Pincemi et pincemoi sont sur un bateau

L’affaire du Ponant, le voilier attaqué par des pirates au large de la côte somalienne, est l’occasion de parler d’un business en pleine expansion. Je ne parle pas du business de vol de navire à main armée, mais de celui, antagoniste, de la sécurité maritime. Pendant que notre abruti de Premier réclame à grands cris un « organisme sous mandat de l’ONU pour lutter contre la piraterie » (avec, on l’imagine, la même efficacité que les autres émanations de l’ONU, toutes plus corrompues et impotentes les unes que les autres), les gens qui sont directement concernés par la piraterie maritime, c’est-à-dire les transporteurs, leurs assureurs et leurs clients, et même les gouvernements qui s’occupent réellement d’assurer la sécurité des eaux, réagissent à la récente flambée d’attaques en mer (16 milliards de $ de pertes l’année dernière) en développant le secteur privé de la surveillance et défense des routes maritimes.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

One Response to Pincemi et pincemoi sont sur un bateau

  1. Bertrand Monvoisin says:

    L’ONU (ou plutôt l’Onulle) prouve la réalité du « principe de Dilbert » qui veut qu’on nomme toujours le cadre le plus inefficace au poste le plus élevé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :