Géométrie de l’autorité et du racisme

Il paraît que, pour avoir la pleine mesure d’un homme, il suffit de lui donner du pouvoir et de voir ce qui se passe. Une autre façon de voir est que c’est le pouvoir lui-même qui corrompt l’homme. Ma propre opinion, vous la connaissez, c’est que le pouvoir est la racine de tout mal.

Voyez par exemple Gautier Béranger. Voilà un type ordinaire, en tout cas au départ, sorti du ventre probablement un peu flasque d’une femme comme chacun de nous, il sera passé par à peu près les mêmes étapes que tout autre homme avant lui (l’enfance et les premiers tourments de la tribalité, l’adolescence et la grande confusion des passions sous l’effet des hormones, etc…).

Et puis… Il découvre le pouvoir assez tôt puisqu’il entre rapidement aux Jeunes CNI. Etait-il prédisposé à écraser l’autre pour son propre bénéfice, à nier à son semblable les mêmes droits qu’il accorde à lui-même – critère qui distingue la civilisation de la barbarie – était-il né l’esprit ainsi déformé ou a-t-il été frappé par ce mal pendant l’enfance ? On ne sait pas. Mais autant qu’on puisse voir, l’essentiel de sa vie d’adulte est placé sous le signe du pouvoir: il administre par exemple l’association des anciens élèves du prestigieux lycée de Janson-Sailly, et il s’empresse d’aider les uns à dominer les autres dans l’espoir de monter en rang, en tant qu' »ancien camarde de ». Il gravit la pyramide de la hiérarchie, passe secrétaire général adjoint du CNI, obtient un temps un poste d’inspecteur de la direction générale des impôts (le placard toujours disponible des énarques en disgrâce, d’ordinaire), acquiert toujours plus de pouvoir, est recasé sous-préfet de Châteaudun, et finalement se retrouve propulsé « responsable de com » pour le ministère tout neuf de « l’identité nationale ». Est-il déjà, à ce moment-là, irrémédiablement enivré par la domination d’autrui ? Est-il alors conscient de sa condition ? Se rend-il compte être possédé par un démon pire que tous ceux auxquels ont pu croire les superstitieux du passé, le même démon qui a déchaîné l’enfer au XXème siècle et massacré 236 millions d’humains ? Est-il déjà complètement aliéné par Grisface ?

Le voilà donc qui fait ses courses au Carrefour de Charenton. Il paie par chèque, il y en a pour 528,06 euros. C’est là que la contradiction interne du principe d’autorité vient le frapper de plein fouet: la procédure commande et exige d’emporter ses papiers pour vérification car le chèque fait plus de 250 euros. M. Béranger, haut-fonctionnaire du ministère précisément chargé de la vérification des papiers, lui dont chaque action ou presque de sa vie a été une affirmation de la hiérarchie et de l’ordre vertical entre les humains – un ordre où les ordres vont du haut vers le bas – se retrouve soumis.

Et pas par n’importe qui en plus: il est dominé par un noir d’origine sénégalaise. Un vigile de magasin: un rien-du-tout dans la hiérarchie nationale, comparé à ce membre de « la race des seigneurs ». C’en est trop, le rapport est inverse de ce qu’il aurait dû être. Il lui faut absolument rétablir l’ordre vertical dans son sens normal, immédiatement. M. Béranger, donc, d’après les nombreux témoins de la scène, s’empresse de tenter d’utiliser son propre pouvoir pour dominer le vigile de toute son autorité:

Vous n’avez pas le droit de toucher mes papiers, vous pouvez faire une croix sur votre carrière, c’est moi qui donne les accréditations aux sociétés de gardiennage !

Voyant que cela ne fonctionne pas, il invoque alors les super-pouvoirs de son propre dominant qui dirige le ministère:

Sale noir ! Je suis un ami proche d’Hortefeux, je te ferai renvoyer dans ton pays !

Le vigile réplique sur le même mode en faisant appel, lui, aux super-pouvoirs du système judiciaire français, par le dépôt d’une plainte pour insultes racistes. Et aujourd’hui toute une myriade de citoyens concernés, festifs et eux aussi aliénés par Grisface vont se dépêcher d’invoquer, à leur tour, toutes sortes de sous-pouvoirs, pouvoirs et super-pouvoirs pour affirmer de tout leur poids leur position dans la pyramide hiérarchique.

Les mots me manquent pour vous communiquer avec exactitude l’intensité de mon impression d’être un étranger, au sens le plus littéral, sur cette planète et en particulier dans ce pays. Les motivations, la logique (ou plutôt une parodie de logique), les raisonnements tortueux, le tout mêlé d’émotions de colère, de rage ou d’envie, à moins que ce ne soit à la place cette servile absence d’émotion provoquée par la singulière aliénation des gens qui « ne font qu’appliquer les règles » comme si quelque commandement télépathique extraterrestre s’emparait de leur conscience et annihilait leur jugement… Tout cela m’est totalement, absolument, complètement orthogonal. Oui, je me sens perpendiculaire à tous ces gens et à leur monde ; jusqu’à nos façons de penser nous sommes sur des axes aussi opposés qu’il se puisse concevoir ; nos actes et nos aspirations, dans l’expression de nos croyances qui se croisent à angle droit, suivent des directions qui ne sont même pas en sens contraire tellement elles sont différentes. En quelques mots, j’ai l’impression de vivre dans une autre dimension.

C’est pour ça que je m’effraie tout autant que je me réjouis de nouvelles comme celle-ci, que le Canard Enchaîné (et bien d’autres maintenant) ont dévoilé aujourd’hui: j’ai peur d’être celui qui n’est pas orienté dans la bonne direction, mais en même temps je me dis que je n’aurais de toute façon pas la moindre envie de l’être, si c’était bien le cas.

Si le destin veut qu’un jour je sois vigile de supermarché et confronté à un cas semblable, je prie Eris d’avoir la possibilité de faire la seule chose qui me paraît de bon sens (géométriquement autant qu’humainement): prier ce sale type de quitter les lieux sans tarder, sans payer et sans ses courses.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

13 Responses to Géométrie de l’autorité et du racisme

  1. Laure says:

    Eh eh ! Je vois que mon article a fait des petits… Révélateur, l’histoire de la « race des seigneurs », n’est-ce pas ?

  2. jesrad says:

    Oui, c’est très révélateur de la mentalité de nos maîtres. Il y a bien deux classes sociales dans ce pays: ceux qui paient des impôts, et ceux qui en jouissent.

  3. Eric says:

    Joli petite histoire. Maintenant, allez dans un « quartier sensible ». Avec un peu de chance (tres peu), on vous reperera et vous traitera de « sale blanche », de « pute » puisque vous etes une fille, je crois . Et plus si affinité. Vous n’aurez meme pas le temps d’admirer les fresques de ces lieux, les hiéroglyphes « sales juifs ». Pourtant, pas de haut fonctionnaires dans les parages.

    L’autorité est une necessité du point de vue liberal, au sein d’un Etat regalien. Vous tenez la un discours anarchique.

  4. Laure says:

    L’autorité doit être juste et surtout légitime ! En l’occurrence, le fonctionnaire qui use et abuse de ses pouvoirs régaliens, ou menace de le faire, comme c’est le cas ici, n’est autre qu’un barbare.

    Evidemment que les hauts fonctionnaires ne vont pas dans les zones de non-droit. L’esclavagiste évite quand il le peut de se commettre avec les esclaves.

  5. Corwin says:

    Cher Eric, effectivement l’ordre est nécessaire. Seulement je doute qu’un petit roquet administratif teigneux et arrogant de l’acabit de celle que Jesrad décrit nous aide un tant soit peu à le maintenir et à garantir la sécurité de tous en tout lieu de notre territoire national (j’emploie le mot territoire à dessein). Et voyons les choses en face, au sein de l’Etat il sont les plus nombreux, ceux de la race des saigneurs, des vampires, ou plutôt des tiques molles et enflées.
    Contrairement à Jesrad, je pense que le pouvoir n’est pas un choix, c’est un fait, une conséquence de l’inégalité entre individus qui s’exprime en fonction des circonstances. Chacun de nous a ses forces et ses faiblesses et dominera ou sera dominé selon le plan sur lequel l’affrontement aura lieu. En conséquence, pour faire face aux hordes barbares qui nous crachent leur haine et leurs menaces au visage, il n’y a qu’une seule chose sensée à faire. Nous adapter aux circonstances, (re)développer les talents qui nous permettront de rester maîtres de notre espace, en tant qu’êtres de raison gravement en minorité.

  6. jesrad says:

    @Eric:
    Historiquement, la police moderne a été inventée par le secteur privé (XVIIème siècle, Jonathan Wild, j’en parlerai bientôt), et phagocytée (puis corrompue, inévitablement) par l’état de manière criminelle. Ce fut pareil pour des tas d’autres choses, comme le service postal moderne (inventé par William Dockwra), ou encore les transports de masse (au début du XXème siècle il y avait dix compagnies de tramway dans Paris), la distribution d’énergie, les assurances sur les dépenses de santé, les caisses de retraites, etc… Pendant des siècles, peut-être même des millénaires, des civilisations entières se sont aussi passées de système judiciaire centralisé ou gouvernemental, avec des juges exerçant une activité privée comme le font aujourd’hui les avocats ou médecins. Le maintien de l’ordre, comme tout autre activité civilisée, a toujours été, est toujours et sera aussi encore mieux fourni par la catallaxie que par la force, c’est ce que montrent les faits tout autant que la raison. C’est pour ça que je suis anarchiste.

    @Corwin: je pense que tu confonds pouvoir et justice 😉 Il est clair et net qu’il faut agir et réagir, dans les circonstances actuelles. Heureusement « Traite autrui comme tu voudrais qu’il te traite » ça laisse une grande latitude d’action.

  7. Naufrage says:

    Eric: « Vous tenez la un discours anarchique. »

    Sans blague 😀

  8. Naufrage says:

    Par ailleurs, ce qui est important là n’est pas seulement que le gars est raciste, mais qu’il souhaitait utiliser son pouvoir pour échapper aux règles que son employeur impose aux autres.
    Ce qui est flagrant là c’est bien le problème que pose le pouvoir.

  9. jesrad says:

    Franchement, il peut être le plus affreux raciste de l’Univers et croire à des âneries xénophobes tant qu’il veut, du moment qu’il ne cause de tort à personne sous l’impulsion de ces bêtises. Il peut même appeler au génocide industrialisé de telle ou telle ethnie, tant qu’il veut, et je n’en aurais rien à battre (au delà du fait que je ne lui rendrais même pas son bonjour dans la rue) du moment que ça n’entraîne pas d’agression.

  10. Bertrand Monvoisin says:

    @Jesrad Le problème avec ceux qui lançent des appels au meurtre c’est que des désaxés risquent des les prendre au mot. Les Jacques Clément (assassin d’Henri III), François Ravalliac, Raoul Villain ont été aiguillonés par la propagande avant de passer à l’acte.

  11. jesrad says:

    Dans ce cas celui qui a appelé au meurtre est tout autant coupable de meurtre que celui qui a suivi les instructions.

  12. Juddilopass says:

    Heu…. vous semblez avoir beaucoup de rancoeur contre ce pauvre jeune homme… Surtout que jusqu’à condamnation, il est présumé innoncent.

    Le pouvoir des mots et des avanies et quelque fois plus destructeur que les chimères prétendues ou espérées!

  13. jesrad says:

    Woah, vous êtes complètement passé à côté de tout ce que j’ai écrit dans l’article ! Bel exploit.

    Je me fous de ce qu’il a pu dire ou pas. Je ne comprends même pas qu’il puisse y avoir un procès pour cette histoire, ni un ministère de l’identité nationale, et encore moins que M. Béranger puisse vivre d’argent volé au peuple et avoir pouvoir sur les autres comme il le fait depuis son entrée dans la vie active.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :