Pour en finir avec les inégalités homme-femme

Puisque c’est la « journée de la femme », parlons un peu d’un sujet lourdement martelé par de nombreuses féministes: l’inégalité de salaire et de représentation aux postes à hautes responsabilités entre hommes et femmes dans nos pays développés.

Pour éclaircir ce sujet, posons quelques questions au docteur Walter Block:

– Docteur Block, quels sont les symptômes réels de la disparité de salaire homme-femme dans le monde développé ?
– On observe que le revenu moyen des femmes aux USA correspond à 76,5% du revenu moyen des hommes.
– Est-ce que cela signifie qu’une femme est payée moins qu’un homme pour le même travail ?
– Non, pour deux raisons. La première est qu’hommes et femmes ne font pas les mêmes travaux, n’ont pas les mêmes qualifications, ne s’impliquent pas de la même manière dans leur vie de famille et leur carrière, et ne travaillent pas autant, globalement. Si l’on tient compte de ces disparités la différence de revenu disparaît entièrement.
– Donc il n’y a pas de différence salariale homme-femme ?
– Ce n’est pas tout à fait exact: il y a des différences de salaire dans une mesure entièrement expliquée par des différences de comportement, de choix et de capacités qui entraînent des différences de productivité entre les hommes et les femmes.
– Quels genres de différences ?
– En premier, il y a les choix d’études et de profession: les hommes et les femmes n’aiment pas autant faire les mêmes choses, globalement. Et on constate que les femmes choisissent plus souvent des occupations qui paient moins, par rapport aux hommes. Cela explique une petite partie de la disparité de revenu. Ensuite, il y a les choix de formation. Là aussi, on observe une différence de choix qui explique une autre petite partie de la disparité observée. Et enfin, il y a surtout une différence plus marquée qui apparaît entre hommes mariés et femmes mariés, et qui n’existe pas entre hommes et femmes non-mariés: pour une raison ou une autre qu’il ne m’appartient pas d’expliquer car je ne suis qu’un économiste, le mariage a un effet opposé sur les hommes et les femmes. Une fois mariés les hommes voient leur revenu augmenter et les femmes voient le leur diminuer, par rapport aux hommes et femmes célibataires. C’est ce qui explique le reste de disparité. Toutes ces différences s’additionnent pour expliquer une différence réelle de productivité entre hommes et femmes, qui se traduit en différence de revenu. Tout simplement.
– Maintenant parlons d’un autre genre de disparité homme-femme: est-il vrai que les femmes sont sous-représentées dans les postes à hautes responsabilité ?
– Non.
– Non ?
– Non, elles ne sont pas « sous »-représentées à ces postes, mais au contraire elles sont correctement moins représentées par rapport aux hommes.
– Vous voulez dire que les femmes « méritent » de ne pas autant accéder à ces postes ?
– De la même manière qu’elles sont correctement moins nombreuses à échouer en prison ou à mourir de comportement excessivement stupide par rapport aux hommes.
– Mais… Alors cette moindre représentation n’est pas une question de capacités ?
– Si, mais pas de la manière généralement présentée par les féministes: entre les hommes et les femmes il n’y a pas de différence de capacités en moyenne, mais il y en a une en variance. C’est la seconde raison de la disparité salariale, à laquelle je faisais allusion. On observe que les femmes sont beaucoup plus homogènes que les hommes, les premières sont « l’assurance-vie » de Dieu tandis que les seconds sont son « coup de dés risqué ». Cette plus grande variabilité explique entièrement pourquoi les hommes parviennent plus souvent que les femmes à la fois aux positions les plus élevées que les plus basses dans la société humaine. Je suppose que cette différence de variance s’explique de manière évolutionniste, à cause de la différence de rôle entre hommes et femmes dans la reproduction: un même homme peut féconder des centaines voire des milliers de femmes à la fois, alors qu’une femme ne peut faire qu’un ou au plus quelques enfants à un seul homme à la fois, ce qui fait que la survie de l’espèce en général est plus dépendante du nombre des femmes qui survivent que de celui des hommes.
– Merci pour ces explications, docteur Block.

Advertisements

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

12 Responses to Pour en finir avec les inégalités homme-femme

  1. BastOoN says:

    Comme dirait Desproges : étonnant, non ?

    Il faudrait donc condamner le mariage et pas le machisme si je comprends bien. Et/ou, alors, condamner le mariage comme machiste ? (surtout qu’il faut prendre en compte le nombre élevé de divorces : les femmes divorcées s’en sortent-elles mieux que les femmes mariées au final)

    PS : je trouve l’explication « évolutionniste » capilotractée. Il faudrait peut-être la mâtiner de ricochets culturels.

  2. Bertrand Monvoisin says:

    « Plus je connais les hommes plus j’aime mon chien, plus je connais les femmes moins j’aime ma chienne », voilà ce qu’en a dit Pierre Desproges.

  3. Martini says:

    Walter Block observe que chez les 18-24 ans et ceux qui n’ont jamais été mariés, il n’y a aucune disparité de salaire à profession et ancienneté égales, donc je suppose que ceux qui ont déjà été mariés restent « touchés ».

  4. vincent says:

    Le dernier bouquin de Thomas Sowell reprend ces arguments avec des chiffres à l’appui.

  5. Anton WAGNER says:

    Pour ce qui est de la France, une étude de l’INSEE a établi que 85% de la différence de salaire entre hommes et femmes s’expliquent par des causes parfaitement objectives, telles qu’une moindre durée de travail, une préférence pour la fonction publique (où les salaires grimpent moins haut et où les heures sup sont plus rares), etc.

    Au final, 15% des écarts de salaires ne trouvent pas d’explication et pourraient être imputés au sexisme. Quoiqu’il faille, à ce moment là, juger comme sexiste le risque plus important de voir les femmes interrompre leur carrière, à cause, par exemple, des grossesses…

    Source : Franck Dedieu, Emmanuel Lechypre, 101 idées reçues sur l’économie, Express Editions, p. 53.

  6. ST says:

    @Anton : intéressant. Parce que 15% d’un ecart de salaire de 20 %, ca fait un écart de salaire du au sexisme de … 3%.

    C’est d’autant plus intéressant qu’essayer de lutter contre la part de la différence de salaire qui s’explique par le fait que la culture familiale pousse les femmes à faire plus de tache ménagère et à s’occuper plus des enfants que leur mari, ce qui a des répercutions sur sa productivité ou son implication dans sa vie professionnelle, peut être très contre productif. Si on admet que les femmes sont moins payés parce que plus souvent absente parce qu’elles gardent leur enfant malade, ou moins dispo apres 16h30 parce qu’il faut assurer la sortie d’école : si on force un salaire plus important pour les femmes dans ce cas pour contrecarrer un problème de choix d’attribution des tâche au sein des ménages, la seule chose qui va arriver, c’est qu’on embauchera moins les femmes car elles couteront à salaire dit égal, plus cher que les hommes. Le problème est insoluble au niveau de l’entreprise.

  7. Bertrand Monvoisin says:

    Les mannequins hommes touchent moins que les mannequins femmes. Dénonçons l’abominable sexisme qui les touche.

    Dans les concours de la fonction publique il existe une discrimination antimasculine : la taille minimum pour un policier ou gendarme masculin est supérieur à celle d’un policier ou gendarme féminin. Il y a donc un sexiste antimasculin institutionnel.

    Dans les divorces c’est dans plus de 95 % la mère qui obtient la garde des enfants, et la quasi-totalité de la société trouve cela normal.

  8. Anton WAGNER says:

    « Le problème est insoluble au niveau de l’entreprise »
    ST, c’est bien cela. Si sexisme il y a, il est sans doute moins dans le monde professionnel (même s’il n’en est pas totalement absent) que dans les foyers. Ainsi, les auteurs dont j’ai parlés indiquent que lorsqu’il s’agit d’arrêter sa carrière en cas de mutation professionnelle du partenaire, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à le faire… Et les auteurs rangent cela dans les 15% imputables au sexisme.

    Au final, selon eux, il vaudrait mieux aider les femmes à accéder au travail à temps plein (le temps partiel étant responsable de presque 40% de l’écart salarial) que de décréter urbi et orbil’égalité des salaires.

    Sinon, ST, je crains que vous ne fassiez une faute de raisonnement. 15% de l’écart salarial, sera toujours 15% de l’écart salarial. On ne calcule pas des pourcentages sur des pourcentages. Enfin, il me semble, si quelqu’un peut confirmer ou infirmer…

  9. ST says:

    @anton

    Si un homme gagne 100 et un femme 20% de moins, elle gagne 80. Si sur cet ecart, 85% est explicable par des différences objectives de temps de présence, choix de carriere etc … et 15 % au sexisme, sur l’ecart de 20 de rémunération, 15% soit 3 sont liés au sexisme. Ce qui fait bien un ecart salarial du au sexisme de 3 sur un salaire d’homme de 100, soit 3%

    ST.

  10. Anton WAGNER says:

    Ok, je n’avais pas compris que vous parliez par rapport au salaire masculin. Au temps pour moi !

  11. mikev23 says:

    Supposons que les différences de salaire soient causés par le sexisme. Les employeur « machistes » devront donc payer pour leur discrimination (si ils n’embauchent que des hommes ils devront payer 20% de plus en salaire). Ce serait donc un désavantage concurrentiel important. Et donc la personne discriminée en ayant la possibilité d’offrir ses compétences pour moins cher a une « arme » contre la discrimination. Arme qu’elle n’a plus si le gouvernement impose une loi de type « à travail égal salaire égal ». En effet, l’employeur « machiste » n’aura alors plus aucune raison d’embaucher la femme puisque son salaire qui aurait été avant de 20% moins élevé sera maintenant le même que celui de l’homme.

    Donc même si il existait une discrimination contre les femmes la meilleure solution serait de ne rien faire en laissant le marché faire payer les employeurs pour leurs discriminations.

  12. jesrad says:

    J’a trouvé une explication évolutionniste alternative pour l’homogénéité plus caractérisée chez les femmes que les hommes ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :