Vu: Burn after reading

Très bien, continuez de surveiller tout ce petit monde et faites-moi un nouveau rapport quand… eh bien, quand vous aurez compris quelque-chose.

Ce film tout entier est un pied-de-nez qui renverse le genre du film d’espionnage. Les agences de renseignement savent tout, tout au long du film, sur tout le monde ; les espions sont détestables au lieu d’être des surhommes ; l’humour de ce film américain est britannique, basé sur l’absurdité de situations très construites à l’aide des personnages pathétiques ou grotesques ; et à la fin, la « méchante » gagne, les innocents se font trucider et les « gentils » paient. L’intrigue d’espionnage elle-même passe quasiment au second plan tandis que Brad fait le pitre (ouh qu’elle est mauvaise) par simple nature, Malkovich pète un câble parce que des inconnus complètement abrutis et sa femme semblent se liguer pour lui pourrir sa parfaite petite crise de la cinquantaine, Clooney est criant de vérité en dragouilleur minable qui s’effondre dans la parano lorsque sa petite vie bien réglée d’homme marié baisant à gauche et à droite part en couille, McDormand en manipulatrice narcissique obsédée par ses opérations de chirurgie esthétique… Seule concession au genre: les Russes sont des blocs frigides et compétents – ce qui n’empêche pas l’œuvre entière de montrer comment la médiocrité humaine, la lâcheté ordinaire, les obsessions personnelles (et le manque de communication homme-femme) se liguent pour faire dérailler le cours de la vie.

Le début du film semble confus, mais les éléments de l’histoire sont bien présents: il faut faire preuve d’attention pour commencer à relier les points. Par la suite tout s’enchaîne logiquement… et catastrophiquement. Très conseillé à ceux qui se sont marrés devant « Requiem for a dream ».

Bien, je crois que cela restera comme leçon pour nous éviter de refaire les mêmes erreurs à l’avenir. Quoique, je ne crois pas que nous ayons commis la moindre erreur dans toute cette affaire…

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

4 Responses to Vu: Burn after reading

  1. Zapatero says:

    « Très conseillé à ceux qui se sont marrés devant “Requiem for a dream”. »

    Je suis un amoureux, que dis-je, un passione de requiem for a dream et de tous les films du meme realisateur, sauf eventuellement le dernier.

    Votre correlation est donc tres bien trouvee, car Burn after reading m’a semble absolument nul.

  2. Laure says:

    Un film distrayant, ce qui est déjà pas mal, voilà ce qu’on peut en dire.

  3. Bertrand Monvoisin says:

    Brad fait le pitre avec George Clownesque ?

  4. BastOoN says:

    Dites 100 fois rapidement :
    brad pitt brave type brad pitt brave pitre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :