Jour de remémoration

Le Premier Mai n’est pas qu’une occasion de faire la grasse matinée ou d’aller faire griller des merguez en réclamant encore et toujours plus de fric (Mais pourquoi les gauchistes sont-ils si obnubilés par le pognon ? Il y a pourtant d’autres trucs dans la vie !) ; c’est aussi le Jour de Remémoration des atrocités commises par les régimes socialistes et communistes.

Rappelons-nous, en particulier, certains faits:
L’Union Européenne persiste à ne pas vouloir reconnaître les crimes contre l’humanité commis sous domination soviétique dans les pays de l’Est notamment à cause de Francis Wurtz, un politicien gauchiste français.
À la fin de la seconde guerre mondiale, les nations alliées ont trahi les résistants antisoviétiques qui les avaient pourtant aidés, en les extradant vers l’URSS. Ils furent exécutés sommairement.

À tous ceux qui pourraient se demander pourquoi continuer de parler en 2008 du communisme et de ses effroyables crimes, à tous ceux qui croient que cette doctrine est oubliée, ou qui ont du mal à comprendre le lien de cause à effet inévitable entre collectivisme et massacres, je n’ai qu’une chose à dire: ceux qui refusent les leçons du passé sont condamnés à répéter les mêmes erreurs. Depuis deux siècles nous n’avons jamais été aussi près, ici en France, aujourd’hui, de l’instauration complète d’un régime collectiviste autoritaire, déjà partiellement en place: la France n’a déjà pas grand chose à envier à la Chine en matière de fiscalité (et la baisse d’impôts notée cette année est trompeuse car les dépenses, elles, ne semblent pas décidées à baisser) ; en matière de liberté économique nous sommes à des années-lumières des nations modernes et prospères, quelque-part entre la Jamaïque et l’Ouganda ; et même en matière de liberté d’expression le « pays des droits de l’homme » inquiète.

La situation de l’état français, dont la banqueroute est déjà effective à défaut d’être ouvertement reconnue, pourrait nous faire basculer définitivement. Il suffit pour cela de lui abandonner nos droits lors de l’inévitable crise, sous l’effet de la peur par exemple, ou simplement pas apathie. Il y a un indicateur historiquement fiable de l’autoritarisme d’un gouvernement, c’est la corruption. Quand on sera réduit à avancer des bakchichs pour toutes sortes d’opérations ordinaires de l’administration, il sera déjà trop tard.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :