consternation le curateur responsable des primates, « On les soigne avec amour et désintérêt, mais c’est comme s’ils nous en voulaient de leur captivité quand même. »

Les vandales jardinent, le retour

Et cette fois ils en profitent pour mettre vos chiens à la fourrière, c’est comme ça, c’est cadeau. A quoi bon s’excuser, c’est pas comme si ils avaient des responsabilités vis-à-vis du vulgum pécus, hein ?

Tous mes voeux républicains de bonheur obligatoire par arrêté judiciaire!

La cour d’appel a tranché: monsieur et madame sont re-mariés, par décision d’un juge tiers, à la demande d’une garde des sceaux extérieure à l’affaire, pour satisfaire les petites lubies d’un mélange con-trasté d’intégristes et activistes aux vélléités contradictoires, à qui on n’avait pourtant rien demandé.

Bon. Et maintenant ? Quelles conséquences à ce nouveau pouvoir de la cohue bien-pensante et mal-agissante des Matons de Panurge, de décider à votre place comment choisir votre époux/se ?

Evident: les mariés (ça ne se limite pas aux musulmans) qui accordent de l’importance à la virginité de leur futur(e) vont simplement la (faire) vérifier expressément, de visu. C’est chouette. Les vrai(e)s vierges par conviction apprécieront… Corollaire, la chirurgie de l’hymen va devenir une mode dans certains milieux, puisque maquiller les faits et mentir sont impunis.

Il est aussi probable que ce nouveau pouvoir va se trouver de nouvelles voies à explorer. Ben oui, puisqu’il suffit de bêler assez fort tous ensemble pour imposer ses propres critères de mariage aux autres ou leur faire renoncer par la force de la maréchaussée à ceux qu’ils pourraient appliquer, on ne va pas s’arrêter là ! Ainsi, oubliez tout choix personnel de ne vous marier qu’avec un(e) fan de Second Life, un imitateur de Claude François ou un(e) champion(ne) d’échecs.

« Tu n’est pas la personne que j’ai épousé ! » ne vaut désormais plus rien, puisque le mensonge et la tromperie en vue d’obtenir sciemment le mariage contre l’avis de l’autre ne sont plus des motifs d’annulation.

La Grande Bretagne en guerre contre le sperme

Communiqué de l’Agence Fausse Presse:
Le Royaume de Sa Majesté déclare la guerre au sperme: après avoir interdit, sous peine de stricte punition, toute rémunération ou gratification en échange du don de sperme, la Grande Bretagne a également forcé les donneurs à se déclarer publiquement, pour humiliation publique – mais aussi pour permettre aux bénéficiaires des dons de pomper un peu plus les géniteurs à coups de pensions alimentaires ? Quoi qu’il en soit, les premiers résultats sont encourageants, avec une chute brutale du nombre de donneurs.

Photoshopagande:

(Via TheRegister)


 

Puisqu’on vous dit que le Cher Leader va très bien !

Les vandales font des affaires sur Ebay:

Qu’est-ce qui est encore mieux qu’avoir un boulot à vie consistant à être payé pour fouiller dans les valises des gens ? C’est facile: avoir un boulot à vie consistant à être payé pour fouiller dans les valises des gens ET revendre leurs affaires sur Ebay.

1, 2, 3, Soleil !

L’accomplissement, c’est aussi ça:

F-rance Info: malhonnêteté ou incompétence crasse ?

(Relevé par Pierre-Yves)

Lorsque Alan Greenspan dit:

… the very factors of globalisation, which have been so extraordinary beneficial to the world at large and have taken hundreds of millions of people out of poverty …

… ce qui signifie très exactement « ces mêmes facteurs de mondialisation, qui ont été si extraordinairement bénéfiques pour le monde entier et ont tiré des centaines de millions de gens hors de la pauvreté », eh bien PravdaFrance Info traduit par:

… c’est le problème de la globalisation, qui a été extraordinairement bénéfique, mais qui a jeté des millions de personnes dans la pauvreté …

Alors, malhonnêteté ou simple incompétence crasse ?

J’ai croisé EDVIGE…

…et elle m’a parlé de toi.
– De moi ?
– Oui, de toi.
– Mais… on se connaît ?
– Moi je te connais, en tout cas. EDVIGE m’a tout dit.
– Fichez-moi la paix !
– La paix, je sais pas, mais toi, oui, je t’ai bien fiché.
– Mais ça suffit ! Laissez-moi tranquille, je ne vous ai rien fait !
– Je sais que t’as rien fait, EDVIGE me l’a dit. Mais ça pourrait changer.
– Aaaaaaaaaargh !