Exercice de pensée: changer profondément Second Life

C’est une petite réflexion qui m’est inspirée par cette interview de Desmond Chang, Propriétaire de l’Etat Indépendant de Caledon de Second Life, et en particulier par ce pasage:

Dreamingen: What do you think about letting residents have more autonomy on dispute resolution and regulating commercial and griefing activities?

Desmond: More than we have already? Right now, there really isn’t any reliable dispute resolution mechanism via our virtual world service provider. Sure, you can report someone harassing you, and they will look at it if they can. But even if they eliminate the offender, the offender can be back on another account within minutes.

I think the issue revolves around tools. We can eject anyone we want from land we control. We can leave a public area at any time. Nobody’s stopping us from regulating each other’s commercial business, other than ourselves. Commercial regulation is a risk reduction factor, typically best measured in financial terms. So far, that risk factor hasn’t been high enough to spawn many land escrow services, insurance businesses and so forth.

Et si la forme particulière que prend la société humaine dans Second Life dépendait principalement de ces outils ? Que se passerait-il si ces outils étaient conçus et distribués différemment ?

Imaginons un instant que Philip Rosedale, patron de Linden Lab, soit un fervent communiste plutôt qu’un libertarien, et qu’il n’y ait aucune forme de propriété privée dans Second Life: chaque joueur paierait un abonnement identique, disons de 200 euros par an, et l’ensemble des terres, proportionnée au nombre de joueurs abonnés, serait complètement publique. Vous n’auriez pas de « chez vous » d’où vous pourriez éjecter les intrus, n’importe qui pourrait instantanément prendre copie illimitée de tout et n’importe quoi, y compris vos vêtements et votre apparence, et aussi modifier tout ce que vous fabriquez. Ce serait une expérience intéressante, pour voir si il se crée spontanément une forme de milice volontaire de gens décidés à appliquer de toutes pièces une forme de propriété privée, d’une manière ou d’une autre. Ou si les gens aimeraient vraiment vivre dans ce genre de monde.

Autre suggestion: imaginons que des choses comme la propriété d’un objet ou d’une terre, ou de l’accès à cette terre, puisse être transmis à quelqu’un d’autre sur simple vote à la majorité d’un nombre donné de résidents. Rapidement, Second Life deviendrait un enfer social-démocrate où l’occupation principale serait de gagner à votre cause (si possible en les achetant avec les biens des autres) vos compatriotes. Il s’y formerait probablement toutes sortes de factions vaguement unies, comme de vrais partis politiques, avec à leur tête ceux qui sont les plus doués pour mentir, manipuler et trahir, et qui finiraient certainement par avoir leur propres territoires et leurs guerres frontalières.

Des expériences un peu semblables, en fait, il y en a déjà eu, dans les versions Alpha et Beta de Second Life en 2002 et 2003. Par exemple, dans la version Alpha vous pouviez éditer l’apparence des autres gens, et les lancer comme n’importe quel objet physique. Résultat ? Une foire d’empoigne, au moins jusqu’à ce que ça devienne lassant de pousser les autres du haut des falaises ou leur faire un gros pif. De même la terre était publique, comme une seule grande Sandbox donc tout le monde construisait n’importe quoi n’importe où, y compris de gros cubes de balsa de 10 mètres de haut recouvrant votre tentative de maison, pourquoi pas.

Autre exemple, à l’époque où chaque « primitive » était taxée (10L$ par primitive créée, récupérés à l’effacement de ces primitives), les résidents se dépêchaient de dépenser le maximum de leurs L$ pour accaparer le maximum possible de primitives disponibles, effaçant juste ce qu’il fallait de leur « stock » pour pour créer un objet, à la demande: au final plus personne ou presque ne pouvait plus rien construire, les terres étaient tout le temps pleines. Le même phénomène (une Tragédie des Communs classique) se produirait certainement aussi dans un SL de type communiste. (Ce n’est qu’à partir de la version 1.2 de SL que les « taxes » sur les primitives ont été remplacées par une allocation proportionnelle à la surface de terre, plus logique d’un point de vue propriétarien et informatique.)

Bref, on n’échappe pas à la nature humaine.

Pour finir un petit graphique pour essayer d’anticiper le futur de la Grille:

Nous serions aujourd’hui entrain d’approcher du sommet du pic de popularité, paraît-il.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :