Qui est Denis Gautier-Sauvagnac ?

Ce monsieur sera peut-être le fossoyeur involontaire du syndicalisme « à la française », c’est à dire soviétique et mafieux.

En raison de ma propre grève individuelle envers les médias, j’ai découvert l’affaire avant la majorité des français lors de ma lecture quotidienne, matinale et assidue des chroniques de ce cher H16, remplaçantes bienvenues de feues les chroniques de Philippe Meyer.

Rappelons brièvement les faits: fin Septembre dernier, suite aux suspicions d’employés de la BNP, M. Gautier-Sauvagnac se fait surprendre à avoir retiré et fait retiré 5,64 millions d’euros par lui-même, par Dominique Renaud et par quelques proches collaborateurs, des caisses de la branche Métallurgie – UIMM – du syndicat putatif des patrons de France – le MEDEF.

Devant la surprenante absence de retentissement de cette découverte auprès des syndicats, et pas seulement du MEDEF, tous les curieux intéressés de savoir à qui M. « DGS » a bien pu confier ces millions n’ont pas mis longtemps pour envisager qu’on avait mis là le doigt sur un système de financement occulte… destiné à tous les syndicats.

Comme cette hypothèse se faisait insistante, à un moment ou un autre il a fallu que tous ces gens se dépêchent de nier en bloc, sinon leur silence aurait paru encore plus suspect.

Quelques jours plus tard, on apprenait que les millions volés étaient trois fois plus nombreux que prévu. Dans le même temps, M. « DGS » s’enfonçait péniblement, sous le regard paralysé – de culpabilité ? – de ses petits copains syndicalistes de tous bords, sentant la tempête arriver malgré leurs dénégations.

Et comme de bien entendu, il n’a pas fallu longtemps pour que le pacte de silence organisé dans la précipitation lâche. On entend dire même que l’affaire avait été gardée au chaud pour l’après-élection par un certain Président ex-ministre des Finances. Car, il faut le dire, ça tombe à point nommé pour taper politiquement sur les syndicats alors même que se prépare la grande grève annuelle d’automne estampillée « 1995-bis ».

Rien que de bien ordinaire en République Socialiste Soviétique Française. Les noms changent au sommet de la pyramide, les mafias et leurs petits accords, à leur bénéfice et à nos dépens, restent. Nous autres, les victimes, employés, clients, patrons indépendants et actionnaires des entreprises mises à sac par les syndicats, pourrons piètrement nous consoler ce 18 octobre prochain, grelottant sur un quai ou enfumés dans un bouchon, en réalisant que les guignols grévistes du jour seront finalement deux fois plus cocus que nous.

Il faut bien le reconnaître si cette hypothèse se vérifie, comme elle semble en prendre le tour: les fonctionnaires des monopoles publics sont ici les vrais dindons de la grande farce, les Komsomol naïfs, manipulés au service de ceux qui leur font les poches en douce et se servent d’eux comme alibis et troupes jetables pour garder leur sinécure et leur influence. De la chair à canon sacrifiable, pour la grandeur de la corruption étatique ordinaire française. Et cette grande sodomie daterait d’aussi loin que 1884: c’est toute l’histoire des organisations syndicales de France, de l’épopée du Front Populaire jusqu’aux grandes grèves, qui prend un tour hypocrite. Ce serait savoureux, si ce n’était pas nos emplois et nos revenus qu’on a sacrifié pour le bon plaisir de tous les apprentis-princes.

Le plus pénible, pour un libéral, ce n’est pas de ressasser jusqu’à la nausée et dénoncer sans cesse les horreurs du collectivisme, l’abomination de la politique et du pouvoir, l’esclavage informel massif qui nous opprime… non, le plus pénible c’est d’obtenir régulièrement la preuve d’avoir raison sur le sujet.

Je vous souhaite le bonjour, nous vivons une époque post-moderne – le progrès a fait un sacré carnage.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

3 Responses to Qui est Denis Gautier-Sauvagnac ?

  1. Meuh² says:

    Reste à espérer que la CGT pointe pas du droit les ignobles patrons profiteurs du MEDEF par cela, et qu’ils passent à la casserole comme les autres.

    Sinon demain, je vais au boulot en vélo.

  2. jesrad says:

    Impossible, ce serait attirer encore plus l’attention du juge d’investigation.

    Et moi j’irai en Jitney.

  3. sami says:

    Non mais quelle histoire, y a qu’en France pour voir des choses pareilles des cotisations d’entrepreneurs versées à une fédération d’un syndicat patronal servant à engraisser des chefs syndicalistes communistes pour ensuite faire chier la vie des cotiseurs!
    Il est vrai qu’une représentante de la CGT a dit que c’était la faute des vilains pratrons fourbes en corrompant le pôoovre chef syndicaliste pour obtenir des accords!
    Avec un cartel monopolistique syndical et l’intransigeance idéologique(CGT) dont ils font preuve, certains syndicalistes sont dans une situation hautement corruptible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :