Paix verte

Un type qui appartient à un Ordre est tout aussi susceptible de brandir l’étendard de la révolution que celui de la réaction, du moment que c’est un étendard.

Le conformiste est celui qui dit « Je crois en ceci parce que les autres y croient », tandis qu’un individualiste dit « Je crois en ceci car la raison me dit que c’est vrai, pas parce que d’autres y croient ». Mais il y a encore plus vil dans la lâcheté que le conformiste: le non-conformiste à la mode. — Ayn Rand

Mon oncle Jeb avait toujours été un homme tatillon, sec et rigide, dont la conception froide, grise et âprement misanthrope de l’existence prenait systématiquement le pas sur toute autre considération – y compris celle suggérant que cette vision du monde pourrait être erronnée. J’ai toujours eu beaucoup de peine pour ses enfants – ils souffraient en permanence de divers désordres gastriques à cause de leur régime alimentaire strictement végétarien bio, ils n’avaient jamais eu le moindre jouet fonctionnant sur pile (et ce malgré l’existence de piles rechargeables et la possibilité du recyclage des piles usées), et « s’amuser dehors » signifiait pour eux de longues heures coincés à l’arrière d’un vélo tandem derrière leur père, qu’il pleuve ou qu’il vente. Aisé financièrement mais pingre à l’excès, cet homme vivait une existence chiche de renoncement stoïque à toute forme de confort et de réjouissement, déni qu’il imposait aussi, à sa manière de censeur impitoyable et désapprobateur, à toute sa famille et leur entourage.

Aujourd’hui qu’il s’est étiolé jusqu’à ne plus être guère qu’une barbe surmontée de petits yeux pleins de jugement bigot et de ressentiment amer, je me demande s’il a jamais vraiment cru en quoi que ce soit, s’il n’a finalement été guidé, toute sa vie, que par la crainte de tout ce qui l’entourait, et par un profond sentiment d’être inadéquat, immérite et coupable d’exister – sentiments qu’il projetait par dégoût de soi sur le monde entier.

Et ils sont des milliers et des milliers de clones de mon oncle, doctement organisés, comme chez Greenpeace, à clamer vouloir non pas améliorer le monde, mais plutôt le juger, le condamner et le mettre aux fers pour, enfin, le rendre aussi étriqué, gris, froid et sec que possible, en faire le seul monde prévisible, refermé et limité que supporterait leur psyché fragile. A rechercher une « pureté existentielle » et un « monde plus simple » de totale fiction, qui n’ont jamais existé nulle part et en aucun moment de l’Histoire de la vie.

Je sais qu’il existe des écologistes rationnels, et je fais de mon mieux pour pouvoir me compter du nombre, qui peuvent accepter l’idée que les capacités de l’Homme impliquent de lui le devoir moral non pas de retourner se tapir dans une grotte, mais de gardienner, de prendre un minimum de soin et de rationnaliser aussi son environnement en maintenant un équilibre de sagesse entre les bénéfices du progrès et les dégâts de l’excès.

Malheureusement chaque message potentiellement positif de leur part est noyé par l’éructation obscène des jugements grinçants et pompeux d’éco-clowns portés par l’effet de groupe, ruinant par leur seule vocifération chaque cause valable l’une après l’autre, disposés à détourner toute trace de sanité à leur propre usage égotiste et auto-déprécateur, quitte à enterrer dans leur sillage de destruction toute raison, toute science, tout espoir et surtout tout intérêt encore présent dans le public pour l’environnement lui-même.

Russie-USA, dédollarisation et pétrole

Quelques brèves, que vous ne verrez probablement pas dans la presse, qui viennent du site iconoclaste zerohedge:
– la Russie a accéléré son retrait progressif du dollar US en remboursant un record de 53 milliards d’USD de dette extérieure au dernier trimestre
– les USA et l’Arabie Saoudite se sont secrètement entendus pour casser les prix du pétrole en échange de leur aide militaire pour contrer l’influence d’ISIS et évincer Assad au Moyen-Orient

Gaspillage alimentaire: la bêtise contre-attaque

Il ne se passe pas un jour où je peux regarder, même brièvement, la télé sans regretter l’absence de Philippe Muray. Prenez par exemple l’émission de ce soir sur M6: Gaspillage alimentaire: les grands chefs contre-attaquent.

Le gaspillage alimentaire a tout du « first world problem »: puisque évidemment pour pouvoir gâcher de la nourriture il faut commencer par ne pas en manquer. Mais derrière ce truisme il y a une mécompréhension si totale du fonctionnement de l’économie qu’elle transforme l’exercice en auto-parodie de sa propre cause. C’est un corollaire de la Loi de Poe: maintenant que Festivus Festivus a exterminé toute opposition qui pourrait risquer de lui signifier qu’il dépasse les bornes, il n’existe plus aucun élément de comparaison pour distinguer ses revendications de leur caricature.

Il y a du gaspillage quand la production ne peut pas s’ajuster, par le haut, exactement et instantanément à la demande. C’est-à-dire que, tant que les coûts de transaction existeront (c’est-à-dire jusqu’à l’invention du voyage dans le temps gratuit et illimité) il y aura en chaque domaine économique une somme de pénurie et de gaspillage supérieure à zéro.

Pour le dire autrement: nous ne parvenons à nourrir tout le monde ici qu’au prix d’un gaspillage de nourriture. Et donc, combattre ce gaspillage de quelque autre façon qu’en se battant contre les coûts de transaction, c’est soit les exacerber soit réintroduire les pénuries à la place… voire les deux à la fois.

Le « défi des grands chefs » d’organiser un banquet à partir de déchets alimentaires est l’illustration parfaite de ce qu’il ne faut pas faire: en invitant 5000 personnes à manger, cet évènement désorganise toute la chaîne de production et distribution qui aurait nourri, ce soir-là, tous ces gens. Des restaurants seront un peu moins fréquentés, et donc une partie plus grande que d’habitude des provisions qu’ils avaient stockés pour ces jours-ci partira à la benne. Idem pour les commerces, épiceries et autres supermarchés qui paieront cette incertitude artificielle, imposée, sur leurs flux, si tendus soient-ils. Il faut aussi ajouter les oscillations qui suivront, quand tous ces gens essaieront d’ajuster ces flux d’abord à la baisse puis à la hausse, là encore au prix d’un gaspillage accru. Mais l’important pour la génération festive c’est de s’agiter: le spectacle compte plus que le résultat, qu’importe les dégâts pourvu qu’on ait bonne conscience. Les participants pourront fièrement proclamer « j’y étais ».

Ainsi, les coûts de transaction auront brièvement augmenté, et avec eux le gaspillage global de nourriture. Plus que jamais, il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas.