Le méthanol comme bio-carburant ?

Alors que le cours du dollar s’effondre face (entres autres) au pétrole, les habitants non-stupides de cette planète réfléchissent à des solutions pour concurrencer, compléter ou remplacer le liquide brun-noir nauséabond. Avant l’utilisation des carburants fossiles (charbon, pétrole, tourbe, gaz) l’humanité utilisait à l’échelle industrielle de l’huile de baleine – qui est techniquement une énergie renouvelable. Qu’utiliserons-nous après ?

Robert Zubrin, scientifique et ingénieur de haut vol déjà bien connu pour son implication personnelle dans la Mars Society, pense avoir trouvé la réponse – ce n’est pas l’hydrogène, qui n’est qu’un simple (et très médiocre) vecteur d’énergie et non une source. Ce n’est pas non plus pour lui l’éthanol, remède pire que le mal et dont l’essor récent (et discutable) tient plus aux intérêts peu recommendables des céréaliers ainsi qu’à la navrante addiction au protectionnisme des politiciens d’Amérique et d’Europe.

La solution préconisée par Zubrin, c’est le méthanol, que contrairement à l’éthanol on sait déjà fabriquer à partir de déchets de biomasse (la cellulose que nous ne pouvons pas digérer et qui constitue l’écrasante majorité des végétaux) et aussi de déchets plastiques. Le méthanol a déjà été testé à grande échelle par Ford dans les années 90 comme carburant dans des véhicules adaptés pouvant utiliser pétrole, éthanol et méthanol (combinés ou pas). Plus économique (elle permet de récupérer la valeur de nombreux déchets), plus écologique (émissions moindres et plus de marées noires), cette solution serait celle qui se développerait dans un marché libre… si nous en avions un.

Comme le note Zubrin, la raison pour laquelle nous n’avons pas aujourd’hui de véhicules pouvant rouler aussi bien au pétrole qu’au méthanol, ni de circuit de recyclage de déchets végétaux et plastiques en carburant complétant celui du raffinage, c’est encore et toujours à cause de la politique. Les céréaliers n’ont poussé la recherche dans les véhicules « flex » pouvant utiliser plusieurs carburants que pour obtenir la subvention de l’éthanol. Le lobby militaire américain, lui, a trop d’intérêts dans les pays producteurs de pétrole pour laisser faire. L’énergie est un sujet trop politisé pour que les états se défassent des barrières nationalistes qui bloquent le développement de ce genre de solution (ainsi que celui des pays du tiers-monde qui pourraient en vivre).

(Note: j’avais déjà parlé du butanol comme alternative, qui possède beaucoup des mêmes avantages que le méthanol. Une autre piste intéressante serait la pile nucléaire.)

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

One Response to Le méthanol comme bio-carburant ?

  1. Eric says:

    Une autre solution, l’impression de cellules solaires http://www.nanosolar.com http://www.konarka.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :