L’étrange rencontre

C’était le deuxième ou troisième Mercredi de la semaine, je ne sais plus exactement. De toute façon les autorités calendaires ne savent plus exactement non plus, ces jours-ci. Enfin bref.


Enrico Ritzibottom Salazar

Donc, ce jour-là, peu après son débarquement dans ce beau pays, le bien-aimé ex-dictateur Généralissime et déviant sexuel Enrico Salazar se rendait incognito (nécessairement) et sans invitation (nécessairement aussi) à un casting de mannequins. Et alors qu’il marchait dans la rue, il vit par devant lui un homme étrange qui se jetait sur les gens en leur criant « Y a quelqu’un ?! Hého ?! ». Mais les gens détournaient la tête et passaient leur chemin sans rien dire. L’homme paraissait perplexe et répétait son étrange abordage auprès de tous ceux qu’il croisait.

Plutôt émoustillé à l’idée qu’un inconnu se jette sur son corps, Enrico se dit toutefois qu’il apprécierait peu qu’on lui hurle à l’oreille, et donc se prépara à décocher un coup de genou à bonne hauteur, au cas où.

Son tour vint: l’homme l’attrapa par les épaules, et le regarda dans les yeux, donc il lui retourna son regard de braise unique qui mélangeait fermeté, bienveillance et séduction, qui lui avait assuré tant de conquêtes chez les deux sexes (surtout quand il l’appuyait d’un revolver). « Oh, vous, vous êtes là ! »

Voyant qu’il était reconnu, Enrico se demanda si ce type ne serait pas par hasard l’un de ses très nombreux enfants illégitimes, et pendant qu’il y réfléchissait l’autre sortit de sa chemise un pendentif pour lui coller sous les yeux. Alors Enrico sortit une poignée des siens pour lui montrer à son tour, des fois que ce soit une coutume locale dont il n’ait pas connaissance.

« Regardez ! C’est le Chao Sacré, le symbole de la seule vraie religion ! » lui asséna l’autre.
« Pornographie, c’est pas vraie religion ? » fit Enrico, profondément déçu car il se voyait déjà en Pape du porno apportant la paix et la plénitude à ses innombrables disciples. Tant pis ! Il trouverait bien une autre façon de faire accepter son « hôte ».
« Euh, non, la pornographie n’est pas une religion. Ce symbole, donc, c’est la représentation du Chaos. »
« Chaos. » répéta Enrico.
« L’univers est plein d’Ordre mais aussi de Désordre, et les deux sont naturels, alors il faut apprendre à aimer le Désordre aussi ! » insista le type.
« Hahaha, toi marrant. C’est foutaises, Enrico aime bien foutaises. » répliqua Enrico.
« Quoi ? Mais non, c’est pas des foutaises, c’est la vérité pour va vous libérer ! »
« Si. C’est foutaises. Mais c’est bien, parce que foutaises est important. »
« Important ? Foutaises ? Comment ça ? » s’étonna l’homme.

Enrico fut surpris, il était pourtant persuadé que dans ce pays les gens connaissaient bien le concept de foutaises.

« Foutaises est très très important. » explica-t-il à l’autre, « Foutaises doit être étalées partout, maximum. Toujours étaler foutaises où toi vas. »
« Mais… pourquoi ? » demanda le type.
« Très très simple: si toi parle quelqu’un, et toi dis c’est vérité, il pense pas du tout, OK ? »
« Euh, non, il pense à ce que je lui ai dit. »
« Combien de gens toi connais ? Beaucoup de gens, ils sont pas bien dans leur tête, acceptent l’information comme bébé chèvre boit au pis. »
« C’est vrai, la plupart des gens sont des Choux, voire des Grisfaces, mais quand même ? »
« Si toi donnes-leur foutaises, plus tard ils comprennent, sont en colère, mais alors vont chercher eux-même l’information. Ils doivent utiliser leur lard de tête pour penser, au lieu s’appuyer sur celui d’autre et faire les pensées à leur place… pour ça, foutaises est très très important. Alors étales foutaises partout où toi vas, mon bougre. »

Enrico s’apprêtait à poursuivre son chemin et son projet initial, quand l’autre type l’interrompit à nouveau: « Mais, et si ils ne se rendent jamais compte que ce sont des foutaises ? »

Enrico se retourna, haussa les épaules, et répondit: « Alors toi s’en fous. S’ils sont stupides autant, ils méritent rester stupides. »

Remixé, détourné, copié et traduit – pas forcément dans cet ordre – à partir des oeuvres du Baron von Hoopla

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :