Les alpes d’en haut

Vu: Paprika

Paprika est le dernier film de Satoshi Kon (Perfect Blue, Tokyo Godfathers), c’est aussi une petite merveille d’animation, où la forme et le fond se rejoignent totalement.

Dans un futur très proche, quelques scientifiques inventent par accident un appareil, le DC Mini, qui permet de percevoir, d’enregistrer (comme une vidéo) et d’entrer dans les rêves pendant le sommeil. La machine permet ainsi à un psychiatre d’explorer l’inconscient avec son patient, et accélère et facilite les psychothérapies. Mais alors que les premiers prototypes sont encore en phase de test, un exemplaire est volé par quelqu’un qui va, très vite, se montrer déterminé à empêcher l’équipe de poursuivre son travail. Le « terroriste » projette les membres du projet en plein dans les rêves de leurs patients, et ce même en période d’éveil: les délires s’invitent dans la réalité, les personnalités se mélangent, provoquant suicides bizarres, accidents graves et psychoses aigües.

Pour le Dr Chiba, le Dr Tokita et le Dr Shima, il devient vite nécessaire de faire appel à Paprika, une jeune femme fantasque et experte en exploration des rêves, pour démêler l’illusion et la réalité.

L’image est magnifique, vivante, les décors et personnages parfaitement équilibrés, l’animation sans faute, la musique toujours appropriée sans jamais s’imposer.

Lire la suite