La Suisse sort de l’Euro

Communiqué de l’Agence Fausse Presse:
Beaucoup annonçaient que ce serait soit la Grèce soit l’Allemagne qui étaient les plus susceptibles de sortir de l’union monétaire européenne, mais non ! C’est bien la Suisse, dernière arrivée dans l’union monétaire après avoir adopté une parité fixe entre Franc suisse et Euro en septembre 2011, qui a brutalement annoncé ce matin sa sortie de cette union monétaire. Le Franc suisse a jailli de plus de 30% en valeur dans l’heure avant de se stabiliser à un taux relatif à l’euro d’environ 25% supérieur au taux de départ, quasiment à parité avec la monnaie commune de l’UE. Il n’y aura pas de seconde Porsche pour un bon nombre de traders du Forex cette année, snif.

CHF-EUR-gifle

Et maintenant, quoi ?

Après le temps de l’émotion vient le temps de la réflexion. Une réflexion qui se doit d’autant plus prudente qu’elle se fait directement après un attentat terroriste.

Considérant le but d’un tel attentat, il convient de se garder de mesures hâtives souvent dictées par un besoin de sécurité : si ces mesures n’ont jamais apporté plus de sécurité (si c’était le cas nous ne pleurerions pas aujourd’hui), elles ont au contraire amené de la défiance, de la peur, et surtout des privations de liberté pour chacun d’entre nous. Un seul exemple : qui aurait pu imaginer il y a seulement 20 ans que des très jeunes enfants prenant l’avion se feraient palper et scanner ? Et pourtant, un seul attentat – certes spectaculairement meurtrier – a suffit à faire de ce cauchemar une réalité.

Au lendemain des attentats que nous avons subi, nous devons nous garder de telles dérives et nous demander si, au contraire, il ne serait pas bénéfique de rendre leurs libertés à nos concitoyens.

2 pistes jetées dans la mare :

Tout d’abord, la prison est un terreau fertile pour tous types de déviances mentales (le terrorisme et la radicalisation me paraissent être un exemple frappant de déviance mentale). Est-il nécessaire d’y envoyer certains condamnés pour les jeter dans les bras de gros durs charismatiques en recherche de chair à canon influençable ? Je pense aux petits dealers locaux qui ne font que « commercer » du shit sans attenter à la sureté de leurs prochains… Il serait, ce me semble, intéressant de dépénaliser voire amnistier certains délits que la loi réprouve. Un vice n’est pas un crime.Quand aux autres condamnés non-violents, pourquoi ne pas trouver une autre échelle de peine ? Il me semble que l’indemnisation directe, par le travail ou le paiement, de la victime serait plus profitable pour tout le monde.

Mais surtout, il me semble vital de libérer la liberté d’expression, d’abroger chacune des lois la limitant, et de la faire vivre et grandir dans notre pays. Il faut que chacun s’habitue à être choqué par ce qu’il lit ou entend, et s’en réjouisse.En tête, les médias, l’ « élite intellectuelle » et les Hommes politiques se doivent de donner l’exemple. Alors, et seulement alors, ils seront vraiment tous « Charlie ». Parce que non, un livre ne fait pas « vomir » et ne donne pas « la gerbe » comme on a pu l’entendre ces derniers mois pour couper court à toute discussion. Un livre, ce n’est pas un plat d’endives au gratin (beurk!), un livre c’est juste de l’encre sur du papier. Et si ça peut émouvoir de plein de façons différentes ça ne donne pas de symptômes physiques aussi violents qu’une fermeture brutale de l’anneau pylorique et ses conséquences fâcheuses. Pour réduire au silence une idée néfaste, il convient de la démonter par l’argumentation. L’éviter, la diaboliser et la censurer, c’est la couver, la nourrir et la faire grandir.

Alors arrêtons les enfantillages et parlons nous vraiment… Soyons libres et responsables, et n’ayons plus peur des mots !

C’est une guerre psychologique, ne leur laissons pas l’avantage !

Le but d’un attentat terroriste est d’instiller la peur pour modifier le comportement de la cible. L’attentat de Charlie Hebdo, au delà de l’atteinte au journal et aux journalistes eux-mêmes est une atteinte à la liberté d’expression, et c’est surtout un message fort des fondamentalistes islamistes adressé au monde entier pour que les libres penseurs modifient leur comportement et pratiquent l’auto-censure.
 
Il est regrettable de voir que, passée la stupeur de l’attentat meurtrier de mercredi dernier, nous avons commencé à céder au chantage des terroristes. 
 
Certes, nous soutenons la liberté d’expression – encore que des voix d’idiots s’élèvent de plus en plus pour souligner que ces caricaturistes l’avaient peut-être bien cherché (est-ce étonnant de la part d’une Nation qui a accepté il y a à peine un an que le premier ministre actuel poignarde d’un énième coup de canif le principe même de la liberté d’expression ?) Certes, nous arborons, qui sur les réseaux sociaux, qui sur un joli t-shirt flambant neuf, qui sur une pancarte à la faveur d’un rassemblement républicain le joli logo noir « Je suis Charlie ».
 
Mais est-ce cela, résister au terrorisme ? Avons nous oublié que les actes comptent autant sinon plus que les paroles ? Le plus important à mon avis n’est pas de scander « Je suis Charlie » en rythme avec ses concitoyens. Le plus important est surtout de ne pas céder à la terreur, de ne pas pratiquer l’autocensure, et donc de ne pas tout mettre en suspens (émissions de radio, cérémonies des voeux diverses et variées, fermeture de bâtiments publics même dans les petites villes…) comme on commence à le voir un peu partout. Il nous faut continuer à vivre et ne rien changer à nos habitudes pour dissuader les terroristes à venir – car il y en aura, il y en a toujours. Montrons leur que tous les efforts qu’ils pourraient déployer n’aboutiront à aucun résultat, voire seraient contre-productifs.
 
Contre-productifs, car à bien y réfléchir il y aurait bien une chose à modifier dans nos comportements suite à cet attentat : redoubler d’audace et faire vivre la liberté d’expression. La faire vivre vraiment, pas simplement quand ça nous arrange. Et surtout dans l’immédiat, prendre un crayon et croquer ces deux immondes salopards meurtriers en porcs dégueulasses, les moquer et les ridiculiser – eux et l’idéologie jihadiste mortifère qu’ils représentent – en les présentant comme les pré-adolescentes capricieuses, geignardes et trépignantes incapables de supporter la moindre contrariété qu’ils sont.
_

Ne jamais cesser de se moquer

La tactique de Daesh pour affaiblir la France consiste à assassiner des dessinateurs et journalistes afin d’intimider tous les autres, parce qu’ils craignent le ridicule presque autant que les balles et les obus. C’est un objectif à court terme, et qui est en train de se révéler contre-productif. Mais ce n’est pas très grave pour eux car…

… la stratégie de Daesh en France consiste à instrumentaliser la réaction populaire massive contre ces meurtres pour confronter les musulmans de France aux critiques les plus radicales de l’Islam (et aux critiques de l’Islam le plus radical) afin de forcer leur main et les coincer dans une fausse dichotomie: choisir entre s’associer à ceux qui vont s’empresser de diffuser massivement tout ce qui caricature de près ou de loin l’Islam ; ou bien admettre un sentiment d’être offensé dans sa foi et donc, implicitement, développer une forme de soutien envers la position de Daesh. Cela afin de les polariser et les radicaliser, pour recruter toujours plus parmi eux.

A mon avis, la bonne réponse, tactiquement comme stratégiquement, est de continuer de se moquer d’eux. Je veux dire, spécifiquement d’eux, plutôt que de leur religion. Les musulmans eux-mêmes peuvent donner l’exemple: