Tous les trucs pour décrocher un premier emploi:

Trouvé par Mâh

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

10 Responses to Tous les trucs pour décrocher un premier emploi:

  1. Morpheus says:

    la rhétorique de son père avec un physique plus agréable

  2. Je ne critique pas, je constate... says:

    Ce gars est moche, il a un regard de veau et un sourire d’idiot…

  3. jesrad says:

    Spéciale dédicace à tous les jeunes qui cherchent un premier emploi depuis des mois, voire des années.

  4. Corwin says:

    Je n’en reviens pas, c’est la vraie couverture ? Ils ont fait ça au premier degré ?? Putain tu parles d’un challenge…

  5. Blèh says:

    Jean Sarkozy, 21 ans, tête à claques.

  6. Frost says:

    Hors-sujet: Que pensez vous de cette intervention d’Alain Soral sur le libéralisme: http://www.youtube.com/watch?v=JzPoKyoENHQ&feature=related

  7. Bertrand Monvoisin says:

    Merci papa, merci à tous les esclaves qui triment pour que je me gave sans rien foutre. Ce gugusse frime car pour l’instant tout lui a été facile, mais au premier revers un peu important il va s’effondrer. Pour forger le caractère d’un individu il faut le laisser se démerder, lui laisser commettre des erreurs (on apprend toujours de ses erreurs), se confronter à des situations de crise. Dans les familles d’entrepreneurs qui ont dépassé la troisième génération (il y en a plus qu’on croit) un membre de la famille n’obtient pas automatiquement un poste de direction (sauf si on veut nommer des incompétents prétentieux qui vont couler la boîte). Dans les grandes dynasties de banquiers d’affaires des XIX° et XX° siècles les fils de familles faisaient des stages dans des firmes concurrentes pour apprendre le métier sans risquer d’être traité comme un « fils à papa ». Ils trimaient dur, se tapaient tout le sale boulôt, les relations avec les pouvoirs publics, les clients les plus exigeants, avalaient des tonnes de courriers et traitaient des montagnes de comptabilité (sans informatique of course !). Mais ça leur blindait le caractère, lorsqu’ils retournaient dans la firme familliale il avaient acquis non seulement des connaissances techniques, mais surtout un certaine humilité en même temps une cuirasse face à l’adversité (cf « Un homme d’influence » Jacques Attali). Après ils créaient une filiale de la banque en question ou même montaient leur propre entreprise. C’est un peu comme ça que fonctionne la famille Mulliez (Auchan, Phildar, Flunch, Kiabi…), chaque membre est incité à créer sa propre enseigne, cela perpétue l’esprit créateur.

    Pour revenir à notre espèce nous avons à faire à un individu prétentiard et suffisant qui montrera sa vraie nature dès que papa descendra de son piédestal, ce jour là rigolade assurée un peu comme pour Jean-Christophe Mitterrand.

    Au passage la France est la seule « démocratie » où l’ex-chef d’Etat (je ne parle pas des monarchies constitutionnelles) continue de se faire engraisser aux frais de la princesse, alors qu’il a largement puisé pendant des décennies dans les caisses publiques et privées (marchés publics et pots-de-vin) sans même évoquer le cas de madame qui se paye les meilleurs restaurants avec les fonds de son association prétenduement caritative, mais il faudrait être vraiment de mauvaise foi pour supposer que la France n’est pas un Etat de droit.

  8. jesrad says:

    Ce que je pense de Soral ? Qu’il confond économie et finance, mais que c’est probablement voulu et de mauvaise foi plutôt que par simple ignorance. Ça lui permet de mettre les grands bazars étatiques internationaux émanant de l’ONU (FMI, Banque Mondiale et autres) ainsi que les grands programmes de nationalisme interdictionniste (comme la PAC) dans le grand fourre-tout de son « libéralisme économique », pour blâmer tous les malheurs du monde sur une idéologie qui n’en demande pas tant.

    Pareil quand il parle de « monnaie de singe: le dollar », il n’a pas tort, mais ça n’a aucun rapport avec le libéralisme (je cite Rothbard: la monnaie est bien trop importante pour la laisser à l’état. Son cheval de bataille, la liberté fiduciaire, était le même que pour le Dr Ron Paul, qui réclame l’abolition de la FED).

    Bref, il pose deux choses qui sont contradictoires (le mouvement libéral, tel qu’il existe depuis deux siècles et non tel qu’il est présenté depuis les années 90 par l’extrême gauche, d’un côté ; et le capitalisme d’état, survivance du socialisme autoritaire tel qu’il fut massivement pratiqué dès les années 20-30), et balance que l’un est une conséquence de l’autre, en effaçant d’un coup de balai le XXème siècle tout entier. C’est un peu trop gros pour passer inaperçu.

    Il est aussi gonflé de parler de « logique à court terme » pour les individus, alors que ce sont les élus, qui n’ont qu’une période limitée pour profiter à plein de leur pouvoir, qui sont enfermés dans le court-terme au détriment du long terme, comme l’a montré Hans-Hermann Hoppe dans « Democracy: the God that failed ». Il va même jusqu’à inventer le terme « libéralisme d’état » ! Il suffit de lire mon blog pour se rendre compte que ce terme a autant de sens que « lumière sombre » ou « bruit silencieux ». Il s’en sert même pour qualifier la tendance de la Russie vers l’autoritarisme (l’exact contraire du libéralisme !).

    Bref, je pense que Soral n’est pas idiot, mais malveillant, pour des raisons idéologiques qui lui sont propres. Il fait exprès d’associer le libéralisme et son contraire pour présenter ses idées comme alternative dans une sorte de fausse dichotomie.

  9. Frost says:

    Merci Jesrad pour ce point de vue.

  10. jesrad says:

    Juste pour préciser: ce que Soral appelle « libéralisme d’état » ressemble à s’y méprendre au fascisme tel que le définissait Benito Mussolini. Il est trop malin pour ne pas avoir fait ce rapprochement douteux volontairement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :