Citation du jour

Kent McManigal, militant libertarien, candidat « fantôme » à la présidence des USA:

L’anarchie ce n’est pas n’avoir aucune règle. C’est n’avoir aucun chef pour vous imposer les règles dont vous ne voulez pas.

Anarchy isn’t about having no rules. It is about having no rulers who enforce unwanted rules on you.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

4 Responses to Citation du jour

  1. Panurge says:

    Je n’en suis pas convaincu. Certaines règles s’imposent à nous que nous le voulions ou pas. La non-agression, par exemple.

    Félicitations par ailleurs pour cet excellent blog, Jesrad.

  2. jesrad says:

    Certaines règles s’imposent à nous que nous le voulions ou pas.

    Exactement, c’est pour ça qu’il dit « ce n’est pas n’avoir aucune règle ».

    Il est impossible d’appliquer une règle par la force, puisque l’application elle-même constitue une règle, qui peut être retournée contre celui qui l’applique: l’existence d’un chef qui impose une loi non-voulue à d’autres implique que ce chef viole sa propre règle (hétéronomie).

    Ça marche aussi dans l’autre sens: utiliser la force pour empêcher une règle non-voulue d’être imposée par la force ne viole pas cette règle. D’où la légitime défense.

    Beaucoup de gens disent qu’en l’absence de certains humains (l’état) pour imposer par la force des règles aux autres, aucune règle ne sera plus respectée. C’est une contresens complet, puisque d’une part l’état ne respecte pas ses propres règles, et donc la prémisse de ce raisonnement (que l’état peut faire respecter les règles) est fausse, et en plus la conclusion de cette affirmation ne suit pas logiquement cette prémisse (non-sequitur). En plus le passé nous a montré à de nombreuses reprises que l’absence d’autorité centrale n’empêche pas du tout l’application des règles.

    Une question: est-il juste d’imposer la non-agression à deux personnes qui consentent, entre elles, à s’agresser mutuellement ? Je pense par exemple au duel, ou à certains sports extrêmes ou simplement idiots.

  3. Panurge says:

    Exactement, c’est pour ça qu’il dit “ce n’est pas n’avoir aucune règle”.

    En fait, mon impression est que le citation – en particulier la première phrase – implique tacitement que seules sont bonnes les règles que nous acceptons. Or ce n’est pas le cas, comme tu l’as très bien remarqué. En même temps, je suis bien conscient qu’il s’agit moins d’une réflexion théorique et syllogistique que d’un slogan. En l’état, le laconisme est de (Ludwig Von) mise.
    J’y pense, et tout dépend du sens que tu veux bien donner à «règle». Pour ma part, je l’élargis à toutes les implications positives (membres) de l’ensemble DN. Si, pour toi, il s’agit de toutes les règles issues de DN’, comme les conventions de politesse, par exemple, il est normal que nous ne nous comprenions pas. Si c’est ainsi que tu l’entends, je serais bien obligé d’abonder en ton sens.

    Du reste, je ne crois pas que ta question soit pertinente en l’occurence. De fait, je prend l’agression, ou la non-agression dans l’acception Rothbardienne, i.e l’interdiction de contrarier quelqu’un dans l’exercice de sa liberté (la définition est bancale, j’en conviens). En provoquant quelqu’un en duel, ou en l’agressant tout bonnement, on exprime la volonté implicite de se faire rendre la pareille. Une riposte proportionnelle ne constitue donc pas une agression.

    Quant à l’État, je pense que lorsque l’on accepte son existence et sa souveraineté législative, on accepte du coup qu’il ne se plie pas à ce qu’il exige de ses sujets. Un peu comme l’univers n’a pas à se plier aux règles du Droit Naturel. Et pour cause! Il lui est impossible de punir les crimes et d’exister à la fois. Il existe de ce fait une incohérence, effectivement, mais que l’on peut à la rigueur expliquer si l’on s’avance à récuser la position jusnaturaliste.
    Un angle d’attaque plus pertinent n’est pas de pointer les contradictions inhérentes à son fonctionnement, lesquelles ne sont par ailleurs apparentes qu’à l’aune d’une grille de lecture jusnaturaliste, mais bien de mettre en exergue la prévalence objective du Droit Naturel sur les législations humaines.

  4. jesrad says:

    « n fait, mon impression est que le citation – en particulier la première phrase – implique tacitement que seules sont bonnes les règles que nous acceptons. »

    C’est bien précisément ce que je veux dire ! Seulement, j’entends uniquement les règles universelles, c’est-à-dire pour lesquelles n’importe quel individu peut être substitué à un autre. Ou plus simplement, je considère qu’une règle peut – et même doit, dans certains cas – être appliquée indistinctement.

    Or, quand on applique universellement les règles et qu’on les confronte dans l’interaction quotidienne des individus, on obtient au final le Droit Naturel, pour la bonne et simple raison qu’il n’y a qu’un seul modèle de Droit qui peut répondre aux critères nécessaires d’universalité et d’équité en même temps. C’est ce qui transparaît là:
    En provoquant quelqu’un en duel, ou en l’agressant tout bonnement, on exprime la volonté implicite de se faire rendre la pareille. Une riposte proportionnelle ne constitue donc pas une agression.
    Si l’on est confronté soi-même aux règles qu’on applique à tous les autres, le Droit Naturel émerge. C’est là, je crois bien, le message principal de cet homme qu’on appelle Jésus.

    Par contre, on ne peut pas formaliser et imposer le Droit Naturel de haut en bas comme le droit positif, puisqu’il n’est pas connaissable en totalité a priori. Mais il est découvrable à travers les faits et par l’exercice de la justice: c’est en cela, par exemple, que Lysander Spooner parle de « science de la justice », définissant le Droit comme des normes qui sont des conséquences des faits objectifs qu’il nous faut découvrir au mieux possible, sans jamais pouvoir les connaître parfaitement – exactement comme les lois de la physique.

    C’est là où Kent, la totalité des autre anarchistes un tant soit peu libéraux, et moi voulons en venir: pour permettre cette découverte continue et en même temps son application, l’anarchie est la seule méthode valable: laisser ouverte la possibilité de remettre en cause ce que l’on sait du Droit par n’importe qui, et établir l’interprétation la plus juste (littéralement) par l’exercice de la justice (application pratique des critères du Droit (axiome de non-agression, égalité de droit, liberté universelle, etc…). C’est aussi pour ça que je pense que l’instauration d’un système judiciaire suffisamment efficace suffit pour faire disparaître totalement les pouvoirs législatifs et exécutifs de l’état, et il me semble qu’il y a des précédents historiques de ce phénomène. Il s’en est fallu de très très peu pour que les USA suivent cette voie au XVIIIème siècle, grâce à leur concept de jury nullification.

    Quant à l’État, je pense que lorsque l’on accepte son existence et sa souveraineté législative, on accepte du coup qu’il ne se plie pas à ce qu’il exige de ses sujets. Un peu comme l’univers n’a pas à se plier aux règles du Droit Naturel. Et pour cause! Il lui est impossible de punir les crimes et d’exister à la fois.

    En fait il me semble bien que cette incohérence n’est valable que pour l’état en tant que monopole coercitif. Des institutions de type étatiques, remplissant des missions régaliennes, peuvent exister légitimement sur un territoire défini si le consentement de ses sujets est unanime. La nécessité d’appliquer le Droit est suffisante pour convaincre les gens d’accepter et même d’encourager ce modèle, soit parce qu’on ne peut pas s’en passer (du point de vue minarchiste), soit par division du travail (du point de vue anarchiste).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :