Un siècle de Friedman

Il y a 100 ans tout juste, le 31 juillet 1912, naissait Milton Friedman de parents juifs fraîchement émigrés d’un coin d’Ukraine (qui appartenait alors à l’Autriche-Hongrie) vers les USA. Pour l’occasion, Contrepoints propose une sélection d’articles de qualité sur ce grand homme.

Quant à moi je vous propose une brève revue de ses actions notables:

Premier de sa famille à avoir la possibilité de faire des études universitaires, il a mis à profit cette opportunité pour toujours promouvoir la vérité et la liberté en toute occasion, et ce dès sa thèse de doctorat dans laquelle il critiquait le corporatisme de ses futurs pairs, exercé au détriment des plus pauvres. Oui, il avait déjà de sacrées balloches. Ensuite il a perdu un de ses premiers emplois (à l’Université du Wisconsin) parce qu’il était le seul parmi ses collègues à vouloir l’intervention des USA contre les nazis, puis a démonté le keynésianisme tout au long de sa carrière d’enseignant-chercheur à l’Université de Chicago. Il recommande en 1968 au gouvernement US l’abandon de la conscription militaire (effective en 1973). En 1975 il exhorte, dans ses présentations publiques au Chili, le régime autoritaire de Pinochet à abandonner son interventionnisme économique de type volontariste pour adopter à la place des mesures libérales (ce qui ne sera finalement fait qu’en 1980 et 1981), pariant que la liberté économique entraînerait à terme la liberté politique et le retour de la démocratie (un pari gagné dans les années 90). Il s’est prononcé pour la décriminalisation des drogues, conter les subventions agricoles (appliqué avec brio par la Nouvelle-Zélande en 1984), pour l’indépendance de la presse, pour l’égalité de statut privé-public (là aussi appliqué en Nouvelle-Zélande ainsi qu’en Estonie), contre les barrières douanières, pour un modèle simple et équitable de taxation (la flat tax, adoptée avec succès par la quasi-intégralité de l’Europe de l’Est ainsi que la Russie et de nombreux pays en voie de développement comme l’île Maurice ou la Jamaïque) et surtout, sa proposition la plus significative à l’échelle globale, pour le chèque scolaire – adopté avec grand succès par la Suède en 1992, ainsi que partiellement par la Colombie, puis par la Norvège, la Finlande et le Danemark, là aussi avec succès. Son livre « Free to choose » de 1980, compilation de ses interviews libres lors de la série télévisée éponyme, a servi de manuel de dé-communisation à Mart Laar, instituteur d’une trentaine d’années propulsé premier ministre de l’Estonie lors de l’effondrement de l’union soviétique, faisant de ce petit pays balte un modèle à suivre pour le reste des ex-colonies soviétiques.

Respect.

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :