La nouvelle terre promise est autour de vous

Namque pauci libertatem, pars magna iustos dominos volunt — Salluste
(Peu désirent la liberté, la plupart cherchent seulement un maître qui soit juste.)
 
Quand un gouvernement prend votre fric de force et vous retire les armes des mains, il n’a clairement pas votre intérêt en tête.


Je m’adresse à tous ceux qui ne supportent plus ce monde. Vous qui êtes effrayés face à la montée des extrêmismes barbares, qu’ils soient pseudo-démocratiques ou pas. Vous qui vous sentez perdus dans une prison sombre dont les murs épais sont bâtis par l’agressivité des autres. Vous qui tremblez à l’évocation des guerres déclenchées par des fous ivres de pouvoir, et des autres conflits annoncés. Vous qui refusez la détresse qui envahit tout ce qui vous entoure sans trouver d’échappatoire. Vous qui désespérez de voir ce monde s’enfoncer toujours plus dans la spirale infernale de l’autoritarisme et de la misère furtive. Vous qui pleurez vos libertés perdues. Vous qui ne savez d’où vient ni comment éteindre la haine dans le regard de l’autre. Vous qui vous sentez prisonniers de ce que vous n’avez pas voulu. Vous qui ne pouvez vous résoudre à participer à des sociétés de moins en moins humaines. Vous qui avez été privés de votre avenir. Vous qui voulez simplement vivre en paix sans faire de mal, sans rien arracher à personne.

Votre espoir n’est pas vain.

Je m’adresse aussi à vous qui brûlez de trouver qui a désiré toutes ces horreurs, afin de le punir, et qui croyez même parfois l’avoir identifié. Vous qui rejetez celui qui refuse d’embrasser votre colère. Vous qui voulez détruire avant de construire. Vous qui en avez tellement assez de subir que vous cherchez à infliger à votre tour. Vous qui vous appropriez un fantasme de vengeance emprunté à ceux que vous pensez victimes malgré eux. Vous dont la pensée toute entière ne fait que changer la direction de la violence sans la remettre en cause.

Vous êtes vous-mêmes les bourreaux que vous poursuivez.

Je souhaite qu’ensemble nous partions de ce monde – sans nous déplacer: partir, de partiri = partager, découper ou séparer. Partons en découpant de notre existence ce que nous rejetons, en cessant de croire aux hallucinations dont l’existence n’est dûe qu’à l’insistance des autres. Partons loin de tout ça.

Partir pour aller où ? C’est très simple: commençons par décrire le monde qui est souhaité comme résultat. Il suffira ensuite d’agir exactement comme nous voudrions que ce monde fonctionne, et ce monde sera. L’ancien se videra de sa population à mesure que le nouveau s’en remplira.

L’ancien monde forçait tout le monde à se soumettre à des compromis entre ce que veulent les uns et les autres, qui n’arrangent que ceux qui les ont conçus et qui répriment le reste du monde ; le nouveau ne fera aucun compromis, chacun pourra choisir ses règles à la condition qu’il respecte celles des autres. Il n’y aura plus de sujets soumis, mais que des monarques, avec entre eux toute l’exigence de cordialité attendue entre souverains de même qualité et de titres identiques. Ceux qui veulent recevoir des ordres auront un maître, que ceux qui n’en veulent pas ne seront forcés par personne d’en avoir ; ceux qui veulent se bourrer la gueule ou se shooter le feront, ceux qui ne veulent pas ne seront forcés par personne de le faire ; ceux qui ont des conneries à raconter ne se gêneront pas pour les dire, et ceux qui ne veulent pas les entendre ne seront forcés par personne de les écouter ; ceux qui veulent tuer mourront, et ceux qui veulent continuer à vivre ne seront empêchés par personne de le faire ; ceux qui aiment faire des cadeaux en feront, et ceux qui en auraient bien besoin ne seront empêchés par personne d’en recevoir ; ceux qui veulent bosser bosseront, ceux qui ne veulent pas ne seront forcés par personne de travailler…

Et les autruches siègeront à l’Assemblée.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :