Brèves de la folie furieuse ordinaire

Une mère mise en garde à vue pour 24 heures pour avoir laissé ses enfants jouer dehors.

Un enseignant licencié pour avoir mis des zéros.

Quand maman appelle le recruteur au nom de son fils.

Les mots « dinosaure », « danse », « anniversaire », « Halloween », etc. bannis des écoles de New-york pour éviter la possibilité d’éventuellement, peut-être, froisser certains élèves.

« Pire mère du Monde » d’après la presse américaine unanime, parce que son fils de 9 ans sait prendre le métro seul.

Une grande chasse aux oeufs de Pâques annulée parce que les parents se battaient pour aider leurs enfants.

La menace silencieuse mais permanente que représente l’existence même de services étatiques de protection de l’enfance, supposés par pur principe savoir mieux que les parents ce qui est bon pour leurs enfants, et n’ayant en pratique aucun compte à rendre de leurs échecs, déforme le rôle de parent et le concept même de ‘responsabilité parentale’.

Obama plus crédible que Romney pour combattre une invasion extraterrestre.

La pensée magique et le culte de la personnalité politique se portent toujours bien. Notez qu’Obama se place bien quand on le compare à Hulk ou Iron Man.

Poursuivie pour avoir planté un potager devant chez elle.

Il suspend des plants de tomates dans son jardin, la Mairie le condamne.

Les bureaucrates ont arraché tout son potager « parce que », elle porte plainte.

Apparemment, dans cette ville, c’est illégal d’avoir des animaux de ferme dans une ferme.

Les bureaucrates n’ont aucune incitation réelle à servir les citoyens, puisqu’ils se paient de force et sont seuls juges de leurs résultats. Par conséquent, leur seule motivation est de justifier le maintien de leur propre emploi auprès de leurs supérieurs. C’est ce qui pousse les plus honnêtes d’entre eux à l’excès de zèle permanent, et donc à pourrir intensément la vie de ceux qui les entourent, tandis que les moins honnêtes se contentent généralement de corruption passive ordinaire mais qui détourne le Pouvoir de l’état au profit, bien privé, de celui qui se met à leur payer des suppléments. Dans tous les cas, ils sont nuisibles.

RBS et Natwest mis à genoux par un bug

Les banques RBS (Royal Bank of Scotland) et Natwest, appartenant toutes deux à RBS Group (un groupe de banque et assurance qui appartient principalement à l’état britannique depuis son sauvetage controversé l’année dernière), ne traitent et n’enregistrent plus aucun mouvement vers les comptes de leurs clients depuis mardi dernier. Depuis cette date, les dépôts d’espèces et de chèques et les virements vers ces comptes sont bloqués, laissant certains de leurs titulaires incapables de faire face à leurs dépenses quotidiennes. Beaucoup d’entre eux se voient même infliger des agios importants pour ces découverts fictifs… Le groupe bancaire public sert 26 millions de Britanniques et d’Irlandais, près de 7 millions d’entre eux seraient affectés. La cause avancée ? L’échec d’une mise à jour de leur logiciel de planification CA-7 suivi d’un rollback raté.

Au scandale déjà bien avancé des clients privés de leur propre argent par leur banque, s’ajoute le fait que le statut public de RBS implique que ce sont encore une fois les contribuables britanniques qui paieront la facture de cette incompétence massive.

Les geekettes vues par l’Union Européenne:


Non, ce n’est pas une pub navrante de plus pour Zalando. C’est fait avec vos sous, par la Commission Européenne.

France-banqueroute, jour un: l’état au pied du mur

Voilà. Les élections législatives sont enfin passées. Bon. Bien bien bien. L’ensemble de la classe politicienne va donc enfin pouvoir relever la tête de l’horizon d’évènement de ce dimanche dernier, et, les yeux papillotant dans la lumière de ce Lundi tout neuf, encore un peu hagards des célébrations ou pleurnichements consécutifs à la Grraâande soirée électorale, ils vont tous enfin pouvoir se réveiller de cet étrange coma qui les avait pris, se redresser (un peu) sur leur séant, et finalement regarder autour d’eux la réalité…
Lire la suite