Bonne fête de la gentillesse!

Aujourd’hui, c’est la Journée de la Gentillesse. Dans ce seul fait se trouve concentré l’essence de tout ce qui va de travers dans ce foutu pays pays foutu, en une phrase toutes les revendications et actions concrètes de la génération qui a fait Mai 68 se trouvent distillées et condensées à l’état pur: « journée officielle de la gentillesse ».

Seul un cerveau atteint au dernier degré de sclérose bisounoursifiante pourrait concevoir une telle chose: un jour réservé officiellement au fait d’être gentil avec son entourage voire avec de parfaits étrangers. Comme ça, sur commande, avec tampon administratif et suivi républicain. Merci mais je préfère avoir de vraies raisons personnelles d’être gentil, tous les jours, et je me réserve aussi le droit de ne pas l’être avec ceux qui ne l’ont pas mérité. De la même façon, je préfère avoir mes propres raisons pour donner aux pauvres, pour défendre la liberté d’expression, pour conserver les ressources naturelles de notre belle planète, etc.

Etre gentil sur commande. Et pourquoi pas « être heureux sur commande » ? Soyez satisfaits de votre condition, c’est un ordre ! Et ce concept s’inscrit tout à fait dans le vivrensemble citoyen qui imprègne le pays tout entier, de ses médias aux institutions en passant par la totalité des idées politiques… à l’exception de celles prônées par quelques fachos bruns et/ou rouges à qui cela sert de caution ‘rupture d’avec le système’ – exceptions confirmant le diagnostic.

Voilà, en somme, le bilan de la génération Mai-68. La gentillesse obligatoire. Rappelez-vous: dans les années 60, il était parfaitement possible de caricaturer l’islam, de publier le professeur Choron, de se moquer publiquement d’une minorité r visible, de fumer à la télé, de dire ses 4 vérités publiquement à un tiers, bref d’agir de manière… pas-gentille du tout. Depuis, ceux qui voulaient ‘interdire d’interdire’ ont fait leur œuvre.

Loin d’avoir interdit, ils ont au contraire obligé. Nuance. Car voyez-vous, désormais il n’est pas interdit de critiquer, choquer, offenser, faire des vagues… simplement, c’est obligatoire d’être gentil pour être accepté. Sinon, on ne vous embauche pas dans la rédaction de tel journal, on ne vous promeut pas, vous n’avancez pas dans le syndicat ou le conseil d’administration ou le parti, on ne vous invite pas, on ne développe pas de relations sociales avec vous, on vous trouve « négatif » ou « méchant », ce qui est devenu synonyme de « égoïste » et qui est lui-même synonyme de « ultranéogigalibéral » et de « maléfique ».

C’est comme ça que le consensus est devenu la référence positive de toute une génération, tout ce qui froisse ou remet en question le statu quo est gommé, érodé, maquillé et repeint jusqu’à disparaître. Et c’est ainsi que l’édifice branlant d’harmonie de prescription se maintient, tant bien que mal, au prix de la pensée critique et de l’indépendance, au prix de tout ce qui fait des gens des adultes à part entière.

Advertisements

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

One Response to Bonne fête de la gentillesse!

  1. laurett says:

    Et dans deux jours, nous aurons droit à la journée internationale de la tolérance. Youpi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :