Exercice de praxéologie

Aujourd’hui, dans notre cours de praxéologie aléatomadaire et pour terminer cette année, revoyons un peu les notions abordées jusqu’ici en déroulant en entier un exercice simple de praxéologie.

Voici une situation relativement simple dans laquelle on observe des comportements humains qui ne sauraient s’expliquer sans certaines notions vues précédemment:

Vous vous trouvez dans une salle de vente, au cours d’une vente aux enchères où cinq exemplaires d’un objet très rare sont mis en vente. Le premier exemplaire part après une lutte épique entre trois grands collectionneurs, le second et le troisième sont emportés pour bien moins par les perdants du premier coup, le quatrième trouve un preneur inattendu (un non-collectionneur) à bas prix, et le dernier reste sur les bras du commissaire-priseur.

Avec une théorie de la valeur objective, ces comportements paraissent tout à fait déments puisque chaque exemplaire ne saurait avoir un prix différent des autres, et voir le même public acheter ou ne pas acheter la même chose au même prix est inexplicable.

Avec une théorie subjective mais non-marginale de la valeur, on ne peut pas non plus expliquer pourquoi le premier collectionneur se contente d’acheter un seul exemplaire alors que les autres sont bien moins chers et disponibles eux aussi, en particulier le dernier qui n’est même pas vendu.

Mais si l’on analyse le comportement de chaque acheteur (ou non-acheteur) individuellement à la lumière du marginalisme, de l’asymétrie d’information et des coûts de transaction, ce résultat devient limpide:

  • Le premier collectionneur ne sait pas, au départ, combien d’autres collectionneurs il y a dans la salle et combien ils sont disposés à avancer pour se procurer un exemplaire. Pour le découvrir, il lui faut monter les enchères et observer les réactions des autres acheteurs.
  • Les seconds et troisième acheteurs passent par la même étape que le premier, c’est pour cela qu’ils montent les enchères eux aussi sur le premier exemplaire: ne pouvant pas savoir s’il y aura plus d’exemplaires en vente que d’acheteurs, ils sont obligés de monter les prix jusqu’à la limite de leur propre utilité marginale.
  • Puisque cette utilité marginale est différente pour chacun des collectionneurs, le prix s’arrêtera entre l’utilité marginale du second et celle du premier, c’est pourquoi l’un des collectionneurs remporte l’objet plutôt que les autres.
  • Lorsqu’il emporte la première enchère, ce premier gagnant obtient toutes les informations qu’il lui fallait: il sait dès lors qu’il y a deux autres collectionneurs, et que ni l’un ni l’autre n’est disposé à avancer autant d’argent que lui. Il paie très cher le premier objet, car ce prix élevé contient les coûts de transaction requis pour obtenir ces informations.
  • Pour la seconde enchère, les collectionneurs restants savent désormais qu’il y a moins de collectionneurs que d’objets en vente, donc ils n’ont plus besoin de faire monter les prix. Ils paient peu car les coûts de transaction ont déjà été payés par le premier collectionneur.
  • Le quatrième objet est acheté par un non-collectionneur, qui l’acquiert par calcul: depuis la première enchère il a un bon aperçu de l’utilité marginale de cet objet pour les collectionneurs qui s’y intéressent. C’est l’occasion de parler de coût d’opportunité: puisqu’il est présent et qu’il a déjà obtenu les informations nécessaires, il achète le quatrième exemplaire (parce qu’il n’y a alors plus de collectionneurs pour lui faire concurrence), en espérant le revendre à un potentiel quatrième collectionneur absent, à l’avenir, profitant ainsi d’une situation qui, sinon, coûterait cher à reproduire.
  • Ce faisant il est pourtant le seul non-collectionneur de la salle à agir ainsi, ce qui peut s’expliquer de la même manière: les autres non-collectionneurs ne veulent pas payer le coût d’opportunité qui consiste à se priver d’une partie de leur argent (en quantité finie) alors que d’autres objets, qui les intéressent personnellement, vont être mis en vente juste après. C’est pour cette raison que personne n’achète le dernier exemplaire.

Liens pour retourner aux explications plus détaillées de ces notions: marginalisme des prix, asymétrie d’information, la nature informationnelle du commerce, la valeur des choses.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

8 Responses to Exercice de praxéologie

  1. BastOoN says:

    Je ne nie pas la valeur de ton exposé, notamment pour son côté synthétique, mais je trouve qu’il omet plusieurs notions :
    – les collectionneurs ici présents sont au fait du fonctionnement de ce genre d’enchère, et souhaitent éviter que les prix s’envolent. Un accord tacite s’opère donc pour minimiser le coût d’information, notamment en procédant par une évolution lente de l’enchère dans ce cas. En effet, le but est de savoir combien de collectionneurs sont sur le coup, à moindre frais. Si ce nombre est effectivement inférieur aux nombres d’objets mis en vente, la valeur marginale va baisser d’un coup. Autant on est près à payer cher pour être sûr d’acquérir un objet si on voit que le nombre de collectionneurs avides est supérieur au nombre d’objets désirés (en fait à hauteur de la valeur marginale subjective pour le coup), autant l’aspect « tactique » s’engage si on s’aperçoit qu’il n’y a que 4 collectionneurs ou moins pour 5 objets, personne ne voulant être celui qui se fait « arnaquer » en payant seul le coût d’information ; le prix unitaire devrait se « lisser » avec juste le léger surcoût lié à l’acquisition de cette info spécifique pour la première enchère (surcoût quand même bien inférieur à la valeur marginale) (info acquise pendant l’enchère et non une fois celle-ci consommée).
    bien sûr, tout cela s’appuie sur des comportement rationnels

    – bien sûr, le modèle est simplifié et ne tient pas compte des aspirations « étalées » sur plusieurs objets par rapport à un budget global donné.

    – on ne développe pas beaucoup l’importance de l’information « pré-acquise » quant au « coût d’opportunité » par ceux, non-collectionneurs, qui souhaitent seulement faire un investissement, et comment ils vont concurrencer les collectionneurs.

  2. jesrad says:

    Oui, comme je le précise, ça reste simple.

  3. salutPerrotMFAlineSapristi du 13 says:

    Ils étaient animistes ou totémistes
    mazdéens manichéens
    taoïstes et bouddhistes
    confucianistes ou shintoïstes
    védistes brahmanistes
    tibétains tantristes
    païens panthéistes
    chaldéens corinthiens
    sadducéens ou pharisiens
    polythéistes ou gnostiques
    kabbalistes esséniens
    héraclitéens sophistes
    pythagoriciens philistins
    néoplatoniciens aristotéliciens
    judaïstes ou égyptiens
    romains byzantins
    éphèsiens ou babyloniens
    épicuriens ou futurs franciscains
    chrétiens soufistes
    musulmans protestants
    mérovingiens trappistes
    théologiens thomistes
    déistes cartésiens
    pascaliens jansénistes
    classicistes ou modernistes
    shakespeariens puis raciniens
    égotistes monarchistes
    voltairiens rousseauistes
    hégéliens ou kantiens
    idéalistes matérialistes
    robespierristes saint-justiniens
    goethéens empiristes
    républicains économistes
    humanistes faustiens
    hugoliens puis symbolistes
    rosicruciens méthodistes
    nietzschéens nihilistes
    nationalistes dostoïevskiens
    capitalo-communistes
    socialo-anarchistes
    scientistes évolutionnistes
    darwiniens bergsoniens
    néophénoménologistes
    impressionnistes puis expressionnistes
    proustiens kafkaïens
    intimistes maniéristes
    archivistes sadomasochistes
    stakhanovistes pavloviens
    hygiénistes eugénistes
    marxistes trotskistes
    tankistes spartakistes
    léninistes grammairiens
    staliniens maoïstes
    fascistes totalitaristes
    collectivistes ou individualistes
    et même keynésiens dirigistes
    surréalistes cruciverbistes
    dadaïstes antipapistes
    tiers-mondistes ou colonialistes
    sartriens ou camusiens
    existentialistes psychanalystes
    jungo-lacano-freudiens
    structuralistes ou deleuziens
    légalistes linguistes
    activistes syndicalistes
    moonistes puis scientologistes
    logisticiens humanitaristes
    comédiens syncrétistes
    oniristes néoréalistes
    publicistes situationnistes
    manifestants alarmistes
    minimalistes conceptualistes
    artistes parfois fumistes
    postmodernistes moralistes
    généticiens ou écologistes
    journalistes arrivistes
    écrivains corporatistes
    concertistes passéistes
    fabulistes futuristes
    spiritualistes néorationalistes
    astro-météorologistes
    astrophysiciens radiesthésistes
    onanistes progressistes
    attentistes pacifistes
    interventionnistes onusiens
    fatalistes ou optimistes
    informaticiens affairistes
    indépendantistes européens
    mitterrandiens gaullistes
    analystes de Tintin
    mondialistes martiens
    terriens africains
    maghrébins nordistes
    sudistes amérindiens
    américains travaillistes
    libéraux néofascistes
    ou encore libertariens
    lobbyistes terroristes
    palestiniens ou israéliens
    gouvernementalistes islamistes
    hédonistes je-m’en-foutistes
    sagouins ou normaliens formalistes
    cavistes bordelaisiens ou bourgognistes
    bordelistes ou vertuistes
    néozapatistes et même babouins
    Et chacun
    même si certains sont devenus tristes ou des moins que rien
    chacun a détenu une part infime de vérité
    mais tous ont voulu convaincre la majorité de leurs erreurs
    alors demain c’est certain
    tous seront comme moi
    tous détiendront presque toute la vérité
    mais aucun ne cherchera à en convaincre quiconque
    aucun ne risquera d’imposer ses erreurs
    tous seront enfin réconciliés
    les cuirasses désuètes voleront enfin en éclats
    les hémisphères s’enchanteront de coopérer
    les contraires seront disqualifiés
    chacun jouira de son soleil et les nuits seront douces à boire
    chacun choisira sa voie sans souci du lendemain
    chacun ne s’occupera que d’unifier sans cesse son infinité psychique
    sans oublier son voisin
    car tous
    tous seront enfin magnifiquement humains
    tous seront harmonistes
    et tant pis si je m’illusionne
    c’est toujours plus amusant de l’espérer

  4. jesrad says:

    « tous seront enfin réconciliés »

    Jamais. Eris règne sur ce monde 😛

  5. salutSapristi du 13 says:

    En citant Eris,Comme d’habitude vous ne voyez que l’aspect négatif,vous êtes sûrement un pessimiste.(Le pessimisme nie le progrès de la civilisation et de la nature humaine).

    Je vous rappelle car vous semblez l’oublier qu’Héracles l’avait choisi.
    Elle était la personnification de « l’émulition ».

    La définiton du mot EMULER: Se dit d’un système pouvant fonctionner comme un autre système à travers des fonctions pour lesquelles il n’avait pas été prévu à l’origine, sorte de compatibilité a posteriori.

  6. jesrad says:

    C’est vous qui associez Eris à un aspect négatif, pas moi. Le chaos et la discorde sont au contraire des notions positives, comme le savaient les grecs anciens de la période démocratique. Pour la distinguer des connotations négatives de la période tyrannique, dont vous vous faites l’écho, il leur arrivait de lui donner le nom Enyo, d’ailleurs.

  7. kevinSapristiPerrot du 13 says:

    Le chaos est en effet d’origine grecque mais il signifie gouffre, abîme.Pas très positif je crois.Plutôt noir, quoique pour un anarchiste ca vous bien comme couleur.,

    Le Chaos désigne aussi, dans la pensée grecque classique, la confusion originelle.

    La discorde est, dans la mythologie romaine, à l’origine des guerres, des querelles, des dissensions.Une fois encore je ne vois pas trop le côté positif aussi, mais bon ce n’est pas le sujet.

  8. jesrad says:

    Comme le disait Eris elle-même, les Grecs avaient, disons, certains problèmes de digestion. Chez les Romains, le nom d’Enyo est devenu Bellona, si je me souviens bien.

    Je ne vois pas non plus le problème à associer chaos et confusion. La confusion est extrêmement salutaire, elle est le passage obligé (et répété) vers une meilleure compréhension du monde. Pareil pour les querelles et les dissensions: il n’y a pas d’équilibre dans un système complexe, seulement coordination des déséquilibres, et les dissensions en font partie. Sans cela, nul progrès, nulle vie. Si tout est clair et connu, à quoi bon se poser des questions ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :