Le conseil « finance » du jour, septies:

Je suis toujours irrécupérable en matière de finance, mais ça n’arrête pas les autres, donc je continue de donner mes conseils pour ceux qui sont prêts à me croire:

  • Nous avons vu jusqu’ici ce que pouvait faire un excès de crédits confié à des insolvables.
  • Nous avons vu ce qu’il se passe quand ces crédits aux insolvables servent de caution pour emprunter ou prêter encore plus à tout le monde.
  • Nous allons bientôt voir ce que peuvent faire les assurances souscrites sur ces crédits aux insolvables.
  • Les records sont faits pour être battus, après tout.
  • Publicités

    À propos jesrad
    Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

    22 Responses to Le conseil « finance » du jour, septies:

    1. jesrad says:

      Pendant ce temps, M. Accoyer dit tout haut ce que le reste du monde politique ne voulait pas avoir à admettre: l’état français est foutu s’il ne trouve pas du pognon à emprunter très bientôt. Les prêts obligatoires d’antan ne sont plus possibles (les capitaux qui comptent étant à l’étranger, justement pour éviter une telle confiscation) donc il n’y a pas trente-six solutions.

      De son côté, le « Conseil d’Analyse Economique » propose d’allumer un feu là où il y en a déjà un. Les Cons-eils ça ose tout…

    2. Martini says:

      Tous ces politocards me font de plus en plus penser à des jockeys du Dimanche montés sur un âne mort, s’échignant spasmatiquement à cravacher ce cadavre pour échapper à un tsunami.

    3. Martini says:

      Ah, je lis sur ma droite que Bouygues aurait racheté pour 4 miyions d’euros de ses propres actions.

      Alors, signe du début de la reprise ? Ou bien comme je le pense fortement ce n’est qu’une ruse téléguidée depuis l’Elysée pour tromper le marché ?

    4. jesrad says:

      Rhodia aussi, rachète pour 2% de son capital. On va bien voir si le mouvement s’amorce…

    5. julito says:

      En général, une société rachète ses actions lorsqu’elle dispose de liquidités dont elle ne sait pas quoi faire. Or justement, la crise actuelle est en grande partie liée à des problèmes de liquidité… Là je ne comprends pas trop la stratégie de gestion de cash de ces entreprises en ces temps incertains.

    6. Meuh² says:

      Peut-être un coup de bluff pour relancer un secteur ?
      Ou profiter que l’action soit basse, voire éviter une quelconque OPA ?

    7. julito says:

      Pas con le coup de se prémunir contre l’OPA. J’avais effectivement oublié ce cas de figure 🙂

    8. Robert says:

      Bonjour Jesrad. Mais qui donc êtes-vous? Je suis impressioné par votre érudition. Vous dites des choses justes, mais aussi de grosses bétises, à en juger par le niveau zéro de certains de vos correspondants qui ne pensent qu’à sauver leur petite peau en emigrant en Suisse? ou à Singapour? Ou est-ce une plaisanterie?
      Pour en revenir à l’article de J Sapir, c’est un des articles les plus synthétiques que j’ai trouvé sur le sujet. Et il cerne bien le fait qu’ à l’origine de cette crise il y a bien un problème de partage de la valeur ajoutée entre salaires et profits. Etat stationnaire cher Ricardo…

    9. jesrad says:

      Ah, oui, M. Sapir, j’avais oublié d’aller voir s’il a répondu à mon dernier message.

      M. Sapir, jusqu’ici, a surtout fait des grosses boulettes de calcul. Il ne voit pas que les crédits hypothécaires en trop sont allés soutenir l’immobilier, et non la consommation, donc sa théorie toute entière tombe à l’eau, et il ne voit pas non plus qu’à cause des intérêts et du coût du crédit, il a nécessairement dû y avoir un apport continu et massif d’argent. Etat stationnaire ? Les faits disent non.

      Quant aux gens qui ont exprimé le souhait de vivre dans un autre pays que la France, je ne vois pas ce qu’on pourrait leur reprocher. « Les Français en France », corollaire de « la France aux Français » ?

    10. Robert says:

      Attaque pernicieuse sur « la France aux français ». No racism.
      Je voulais simplement suggérer que ces « têtes bien faites » (dans les écoles et universités françaises) pourraient peut-être apporter davantage à l’économie française s’ils pensaient à autre chose qu’à leurs salaires, leurs bonus et autres stock-options, et à payer le moins d’impôt possible. A moins qu’il ne s’agisse d’aller acquérir de l’expérience à l’étranger, mais je ne pense pas…

    11. Mateo says:

      @ Robert: ils ne sont peut-être pas masochistes, tout simplement.
      Franchement, pour justement avoir vécu un an à l’étranger, le système français me dégoûte et me révolte. Il en a va de même pour la mentalité française, baignée dans un collectivisme larvé, peu importe l’orientation politique. Dans cette pu*ain de mentalité point de salut hors d’un interventionnisme de l’État.

      Mais bon, si tout va bien, dans 2-3 ans je refais mes valises, et pour plus d’un an je l’espère! Reste à trouver la destination. La Suisse m’attire beaucoup mais j’ai peur que l’on s’y ennuie comme un rat mort 😀

    12. julito says:

      Robert, je suis l’un des ces « correspondants » (je dirais plutôt lecteur du blog y ayant laissé un commentaire librement grâce à l’amabilité de notre hôte Jesrad) au « niveau zéro qui ne pensent qu’à sauver [sa] petite peau en emigrant ». Marrant que vous n’ayez pas rajouté le terme « traître à leur patrie », ça n’aurait pas dénaturé votre propos.

      Si ça vous fait plaisir de vous faire plumer en « apportant davantage à l’économie française », c’est votre choix. Mais ne reprochez pas aux gens qui le souhaitent d’aller vivre là où ça leur chante. Les “têtes bien faites”, comme tout autre individu né en France, ne sont pas la propriété de la « société française » et n’ont donc aucune obligation de lui contribuer. Elles peuvent penser tranquillement à « leurs salaires, leurs bonus et autres stock-options, et à payer le moins d’impôt possible » si ça leur chante. Ou simplement essayer de trouver un endroit où elles se sentent mieux pour y vivre. Que ce soit en Suisse, aux USA, en Nouvelle-Zélande ou à Singapour.

      Au passage, accuser Jesrad de bêtise du fait de commentaires laissés par d’autres personnes sur son blog, c’est confondant de manque de jugeote.

    13. Mateo says:

      Concernant Singapour, c’est assez peu libéral comme pays, hormis sur le plan économique. Pour avoir parlé avec mon ancien colloc’ qui était de là-bas et pour avoir un peu lu sur le sujet, je sais que le gouvernement peut parfois avoir un côté dictatorial. Les libertés individuelles, il a tendance à s’asseoir dessus…

    14. jesrad says:

      Oulà, du calme tout le monde. Ma remarque sur « les Français en France » n’est pas une référence au racisme (que viennent faire les « races » là dedans, d’ailleurs) mais tout simplement au nationalisme.

      Je contribue à la société française si je veux. Ou pas. C’est pareil pour les impôts ou que sais-je encore: je veux avoir la liberté de participer ou pas. Surtout quand l’argent va presque exclusivement engraisser des exploiteurs cyniques et manipulateurs ou flatter les vices des amis et des relations des puissants.

      On aimerait bien que tout le monde soit vertueux, seulement dès l’instant où c’est une attitude contrainte, elle ne contient plus la moindre vertu. Et réciproquement.

    15. Arkh says:

      @Robert : une petite directive 10-289 histoire de revenir au servage ne ferait pas de mal il est vrai.

      Ou alors est ce que vous ne souhaitez pas que des gens se barrent du système français car vous ne le faites pas. Ce qui est bon (ou mauvais) pour vous doit l’être pour les autres aussi ?

    16. Bertrand Monvoisin says:

      Robert transfuge de la Stasi ? Ah comme il était bon le temps où les VOPOS du haut de leurs miradors abattaient dans le dos ceux qui étaient traitres à leur patrie socialiste la RDA. On commence toujours par des invectives et des menaces et cela se termine par des barbelés et des fosses communes.

    17. jesrad says:

      Allez-y mollo avec les ‘rouchies. Ce sont souvent d’ex-marxistes/trotskistes qui ont fait l’effort intellectuel de remettre en cause la doctrine et découvert la source du profit capitaliste (calcul d’efficience du travail). Bon, ils se sont arrêtés là, mais c’est déjà remarquable, et je suis d’avis de les encourager sur cette voie de la micro-économie.

    18. julito says:

      @ Mateo,

      Désolé pour les autres de rester un peu hors-sujet par rapport à ce post, mais concernant Singapour, je ne suis pas d’accord avec le commentaire de Mateo.

      Pour y avoir vécu depuis quelques années, je n’ai jamais eu l’impression d’être dans une dictature. Une dictature pour moi, c’est Cuba ou la Corée du Nord. Pas un pays où on peut rentrer et sortir librement, où le droit de propriété est respecté (sûrement mieux qu’en France), un pays où bien qu’étant étranger, on peut très facilement trouver du travail, acheter un logement, ouvrir un compte en banque, sans se faire emmerder par une bureaucratie étouffante.

      Quant aux libertés individuelles, je trouve le pays assez relax, avec en outre une nette tendance à l’amélioration ces dernières années. En dehors de limitations courantes ailleurs, on n’est vraiment pas emmerdé par les autorités que je trouve beaucoup moins pesantes et présentes qu’en France (pas de contrôle des papiers tous les 500m dans le métro ou la rue). Les lois sont claires et on a aucun souci tant qu’on les respecte, je n’ai rencontré aucun arbitraire. On retrouve malheureusement des limitations qui sont communes à beaucoup de pays du monde : pas d’armes, pas de drogue… Pour le reste, les autres vices (même la prostitution) sont autorisés 🙂

      Spécialité locale tout de même, la politique, qui est complètement fermée à toute personne qui ne s’aligne pas sur le PAP, parti au pouvoir. D’un autre côté, aucun Singapourien n’est dupe que son pays n’est pas « démocratique » et le gouvernement n’essaie pas non plus de s’en cacher. Ce n’est pas comme dans moult pays où on essaie encore de faire croire aux gens que le vote est la panacée, le synonyme de la démocratie. D’ailleurs, le gouvernement ou le PAP sont souvent l’objet de blagues bien ironiques dans les films singapouriens (genre le récent Money No Enough 2) ou dans les conversations quotidiennes. Et même si ce gouvernement est fermé, je trouve les fonctionnaires bien plus à l’écoute de leurs « clients » (ce ne sont pas des administrés ou des usagers !) qu’en France, ou aux USA, pays dans lequel j’ai également vécu.

      Et comme rien n’empêche le Singapourien ou l’expat qui en a marre d’aller voir ailleurs, et qu’en plus l’île est minuscule et dépourvue de tout attrait ou richesse naturelle, le gouvernement doit constamment faire des efforts pour motiver les gens à rester : impôts faibles pour une bureaucratie terriblement efficace (incroyable…), terrain ultra favorables aux investisseurs de tout bord, facilité de travailler (pas de Droit du travail) ou créer son entreprise (formalités via Internet, immatriculation en 2h), cadre de vie très agréable et dynamique…

      Donc, oui, Singapour n’est pas la panacée libérale. Il y a plein de choses que j’aimerais y voir différentes. Mais ce n’est certainement pas moins libéral que beaucoup d’autres endroits dans le monde, y compris une bonne partie de l’Europe. Je pense que le pays pâtit de son passé très autoritaire, c’est bien dommage au vu de son évolution récente.

      PS: Ce message n’est pas une émanation du Singapore Tourism Board 😉

    19. Mateo says:

      @ Julito

      Très intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un ayant vécu là-bas, merci pour ton commentaire.

      Je ne faisais que retranscrire les dires de mon ancien colloc’ décrivant son pays ainsi que les quelques articles que j’ai lus.

      Disons qu’un pays où il ne peut pas y avoir d’opposition politique, ça m’inquiète (mon colloc’ m’en avait également parlé). D’ailleurs tu dis toi–même que le pays n’est pas « démocratique ».

      Un pays où il interdit de vendre du chewing-gum (sauf dérogation médicale, lol), ça m’inquiète aussi.

      Et quand je vois qu’on risque la peine de mort si l’on se fait chopper avec de faibles quantités de drogue (on ne parle pas ici de trafic international, mais de quelques grammes ou quelques dizaines de grammes), je m’interroge. D’autant que le gouvernement ne se gène pas pour l’appliquer et que Singapour aurait (les données sont malheureusement confidentielles) un des taux les plus élevé de condamnés à mort par habitant…

      A ce propos, je me demande ce que l’on risque si on se fait choper en train de fumer un joint. Tu as des infos là-dessus? Est-ce une pratique courante ou plutôt rare chez les jeunes?

      La prostitution y est autorisée, mais pas la pornographie, même pas Playboy (qui est plus un magasine érotique que porno). C’est rude 😀

      La liberté d’expression est également relativement restreinte. D’après mon ancien colloc, il ne vaut mieux pas critiquer trop fort le parti majoritaire…

      Alors, oui, au niveau économique Singapour est un des pays les plus libéral au monde. Et, évidemment, ça marche! Singapour était considéré comme un pays du tiers-monde il y à peine un plus de 40 ans et aujourd’hui le PIB par habitant est un des plus élevé au monde (largement devant la France, évidemment).

      Et je veux bien te croire au sujet de l’administration, mon colloc’ m’a dit la même chose.

      Mais bon, si « tout ce qui est amusant est interdit » comme disent certains (selon Wikipedia), ça ne donne pas envie d’y aller…

    20. Martini says:

      Il me semble que la simple possession de quelque quantité de marijuana que ce soit entraîne la pendaison immédiate, sur place.

      « Mais bon, si “tout ce qui est amusant est interdit” comme disent certains (selon Wikipedia), ça ne donne pas envie d’y aller… »

      Pareil. C’est pour ce genre de chose que je préfèrerais Hong Kong.

      Sinon, on a bien battu un nouveau record (de hausse, cette fois) chez les ricains. Mais on n’a pas encore vraiment vu le résultat des CDS.

    21. julito says:

      @ Mateo

      « Très intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un ayant vécu là-bas, merci pour ton commentaire. »

      > Mais je t’en prie 🙂

      « Je ne faisais que retranscrire les dires de mon ancien colloc’ décrivant son pays ainsi que les quelques articles que j’ai lus.
      Disons qu’un pays où il ne peut pas y avoir d’opposition politique, ça m’inquiète (mon colloc’ m’en avait également parlé). D’ailleurs tu dis toi–même que le pays n’est pas “démocratique”. »

      > Il y a une opposition politique, mais disons qu’elle fait vraiment de la figuration.

      « Un pays où il interdit de vendre du chewing-gum (sauf dérogation médicale, lol), ça m’inquiète aussi. »

      > Ça, ce n’est plus vrai. Même si aujourd’hui, on en trouve encore qu’en pharmacie (ce qui est quand même bizarre), on peut en acheter librement. Et contrairement à la France, les pharmacies ressemblent plus à des supermarchés de la santé et du bien-être que nos échoppes détenues par des gens en blouse.

      « Et quand je vois qu’on risque la peine de mort si l’on se fait chopper avec de faibles quantités de drogue (on ne parle pas ici de trafic international, mais de quelques grammes ou quelques dizaines de grammes), je m’interroge. D’autant que le gouvernement ne se gène pas pour l’appliquer et que Singapour aurait (les données sont malheureusement confidentielles) un des taux les plus élevé de condamnés à mort par habitant… »

      > Là aussi, la tendance semble avoir changée. Récemment un Australien s’est fait chopper avec pas mal de cannabis, et il n’a eu que de la prison. La dernière peines de mort pour autre chose que des meurtres, càd pour de la drogue, remonte à plusieurs années déjà. À moins qu’il l’ait caché, mais en général, ils aiment en faire la publicité. Idem pour le caning (frapper le dos avec un bâton :s ), qui est une ancienne pratique tristement célèbre à Singapour, mais qui n’aurait quasiment plus cours.

      « A ce propos, je me demande ce que l’on risque si on se fait choper en train de fumer un joint. Tu as des infos là-dessus? Est-ce une pratique courante ou plutôt rare chez les jeunes? »

      > À mon avis, tu risques un peu de taule, et pire, un séminaire de prévention contre la drogue ! On peut sentir parfois un peu l’odeur, mais les gens sont très discrets. C’est vrai que les drogues dans la région sont vraiment un sujet tabou et qu’il est quand même très risqué de s’adonner à cette pratique en Asie du Sud-Est.

      « La prostitution y est autorisée, mais pas la pornographie, même pas Playboy (qui est plus un magasine érotique que porno). C’est rude 😀 »

      > La pornographie, ainsi que certaines pratiques sexuelles autrefois interdites sont autorisées depuis 2007. Toujours pas de publications toutefois, mais avec Internet, Playboy c’est dépassé 😉 Et puis, on trouve par exemple des sex-shops sur des artères très passantes. Reste que culturellement, et certainement à leur passé, les Singapouriens sont assez conservateurs, surtout chez les plus de 40 ans. Le sexe reste donc discret. De même l’homosexualité masculine est théoriquement interdite, mais on peut voir des couples d’homo se ballader dans la rue sans qu’ils se fassent embêter. Le gouvernement souhaitaient en annuler la pénalisation, mais a reculé quand une bonne moitié de la population (les plus de 40 ans apparemment…) s’y est violemment opposé. Les jeunes par contre s’en foutent. En fait, c’est un débat qui revient régulièrement dans les journaux.

      « La liberté d’expression est également relativement restreinte. D’après mon ancien colloc, il ne vaut mieux pas critiquer trop fort le parti majoritaire… »

      > Oui et non. On peut le critiquer et râler contre sa politique. Mais mieux vaut étayer ses arguments. Récemment, un membre de l’opposition s’est fait attaqué en justice par le premier ministre qu’il accusait de népotisme. Vrai ou pas, en tout cas, ce type s’est pris une sacrée amende car il n’a pas pu apporter de preuve tangible ! Donc on peut critiquer, mais pas n’importe comment… La blogosphère est quand même assez dynamique. L’un des bloggeurs les plus connus dans le coin est Mr Brown (www.mrbrown.com)

      « Alors, oui, au niveau économique Singapour est un des pays les plus libéral au monde. Et, évidemment, ça marche! Singapour était considéré comme un pays du tiers-monde il y à peine un plus de 40 ans et aujourd’hui le PIB par habitant est un des plus élevé au monde (largement devant la France, évidemment).

      Et je veux bien te croire au sujet de l’administration, mon colloc’ m’a dit la même chose.

      Mais bon, si “tout ce qui est amusant est interdit” comme disent certains (selon Wikipedia), ça ne donne pas envie d’y aller… »

      > C’est sûr que si « s’amuser », c’est cracher par terre, emmerder son voisin, tagger dans la rue, etc, ça s’est interdit 😀

      En fait, la devise actuelle, c’est de faire de Singapour un endroit « to live, work and play ». Et je peux dire qu’ils mettent le paquet sur le dernier : légalisation des jeu d’argent avec à la clé l’ouverture de 2 casinos prochainement – et un Institut contre la Dépendance au Jeu passage quand même:) -, GP de Formule 1, organisation des JO junior en 2010, solicitation de promoteurs pour créer des quartiers entiers dédiées à la nuit (genre Clarke Quay, très sympa, ou Dempsey), organisation de nombreux événements et festivals d’art, ouverture d’écoles d’art… Ils essaient de faire en sorte que les goûts y trouvent leur compte. Et le gouvernement joue plus un rôle d’incitateur que d’acteur – ce n’est pas le Nuit Blanche de Delanoë quoi. Et j’ai pu voir plusieurs fois des animations spontanées, genre des gens qui organisent des cours de danse devant l’entrée du métro, des musiciens dans la rue, des séances de yoga outdoor… sans compter les innombrables animations commerciales 🙂 Bref, je trouve l’ambiance très sympa !

      On pourra quand même remarquer que culturellement, le singapourien n’est en général pas fun, d’où sans doute la réputation, même si la jeunesse est assez délurée. Les locaux que je fréquente sont adorables et aiment bien s’amuser, à telle point que j’ai parfois du mal à suivre 😛

      Voilà pour compléter ton commentaire et apporter une vision plus nuancée de « Sin City ». Bien sûr, tout n’est pas parfait, loin de là ! Mais ce n’est pas non plus l’enfer comme on entend parfois par chez nous (genre les propose des commentateurs du récent GP de F1 qui débitaient une connerie monstre sur la ville tout les 1/4 d’heure).

    22. jesrad says:

      Merci pour ces témoignages ! Je ne savais pas du tout que Singapour s’était à ce point libéralisée. Encore quelques efforts et cette ville-nation deviendra encore plus attirante que Hong Kong 🙂

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :