Lu: Le droit naturel, ses amis et ses ennemis

Ce livre de Patrick Simon, préfacé par Philippe Némo, est un véritable trésor. Il commence par détailler l’histoire du droit naturel, avec ses deux sources (Athènes, à travers son legs à l’Empire Romain, et le Christ) qui se sont rencontrées et unies en Europe, et comment la société et la religion ont alors évolué en parallèle de la découverte progressive de ce droit, un peu comme le développement technologique interagit avec l’évolution sociale. Il contraste les concepts juridiques du droit naturel avec ceux des autres grandes tendances: le droit positif et le droit révélé (en particulier la Sharia).

Le livre se poursuit sur une partie consacrée à la démolition systématique et argumentée de la philosophie de Hobbes, puis de celle de Rousseau, détaillant les impostures, les sophismes (pétitions de principe, solipsismes et affirmations contre-factuelles, principalement) tout en rappelant les conséquences terribles que celles-ci ont entraîné suite à leur application au XIX et XXème siècle, tout en démontrant la justesse des conclusions du droit naturel face à ses contradicteurs.

En dernière partie, il montre le peu de place qui est fait aujourd’hui pour le droit naturel ; comment la législation étouffe le droit ; comment le peuple, tel M. Jourdain faisant de la prose sans le savoir, fait du droit naturel sans en avoir conscience pour réagir de manière naturelle aux lois injustes. Cette partie passe assez brutalement du droit naturel au libéralisme, ce qui surprend un peu.

Il y a une thèse intéressante développée au long du livre: celle de la « pensée magique » qui anime la plupart des opposants au droit naturel. En premier chef il y a l’attachement de ces derniers à la pratique du sacrifice humain, c’est-à-dire le rituel païen du bouc émissaire, appliqué à la politique. Ce rituel relie toute une famille de pensée totalitaire du droit, depuis la tyrannie antique jusqu’au nazisme et au communisme, mais aussi à l’islamisme ; des courants qui ont puni des innocents au nom de l’autorité et de la force: tout comme les hommes du passé allaient brûler un village tout entier parce qu’une personne de ce village leur aurait causé un tort ou afin de faire expier ou d’exorciser quelque mal incompris, les islamistes font des sacrifices humains ou persécutent les infidèles pour punir de manière générale, les nazis exterminent ou persécutent les Juifs pour les punir en général, les communistes exterminent ou persécutent les bourgeois pour les punir de manière générale, etc… Tout cela à fin de faire régner leur modèle du droit par la force, au nom de leurs nouvelles idôles (l’intérêt général, la justice sociale, la pureté de la race, le destin manifeste, la lutte des classes, etc., la liste est sans fin car elle se renouvelle perpétuellement).

Un autre point essentiel, présenté par Patrick Simon, qui relie tous les courants totalitaires est celui d’une croyance irrationnelle en « une intelligence supérieure » (les mots sont de Rousseau, et ont été régulièrement repris par les totalitaires) prédestinée à gouverner tout aspect de la vie de tout le monde au mépris du libre-arbitre. Ainsi en est-il des leaders communistes, d’Hitler, de Mahomet, de la « volonté générale » ou de la démocratie en tant qu’absolu (l’auteur dit fort justement que « l’Etat est devenu l’idôle d’un nouveau culte païen qui s’ignore ») et de tous les tyrans et dictateurs de l’Histoire: de même qu’en logique un argument d’appel à l’autorité est un sophisme, en droit le même principe d’autorité est absurde, et ouvre la porte à la destruction du droit et de la justice par l’arbitraire, entraînant les conséquences catastrophiques que l’on connaît désormais trop bien… et qui nous pendent au nez à nouveau aujourd’hui, tant que nous ne saurons pas revenir au droit naturel.

L’auteur souligne aussi plusieurs autres superstitions liées à la pensée absolutiste, comme l’anthropomorphisation de la société, la guerre des mots (formules magiques, comme le mot « social » répété à tout bout de champ) et l’invention d’intentions conscientes dans ce qui n’en a pas (animisme) comme les phénomènes naturels (la méchante foudre, le vilain tremblement de terre, la gentille pluie, etc…), préludes à la « chasse aux nouvelles sorcières » – OGM, capitalisme, libéraux, etc…

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

4 Responses to Lu: Le droit naturel, ses amis et ses ennemis

  1. dinon says:

    bravo une vérité que des vérité et la nature en est-elle une ?
    amicalement

  2. pankkake says:

    Même pas de lien Amazon pour les flemmards ? Bouh !

  3. jesrad says:

    Je te traiterais bien de flemmard pour te motiver à chercher, mais tu t’en es déjà chargé 😀

  4. Martini says:

    bravo une vérité que des vérité et la nature en est-elle une ?
    merci objectivement pas subjectif car la réalité commune à tous que l’aune de nos assertions et la nature un autre nom pour elle, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :