La liberté n’est pas une fin

Aujourd’hui, dans nos débats continuels sur la praxéologie, répondons à une question posée par de nombreuses personnes: Pourquoi la liberté devrait-elle être considérée comme une fin absolue, mais pas l’égalité ou la défense de la planète ou la pureté de la race ou que sais-je encore ?

Dans une discussion entre un libéral et un non-libéral, il y a généralement trois issues:
– soit l’un (ou les deux !) change d’avis
– soit ça dégénère violemment, ou même juste impoliment (foire d’empoigne ou dialogue de sourds)
– soit la discussion en vient à une comparaison des fins de l’existence perçues par l’un et l’autre

C’est le troisième cas qui nous intéresse aujourd’hui: celui où le libéral dit au non-libéral qu’il faut laisser la liberté à chacun de s’autodéterminer parce que les fins humaines sont subjectives (c’est à chacun de choisir le sens de sa propre existence, et d’agir en conséquence, tout en reconnaissant aux autres la possibilité de faire de même), puis le non-libéral exige que l’autre justifie le choix des libéraux « de choisir la liberté comme fin universelle » à la place de tous les autres.

Aaaaargh.

La liberté n’est pas une fin universelle pour les libéraux, elle est seulement la condition indispensable à la poursuite d’une fin quelle qu’elle soit: par définition la liberté est la possibilité d’agir suivant une fin choisie. Soit on peut agir de façon à obtenir le but recherché, soit on ne peut pas. La question de se sentir « autorisé » à agir dans la poursuite de ses propres fins est totalement distincte du choix de ces fins.

Autrement dit: la question du non-libéral est absolument stupide, et le cœur du débat se trouve à un tout autre niveau. Si les libéraux défendent la possibilité de s’autodéterminer, ce n’est pas à cause d’un quelconque biais en faveur de « la liberté » dans le choix des fins qu’il « convient » de se choisir – ce qui serait contradictoire – mais parce que c’est une conséquence logique, objectivement inévitable.

Merci de votre inattention.

Advertisements

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

8 Responses to La liberté n’est pas une fin

  1. Lucilio says:

    Je dirais les choses autrement : par sa nature l’homme est libre. (Il est d’ailleurs le seul être vivant libre car seul il peut faire un choix.) Dès lors, la liberté est la condition sine qua non pour que l’homme s’accomplisse pleinement comme être humain.

  2. jesrad says:

    Pourquoi pas, ça revient encore une fois à reconnaître que la liberté est une conséquence objective, inévitable, des faits (ici, la nature humaine).

  3. jesrad says:

    « De rien. »

    Euh ?

  4. Mary White says:

    Alors, les débats liberaux/non-liberaux sont éxactement les mêmes dans tous les pays… 🙂
    Qu’est-que tu réponds quand on commence a demander la cession de la liberté individuelle vers la justice « social »? 😉
    (Food for thought… ou pour une autre entrée dans le blog)

  5. jesrad says:

    Je dirai que celui qui croit que la liberté n’est pas juste n’est qu’un maître qui se cherche des esclaves. Ou l’inverse.

  6. Mary White says:

    Un maître n’est qu’un esclave qui réussit a gagner pouvoir.

  7. Corwin says:

    La volonté de domination est tout aussi fondamentale et irrépressible dans la nature humaine que la liberté. La combinaison de ces deux aspects essentiels de notre être donne le composant principal de l’histoire de l’humanité : la guerre, sous toute ses formes y compris la guerre économique. Plutôt que d’y voir une malédiction que l’on pourra exorciser un jour sous l’effet miraculeux de la bonne volonté de chacun, je propose d’accepter cet état de fait en travaillant à vaincre ce qui nous est désagréable.
    Puisqu’il faut bien s’allier en dépit de vues discordantes, ma suggestion est de s’attaquer à une gangrène qui je suis sûr mettra tout le monde d’accord : les promoteurs conscients de la bêtise et de la médiocrité comme moyen d’asservissement de masse. Des espaces de réflexions et de débat comme celui de Jesrad sont des égratignures bienvenues dans le flanc de cette créature immonde et protéiforme qu’est la non-information et la non-pensée. Il nous faut trouver le moyen d’y asséner des grands coups de hache.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :