Une arnaque vertigineuse

(Une production A.B.)

C’est tout de suite plus parlant avec un peu de perspective pour aider à saisir l’ampleur de la fraude:

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

10 Responses to Une arnaque vertigineuse

  1. jesrad says:

    Et on commence doucement, outre-atlantique, à parler des échecs répétés de la SEC, l’autorité de régulation financière américaine, à repérer la fraude de Madoff. D’ici à ce qu’ils découvrent les pyramides orchestrées par l’état fédéral lui-même, mieux vaut ne pas retenir son souffle…

  2. antiliberal du 13 says:

    [Invective insultante. L’auteur persiste à croire que les USA, et particulièrement leur système financier, est le paragon du libéralisme. Il persiste à croire aussi que les libéraux l’admirent, ce système. Eh oui, l’auteur est naïf et mal-informé. C’est normal: il ne pourrait pas faire de procès d’intentions ridicules sinon.]

  3. antiliberal du 13 says:

    [Insulte gratuite et procès d’intention ridicule. Au fait, qualifier de « dictature » des groupes de gens dont il suffit de refuser l’argent pour échapper totalement à leur contrôle, c’est une mauvaise blague et aussi une insulte aux victimes de véritables dictatures (comme le Zimbabwe, l’Iran, la Corée du Nord, etc.)]

    L’affaire Enron est particulièrement significative des effets d’une dérèglementation sans contrôle et des excès que peut engendrer le marché.

    Vous n’en avez jamais marre de dire le contraire de la réalité ?

    L’affaire Enron est au contraire un grand symbôle de l’échec de la pseudo toute-puissance du réglementateur étatique à réguler la finance mieux que les acteurs du marché. Vous parlez de déréglementation financière, cette éternelle arlésienne, alors que c’est très exactement le contraire qui s’est produit avant et pendant l’affaire. Mais voyons cela de plus près, puisque les faits sont très éclairants sur ce sujet.

    Enron, société US du secteur de l’énergie, est à l’origine du plus grand scandale financier des 20 dernières années.
    Fondée en 1985 par Kenneth Lay, rejoint par la suite par Jeffrey Skilling, Enron est devenue en termes de capitalisation boursière la 7ème entreprise US. Encensée par la presse et les analystes financiers [en premier desquels la SEC, le régulateur étatique] comme nouveau modèle d’entreprise, sa valeur boursière ne cessait de croître (90% en un an). La revue Fortune l’avait ainsi élue 6 ans de suite comme l’entreprise la plus innovatrice.
    En fait de modèle économique, l’entreprise gonflait artificiellement ses profits tout en masquant ses déficits en utilisant une multitude de sociétés écrans et en falsifiant ses comptes.Et malheureusement c’est pas fini Madoff’s Ponzy arrive…

    Le modèle « Enron » de fraude a été rendu possible parce que l’état et sa réglementation se sont substitués aux pratiques du marché qui s’appliquaient librement jusque là. Maître Patrick Simon, juriste, a établi le détail de ces pratiques spontanées, ces règles que le marché financier laissé à lui-même s’était choisies, et qu’Enron a pu pour l’essentiel joyeusement ignorer après que la sur-réglementation de l’état fédéral américain les aient balayées, avec le résultat qu’on sait (40 à 45 milliards de dollars perdus, soit 20% – seulement – du seul scandale de la SNCF) à la page 25 de « Le droit naturel: ses amis et ses ennemis »:
    – multiplication des activités hors-bilan: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – comptabilité à haut risque: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – conflits d’intérêt: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – rémunération supplémentaire des dirigeants au détriment des actionnaires: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – Passivité, manque d’indépendance et faiblesse du conseil d’administration: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – fausse information pour recevoir des primes: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – information insuffisante des actionnaires: légal pour l’état, mal vu par le marché libre
    – manipulation du marché pour diminuer l’offre / augmenter la demande: illégal pour l’état et mal vu par le marché libre
    – actions lésant les actionnaires: illégal pour l’état et mal vu par le marché libre
    – blanchiment d’argent: illégal pour l’état et mal vu par le marché libre
    – contrôle des comptes et contrôle des stratégies confondus: : légal pour l’état et OK pour le marché libre

    Cela va bien plus loin que ça, puisqu’en plus d’avoir foulé aux pieds le marché libre pour exploiter les inévitables failles dans la prétention de régulation de l’état, Enron a obtenu du Parlement américain l’application des réglementations du marché de l’énergie qui l’arrangeaient, piétinant un peu plus les idéaux du marché libre – et aussi vos hallucinations de « déréglementation »: ils ont fait pression pour, et obtenus de l’état, des contrôles des prix sur l’énergie en Californie, des contrats publics, des subventions des secteurs d’énergie renouvelables où ils avaient investis plus que leurs concurrents, l’autorisation d’entrer dans les marchés publics pourtant supposés réservés au tiers-monde. Ironiquement, c’est George W. Bush qui aura fait le plus de tort à Enron quand il a rejeté le Protocole de Kyoto, sur lequel Enron avait fortement misé en se positionnant en quasi-monopole des énergies à faible CO2 !

    Là dessus, on rajoute une bande de guignols, les agences de notation, à qui la SEC confie sa propre « mission de service public » d’évaluation « indépendante et fiable » des établissements financiers, qui ont tardé à dégrader la note d’Enron… A plusieurs reprises, Enron a fait pression sur ces agences, en particulier Moody’s, et fait appel à l’aide de membres de l’administration Clinton (qui lui a servi des milliards et des milliards en subventions et garanties de crédit ainsi qu’en marchés publics) puis Bush (via Don Evans, secrétaire d’état au commerce), pour empêcher la dégradation de sa note de crédit. Bonjour la « régulation » par « l’état vertueux » qui sait forcément mieux que le marché défendre les intérêts de tous… en réalité, et on le voit bien dans l’affaire Enron, le seul résultat tangible de l’intervention de l’état, c’est un immense conflit d’intérêts !

    En théorie, le régulateur étatique, la Securities Exchange Commission, aurait dû détecter l’écart entre les faits et la notation d’Enron par ses sous-traitants, mais elle n’en a pas été capable. De même pour Madoff: la SEC a été alertée à plusieurs reprises et a lancé plusieurs enquêtes sur son montage, sans jamais rien découvrir. D’où ma question: à quoi bon vouloir à tout prix toujours plus de réglementation et de contrôle par l’état puisque ça ne marche pas ?

  4. Mateo says:

    Franchement, tu continues à lui répondre?

    Le peu de propos non insultants qu’il tient, avec des semblants d’arguments, sont des… copier-coller!!!!! Par exemple, le texte ci-dessus vient de là: http://www.piloter.org/gouvernance-entreprise/enron.htm

    Nous avons donc quelqu’un:
    – d’insultant
    – qui n’argumente jamais lui-même
    – qui fait des assertions (quasiment toujours débiles) sans JAMAIS prouver ses dires ou citer des sources, des chiffres, des faits etc.
    – qui ne tient jamais compte des contre-arguments qu’on lui propose (si tant est qu’il les lit). Ne parlons même pas des liens qu’on lui donne…
    – qui est d’une mauvaise foi évidente
    – qui copie-colle des textes et les fait passer pour des propos personnels

    Avec tout ça, pourquoi ne pas simplement le bannir? Cet énergumène n’est pas un troll, c’est un super troll! Son but n’est pas de débattre mais de provoquer les gens, voire de les insulter.

  5. jesrad says:

    Mes parents disent que je suis têtu 😉

    Tu ne vois pas, Mateo, le but réel que je poursuis avec ce blog. Es-tu familier avec le discours Discordien ? Ce blog, et quelques autres trucs que je fais dans le même genre, fait partie d’un vaste projet discordien dont le fonctionnement tout entier se résume ainsi: puisque la vérité nous échappe toujours un peu plus quand on lui court après, puisque ce que nous croyons n’est jamais que l’assemblage de mensonges et de lectures maladroites du réel le plus convaincant du moment, puisqu’on a raison seulement dans la mesure où l’on a moins tort que l’autre, ALORS la quête de la vérité doit nécessairement se faire par la démolition des assemblages de mensonges actuels et la construction perpétuelle d’un meilleur assemblage – meilleur dans le sens: plus convaincant par rapport à nos lectures du réel. Le mensonge converge ainsi avec la vérité, éternellement.

    Quand Du Treize va chercher les textes qui lui semblent les plus convaincants pour les confronter à mon modèle de compréhension, il réalise pour mon compte les basses oeuvres qui me rebutent d’ordinaire: fouiller la fange. Il me rend un service, et me permet de consolider mon modèle encore un peu plus sans que j’aie à fournir la plupart des efforts. Il sert mes objectifs ultimes sans le savoir.

    Bref: le seul vrai troll utile, ici, c’est moi. Pas lui ;P

  6. antilibéral du 13 says:

    [Insulte.]

  7. Naufrage says:

    L’image a disparue :/

    Quelqu’un l’a en cache?

  8. julito says:

    L’image est toujours visible pour moi…

    Sinon, merci à DuTreize de continuer de nous balancer toujours autant d’arguments débiles (par contre les insultes, ça n’apporte pas grand chose), car ce sont les mêmes que l’on entend en permanence de la part de nos contradicteurs. Et grâce au Troll utile Jesrad, on sait quoi leur répondre 🙂

  9. Bertrand Monvoisin says:

    La retraite par répartition est fondée sur les mêmes principes que les affaires de M. Madoff. Mais il serait politiquement malséant de parler d’escroquerie, il faut dire « solidarité ».

  10. Martini says:

    Oh, il y a quand même une différence fondamentale entre l’arnaque Madoff et les retraites par répartition: ces dernières, elles, au moins, sont obligatoires.

    Ce qui fait que je n’ai rien perdu du tout dans l’arnaque de Madoff, mais que je paie pour rien des cotisations d’une retraite dont je ne toucherai au mieux qu’une fraction ridicule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :