J’ai croisé le fascisme aujourd’hui.

Je l’ai reconnu avec un peu de difficulté, depuis le temps, l’uniforme de ses partisans a beaucoup changé. Mais ceux-ci sont toujours jeunes, en colère, en groupe compact, occupé à effrayer le bourgeois par la violence et les cris de haine, alors je l’ai reconnu quand même.
Lire la suite