Les vandales pour le cancer et contre la guérison

Ne Cede Malis déplore l’arrestation de camarades agoristes près de Lyon. Leur tort d’après les vandales aux ordres de l’état envoyés chez eux pour détruire leur travail ? Echapper au contrôle des hommes du pouvoir, parce qu’ils fabriquaient des médicaments « non-autorisés », sans respecter les brevets des grands laboratoires pharmaceutiques ni les procédures officielles.

Ce qu’il faut retenir pour ne pas dire d’ânerie sur le sujet:

  • Les médicaments en question (péroxydases, ou physiatrons, synthétiques) étaient fabriqués sous le contrôle d’un ancien médecin et d’un pharmacien, et tous les participants étaient bénévoles
  • Ces médicaments avaient été conçus par le docteur Jean Solomidès suite à ses travaux sur les péroxydases et leurs possibles effets sur les tumeurs vers les années 50 à l’Institut Pasteur
  • Ils ne venaient donc pas en remplacement des traitements « officiels » approuvés par l’état (puisque l’état n’a jamais accepté d’envisager d’autoriser les péroxydases, ni d’expliquer ce refus et encore moins de le justifier), mais en complément: aucun malade n’a perdu d’occasion de se soigner en les utilisant, contrairement à ce qui a été avancé par certains
  • Ils n’étaient pas vendus en tant que contrefaçons, sous un nom ou une marque usurpée, mais pour ce qu’ils étaient: de la médecine parallèle
  •  
    Avec l’arrestation des membres de l’association, les malades perdent donc une possibilité de se soigner, qu’ils avaient choisis librement. Les vandales ne veulent décidément pas votre guérison.