De la perpétuation des scandales politiques

Ils reviennent régulièrement sans sembler jamais tarir. Quand bien même on n’y verrait pas un phénomène logique, aussi inévitable que la désintégration d’isotopes radioactifs, on peut essayer de comprendre pourquoi ça n’a pas de fin.

Réponse simple: on préfère s’en prendre à celui qui abuse plutôt qu’au système qui lui permet d’abuser, parce que tant qu’il restera possibilité d’en profiter soi-même, on ne va pas cracher dessus, hein ?

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

16 Responses to De la perpétuation des scandales politiques

  1. Mateo says:

    Le système pourri de logement dit « social » en France, pourrait être remplacé bien plus efficace, social, grâce à la mise en place d’un chèque logement (et oui, toujours libéral-social, tu ne m’as pas encore converti au libertarianisme ;)), et permettant des prix bien plus bas que les prix actuels (dont la flambée est due à l’excès d’interventionnisme de l’État). Je ne développerai pas plus, tout ça est abordé en long, en large et en travers dans le livre de Vincent Bénard, son blog et ses articles:
    – Blog du livre: http://www.crisepublique.fr/ (présentation du livre, extraits, articles etc.)
    – Conférence du 24 janvier, sorte de résumé du livre: http://www.objectifliberte.fr/2007/03/crise-du-logeme.html (voir aussi les nombreux liens que contient l’article)
    – L’étude en PDF, qui est en fait le livre lui-même, peut-être à quelques détails près: http://www.turgot.org/etude_benard.pdf
    – Article sur la réglementation foncière, toujours du même auteur: http://www.turgot.org/sites/turgot/article/article.php/article/regl_fonciere (publié dans la revue « Études foncières »)
    – Article sur le contrôle des loyers, de 1914 à nos jours: http://www.objectifliberte.fr/2007/09/contrle-des-loy.html
    – Bande sonore de la conférence qui a eu lieu pour la sortie du livre, suivie du débat: http://lumiere101.com/2007/12/12/logement-osons-la-liberte/

  2. jesrad says:

    Pour ce qui est du logement comme de n’importe quel domaine, toute analyse suffisamment poussée revient finalement à la même conclusion: la racine du problème est que quelqu’un force quelqu’un d’autre à agir ou non-agir contre son gré.

    Donc toute « solution » qui s’appuierait sur le même principe est vouée à l’échec, même si en s’appuyant moins dessus elle connaîtra un échec moindre. C’est là le cœur du raisonnement employé sur ce blog.

    Avec cet outil, je peux dire que le chèque-logement est une idée meilleure, de loin, que le système actuel, mais qu’il aura ses propres abus à terme, et que pour les éviter il faut que les fonds distribués par ces chèques soient versés volontairement, suivant quelques modalités spécifiées par ceux qui paient. De là, j’imagine un système fonctionnant comme cela: un « modèle » de chèque logement, sur lequel se créerait librement toutes sortes de variations chacune gérée à sa façon, un peu à la manière dont les associations de bénévoles se préoccupent chacune d’un domaine particulier. Il faudrait aussi que les PoS sautent et que les codes urbains puissent être sabrés, et un million d’autres changements…

  3. Mateo says:

    Nous avons une divergence de point de vue sur la redistribution, nous en avons discuté.
    Et puis t’es pas à la mode bureaucratique! Ça n’existe plus le « POS », maintenant nos bureaucrates appellent ça le « PLU », c’est beaucoup « in ». T’y connais rien! 😉
    Plus sérieusement, les lois de zonage sont effectivement une des principales responsables de la flambée inconsidérée des prix du logement, comme c’est expliqué dans le livre, et plus généralement de la limitation artificielle de l’offre de la part de l’État. L’auteur se base d’ailleurs sur les travaux effectués par des économistes américains qui font consensus, que chez les Démocrates ou les Républicains, et qui ont chiffré la «pénalité réglementaire» (275 milliard de $ aux USA en 2005, 70000$ par transaction, avec des disparités fortes selon les lois de « zoning » locales!).
    Enfin bref, le bouquin est très intéressant, et les articles de l’auteur e le sont pas moins.

  4. jesrad says:

    Merci, je ne savais pas que le POS avait changé de masque. Ce livre a l’air diablement intéressant s’il arrive à chiffrer le surcoût réglementaire.

  5. Eric E says:

    @Mateo assez d’accord avec toi sur le POS/PLU – Maintenant la mise en place de mécanismes alternatifs reposant uniquement sur le marché me paraissent assez difficiles à mettre en route. ( surtout que les acteurs du marché ont intérêt à maintenir le système actuel qui leur permet de faire de gros bénéfices ). Enfin, j’aimerais bien avoir quelques pistes sur ce sujet.

    Eric

  6. Mateo says:

    Je viens de me lever (et oui, en plus de ne pas habiter en France, je suis un couche-tard ;))

    @Eric,
    « les acteurs du marché ont intérêt à maintenir le système actuel qui leur permet de faire de gros bénéfices »
    Tout à fait! C’est un « vol légal au profit des biens nantis » comme le dit l’auteur du livre dans un article récent.
    Au passage, on touche du doigt une des différences fondamentales entre libéraux et conservateurs. Pour un conservateur, « la règlementation urbaine a un rôle déterminant de la protection de la valeur des biens (immobiliers) sur le long terme et cette protection est aussi un objectif légitime ». Tout à fait illégitime pour un libéral!

    Pour les pistes, lis le livre, ou tout du moins les liens que je t’ai donnés (il y d’autres articles intéressants, notamment sur la crise des subprimes, largement due à l’État et à la FED – ce qui revient au même -, mais je ne pouvais en faire une liste exhaustive).

    Les mécanismes que l’auteur propose sont basés en grande partie sur une libéra(lisa)tion de l’offre, complètement étouffée par l’hyper réglementation étatique. Lis le diagnostique et les solutions proposées et trouveras difficilement à y redire, même si effectivement cela serait difficile à mettre en place tellement i faudrait changer le système. C’est une réforme? Non sire, c’est une révolution.

  7. Mateo says:

    Ah au fait, j’oubliais Jesrad, concernant le chiffrement du coût supplémentaire en France: malheureusement les données ne sont pas disponibles et l’auteur a dû faire une estimation (conservatrice si je me souviens bien) de ce surcoût en employant la même méthode que les économistes américains dont il parle. Résultat: il estime la pénalité réglementaire à 45 milliards d’€ (!), soit 55000€ par transaction en moyenne ou encore 30% du montant moyen des transactions.

    Tout ça est expliqué dans le 4ème lien de mon premier post.

  8. Mateo says:

    Au fait, les chiffres donnés sont pour l’année 2005 (pour l’instant mon précédent commentaire est en attente de modération).

  9. vincent says:

    @ mateo: Merci pour la pub !! Si je ne te reverses pas une commission, c’est que je suis un enfoiré d’ultra libéral.

    @ Jesrad: remarque n°5 : Tout à fait d’accord pour dire que le chèque logement est « un moyen terme » pour tenter d’améliorer la situation actuelle, pas du tout une solution parfaite. Le livre explore des voies pour une sortie progressive du système d’aides, mais politiquement, il parait impensable de passer d’un système quasi-collectiviste à rien du tout du jour au lendemain. D’où la proposition du chèque logement, dans un premier temps.

  10. jesrad says:

    Bah, avec le nombre de logements privés que leurs propriétaires ne peuvent pas ou ne veulent pas mettre en location car trop risqué, trop coûteux et/ou trop compliqué, et qui deviendraient instantanément disponibles, ou rapidement, si on passait à un système comme celui de Montréal (pour prendre un exemple de comment il faudrait faire)… je doute qu’il y ait vraiment des difficultés de transition, au contraire.

  11. Eric E says:

    @Jesrad c’est quoi qui te plait exactement à Montréal ? Quand je regarde sur leur site sur le logement, je ne vois pas grand chose qui puisse te plaire.

  12. jesrad says:

    Ce qui me plaît à Montréal ? Qu’on y trouve un appartement moitié moins cher qu’en France (et trois fois moins qu’à Paris) dans la semaine, sans même avoir de boulot.

  13. Eric E says:

    @Jesrad

    Il est évident que c’est plaisant.

    Ma question est plutôt que tu as l’air de dire qu’ils font quelque chose de bien à Montréal pour obtenir ce résultat, ma question était ( et reste ) : quoi ? – histoire qu’on puisse l’importer si c’est possible –

  14. jesrad says:

    Voyons… la possibilité d’éjecter, même en hiver et sur le champ, un locataire bruyant, mauvais payeur, ou qui refuse de laisser visiter un acheteur potentiel ? La possibilité de modifier le bail à chaque reconduction ? La possibilité de reprendre le logement en cours de bail pour y loger soi-même ou un proche ? L’application réelle de la responsabilité du locataire en cas de dégradation ? La quasi-inexistence de logements appartenant à l’état ? L’alignement des « loyers modiques » et de leurs conditions de logement sur ceux du marché, et leur gestion par des organismes privés ?

    Sérieusement, à côté des pays d’Amérique du Nord, l’immobilier en France a l’air tout droit sorti de l’Union Soviétique.

  15. Eric E says:

    @Jesrad

    Je suis assez d’accord avec toi ( pour une fois 😉 ), même si je mettrais bien un bémol sur la gestion par des organismes privés des HLM

    Par contre n’oublie pas dans ta liste :

    les propriétaires ne peuvent plus refuser de logement
    ils ne peuvent pas exiger de mois d’avance ni de caution
    ils ne peuvent pas exiger de garanties complexes ou de caution familiale
    ils s’exposent, s’ils louent des logements insalubres, à des sanctions financières

    Et jette quand même un oeil à ça : régie du logement, c’est quand même pas le pays des bisounours le Canada.

    Eric

  16. jesrad says:

    Note quand même, à propos de ce dernier lien, que c’est une bonne chose que les loueurs de « baraquements » pourris soient punis, de même que les squatteurs. Le problème m’a plutôt l’air que le monopole que s’arroge l’état sur l’application de la justice provoque une pénurie de cette application, avec au final plus de délits qu’il ne devrait. Mais il n’empêche que c’est très préférable à la situation française (qui a le même problème – et d’autres en sus – de toute façon).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :