Fabriquer de nouveaux organes:

Claudia Castillo, 30 ans, souffrant des séquelles handicapantes d’une tuberculose diagnostiquée et traitée trop tard, a pu bénéficier d’une greffe d’un genre nouveau: la greffe d’un morceau de trachée prélevé sur une donneuse puis traité à l’aide de fragments de trachée saine et des cellules souches prélevées dans la moelle osseuse de la jeune femme pour remplacer les cellules de la donneuse et créer de fait un nouvel organe du même ADN que le receveur. Comme c’est une forme d’autogreffe, elle n’a pas besoin de subir un traitement immuno-suppresseur à vie.

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

3 Responses to Fabriquer de nouveaux organes:

  1. Corwin dit :

    Fantastique. Je suis convaincu que les « spare parts » organiques ou artificielles (cf. le coeur artificiel d’EADS) sont l’avenir de la médecine, et ça me désole que mon employeur (industriel pharmaceutique « classique ») ne semble pas le comprendre…

  2. jesrad dit :

    Content de te revoir ici 🙂

    On est nombreux à attendre de voir ce genre de greffe appliqué à d’autres organes plus compliqués qu’un tube !

    Et je continue de penser que les mécanismes de la différenciation fonctionnent comme des automates cellulaires, chaque cellule voisine inter-communiquant un jeu réduit de signaux – hormones ? protéines de surface ? – qui changent le fonctionnement – épigénétique ? – de cette cellule ; avec les cellules en limite d’un organe se décidant comme tel par un effet de seuil quelconque. Le mécanisme fondamental serait simplement une réaction au type d’environnement, par exemple le pH ; pour simplifier, les cellules embryonnaires en contact avec le liquide amniotique disposent bien de cette info-là pour « décider » de se transformer en peau (et juste en-dessous les cellules en contact avec elles réagiraient à la présence de peau en se différenciant encore autrement), alors pourquoi chercher ailleurs un autre type d’information et de déclencheur ?

    Qu’est-ce que tu en penses ? Si c’est bien comme ça que ça marche, on devrait pouvoir apprendre rapidement à faire pousser des organes en cuve, dignes de la meilleure science-fiction 🙂

  3. Martini dit :

    Et hop, une prothèse d’iris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :