L’image du jour

…est un graphique de BusinessWeek:

Qu’y voit-on ? Que l’éducation et le temps qu’on passe à bosser compte pour beaucoup, beaucoup moins dans l’accroissement de la productivité, qui est la mesure de la non-pauvreté, face au capital investi et surtout face aux techniques (d’ailleurs, les techniques ne sont jamais qu’une autre forme de capital investi).

Mises l’avait déjà dit il y a près de 60-70 ans: le niveau de vie suit la quantité de capital investi par travailleur. La morale de cette histoire ? Pour gagner plus, il faut travailler mieux.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

3 Responses to L’image du jour

  1. Corwin says:

    Personnellement, ne voyant que le graphique, je ne vois que la part de gain en productivité résultant de l’investissement dans chacun des trois domaines cités. Pour en tirer la moindre conclusion il faudrait que je puisse comparer avec le camembert d’investissement lui-même : bref si les 0.4% venant de l’éducation (soit un peu plus de 20% du gain annuel relatif en productivité) a été obtenus avec 10,20, 50 ou 80% de l’investissement annuel total dans ces trois domaines confondus. Sans ça, comment je fais pour déterminer la rentabilité pour chacun des trois types ???

    (désolé de te filer du boulot supplémentaire, j’en profite pour te remercier des efforts continus sur le blog… je suis un tantinet chiant sur la méthodologie, déformation professionnelle)

  2. Corwin says:

    J’en profite pour ajouter qu’il existe des synergies, des effets de limite et des effets de catalyse dans les investissements, tout spécialement dans ceux qui porte sur du savoir ou du savoir faire. Me basant sur mon expérience personnelle où ma spécialisation de troisième cycle est en adéquation parfaite avec mon job, il me parait logique qu’en investissant dans l’éducation, j’obtienne des gens qui mettent deux fois moins de temps à acquérir du know-how en tant que débutants sur disons les deux-trois premières années en poste(bien sur au bout de dix ans, la différence imputable au niveau de départ pour chaque année supplémentaire va devenir marginal) et donc je peux investir moins en know-how (genre workshops et mentoring dans l’entreprise) pour un même résultat. Ces compartiments ne sont pas complètement indépendants, donc je trouve ça plutôt difficile de quantifier leur importance respective.

  3. jesrad says:

    Argh, impossible de trouver des détails sur la méthodologie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :