Vive l’inégalité !

Il est courant chez ceux qui prétendent « lutter » pour « l’égalitarisme » de s’inquiéter uniquement d’une seule forme d’inégalité économique: celle qui sépare les gens d’un même pays à un instant donné fixe.

Et ils ont pour ce faire des tas de chiffres, d’outils économétriques et autres indices de toutes sortes, pas moins ! Mais à aucun moment ils ne se sont demandés si une telle analyse, complètement statique, avait le moindre sens dans un monde à quatre dimensions…

Pour commencer, appelons un chat un chat: l’inégalité, c’est le nom politiquement correct donné à la différence quand on ne l’aime pas. Moi j’aime la diversité, je crois que les différences nous enrichissent tous même quand on les appelle des inégalités.

Ensuite, pourquoi s’inquiéter seulement de l’inégalité entre les gens pendant un bref instant ? Après tout, nous traçons chacun notre propre voie, nous partons tous d’un point de départ différent, dans des conditions différentes, et s’étonner de ce qu’il existe des différences entre les gens quand on prend un instantané de leurs situations tous ensemble, c’est effrayant de bêtise. Il est parfaitement juste que, dans une existence où chacun s’efforce d’enrichir son existence (pas seulement matériellement, d’ailleurs: j’ai toujours considéré que « richesse » s’appliquait à bien plus que ça) ceux dont l’existence a commencé à des moments différents, ou ont pris des chemins différents, etc. soient différemment avancés sur cette voie.

Comme chacun de nous va aussi poursuivre différemment sa vie par la suite, même si nous sommes tous ramenés, par quelque opération mystique, à la même situation au même instant donné, dès l’instant suivant nous recommencerons à diverger les uns des autres: il est donc complètement vain d’essayer de nous rendre tous égaux économiquement maintenant plutôt qu’à un autre moment. Et puisque nous menons chacun notre existence différemment, que nous pouvons choisir d’atteindre une situation différente, qu’elle soit plus élevée ou plus basse, de celle que cherche à atteindre quiconque d’autre, il n’est pas juste du tout de s’opposer à nos efforts en répétant l’opération d’égalisation au fil du temps.

Mais aussi, pourquoi comparer les gens qui existent maintenant, et occulter complètement ceux qui existaient avant eux et ne sont plus là ? Leur existence compte-t-elle moins que la nôtre ? Devrait-on s’efforcer de rendre les gens d’aujourd’hui « égaux » à ceux d’hier ? Ou devrait-on essayer de faire le contraire, en dépit de la marche du temps ?

Enfin, je l’ai souligné plus haut, nous cherchons tous à améliorer notre situation au cours de notre existence: c’est ce qui motive toutes nos actions sans la moindre exception (ce qui ne veut pas dire que l’effet voulu suit forcément). Cela veut dire qu’il y a une inégalité qui est essentielle, plus importante que toutes les inégalités que l’on pourrait vouloir mesurer ou défaire: c’est la différence entre là d’où nous sommes partis, et là où nous sommes parvenus par nos efforts.

Cette inégalité-là, nous avons tout intérêt à l’augmenter autant que nous pouvons pour chacun d’entre nous. Loin d’être indésirable, elle est la seule mesure possible du progrès, la seule façon honnête de juger nos situations. Elle seule peut nous dire clairement si les hommes parviennent à résoudre leurs problèmes, à s’épanouir, à profiter de leur temps sur Terre, à accomplir quoi que ce soit qui vaille la peine d’avoir vécu. Toute autre considération est insignifiante en comparaison.


Je me réjouis que mon voisin soit mille fois plus riche que moi si ça me permet de devenir deux fois plus riche que s’il ne l’était pas.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

2 Responses to Vive l’inégalité !

  1. Phantom Opera says:

    Sacré blog dit donc! Félicitations pour un tel entretien!

    Ton analyse tombe à l’eau car il y a des gens qui savent ce qu’est l’inégalité! Quid du socialiste omniscient capable de connaître à un instant t et dans le temps la totalité des informations générées par la société? Dieu-énarque, tu connais pas? :p

    Bonne continuation à toi Jesrad et encore merci pour tes contributions précieuses sur lib.org 🙂

  2. Bertrand Monvoisin says:

    Cet article me rappelle les débats passionnants que nous avions avec notre ancien professeur d’histoire économique Jacques Marseille. L’inégalité est le moteur de la société, c’est parce que l’on veut s’élever socialement que l’innovation existe. Les lois égalisatrices sont non seulement destructrices du point de vue économique et sociale mais elles sont castratrices dans le domaine scientifique. L’URSS qui se vantait de créer le plus d’ingénieurs au monde (un diplôme ne crée pas l’intelligence) n’a jamais été capable à la différence de Taïwan ou Singapour de produire du matériel informatique et encore moins de logiciels.

    Le paranoïaque Robert Mugabe a spolié les terres des fermiers blancs pour redistribuer leurs terres a ses fidèles partisants car « c’était plus juste », le Mozambique a acceuilli les proscrits Zimbabwéens en leurs permettant d’exploiter des terres en friche, résultat le Zimbabwe qui était le grenier à blé de l’Afrique australe connait une pénurie alimentaire et même des émeutes frumentaires. Merci qui ? Merci égalitarisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :