Un petit mensonge en passant

Entendu ce matin dans la bouche du chef des syndicats européens des employés d’EADS, interviewé au sujet du plan de réduction d’effectifs prévu: « Nous refusons le transfert vers l’Allemagne de notre cœur de métier, c’est-à-dire le fuselage et l’aménagement cabine. »

Voilà où en sont réduits les syndicalistes quand les grandes entreprises d’état (=créées et modelées par l’action et la volonté de l’état) doivent partager les licenciements entre deux pays socialistes: pleurnicher et inventer des injustices fictives pour charger le voisin à leur place.

Car le véritable cœur de métier d’EADS c’est la conception d’avion, et la fabrication des ailes. Tout ça est fait à Toulouse et y restera tant qu’EADS ne sera pas vendu ou que la notion de « France » persistera. L’Allemagne est la parent pauvre d’EADS en terme de technologie, même s’ils y emploient plus de gens.

On peut aussi noter au passage comment les syndicats tentent, à travers les média, d’interpeler les candidats à la présidence: ils ne sont pas encore élus, ni même officiellement candidats (sacrées signatures !) mais c’est pas grave, on fait jouer le clientélisme aussi tôt que possible.

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

3 Responses to Un petit mensonge en passant

  1. Silvere says:

    Dans le même genre et sur le même sujet, on a le droit à cette magnifique double pirouette de Nicolas Sarkozy qui semble s’approprier sans état d’ame les techniques éprouvées de son adversaire Segolene Royal, à savoir dire systématiquement une chose et son contraire histoire d’être sûr de faire plaisir à tous et de jouer le clientélisme le plus large :

    Après avoir indiqué que « les Etats ne sont pas les actionnaires industriels les plus avisés » (il était temps de s’en apercevoir), il précise devant les syndicats que « le rôle de l’Etat est essentiel » et que s’il était président de la République et qu’Airbus avait besoin d’une augmentation de capital, il serait « prêt à le faire ».

    Mais il fait mieux, et dans la même déclaration, à quelques phrases d’intervales :
    « Il faut un véritable actionnaire qui soit le patron industriel de l’entreprise, qui détermine un management, où on arrête de faire la parité franco-allemande. On prend simplement les meilleurs pour prendre les meilleures décisions ». Puis dans la foulée « je veux m’assurer que la répartition des tâches entre les Allemands et les Français sont faites sur une base d’équité ».

    Chapeau bas.

    (source Le Monde)

  2. nicolas says:

    Moi dans cette histoire, ce qui me fait bien marrer c est la reaction des syndicat d airbus qui en arrivent a denoncer la mondialisation, alors que 95% de ventes est a l export…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :