On second thought…

Finalement, après bien des hésitations et des doutes, j’ai décidé de voter en 2007.

En effet, puisque le vote est secret, l’acte de voter n’engage concrètement à rien; donc voter ne peut pas être utilisé contre moi pour justifier la déchéance de ma souveraineté individuelle:
– je peux toujours utiliser la carte du vote blanc/nul pour mettre en doute toute indication d’accord volontaire de ma part envers quelque action politique qu’on souhaiterait m’imposer,
– le fait-même de voter est vérifiable dans le pire des cas, mais je peux toujours déclarer avoir voté pour quelqu’un (par exemple, moi-même) qui est opposé au suffrage et au principe soit-disant « démocratique » de la représentativité politique, où l’on confisque de force la souveraineté des citoyens suivant des modalités jamais consenties imposées par une « Constitution » remplie de choses insensées, que je n’ai pas signée, et pour la rédaction de laquelle je n’ai jamais été consulté, et surtout qui me refuse toute rupture de contrat.

Le vote pour soi-même annule la justification du « contrat social » républicain, donc le vote secret – même s’il est vérifiable – n’est pas incompatible avec le droit – réellement démocratique celui-là – de sécession individuelle.*

Bon, maintenant que j’ai établi une ligne de défense me permettant d’aller voter pour n’importe qui même en étant contre le principe du suffrage, sans prendre de risque pratique**, il me reste à trouver pour qui et pourquoi voter.

Je peux voter pour moi-même. Ainsi j’aurai dépensé mon temps et mon argent à démontrer ce que je viens d’expliquer. Je peux aussi voter pour un candidat « non-valide », comme par exemple Laurett, l’Empereur Norton 1er ou King Kong, auquel cas j’aurai échangé mon temps et mon argent contre rien. Et sinon je peux voter pour un candidat « valide »… Mon vote aura moins de chance d’être « utile » (dans le sens de « aussi utile qu’une promesse électorale qui se réalise ») que je n’en ai d’être frappé par la foudre dans les dix prochaines années en ce qui concerne le gouvernement, mais il ne faut pas oublier ceci: chaque vote rapporte des sous à l’organisation politique sélectionnée (avant l’Euro, c’était environ 10 francs par bulletin), et au-delà de 5% des voix les frais de campagne sont (en partie) remboursés.

Ce que ça veut dire, c’est qu’il y a de l’argent volé à réapproprier. Et comme c’est de l’argent qui est volé sous la menace de mort à chaque citoyen du pays (dans ce pays tout le monde paie des taxes, redevances, impôts locaux ou nationaux, etc…) il est légitime que chaque citoyen essaie de s’en réapproprier un maximum.

Autrement dit, chaque vote a une valeur économique. Cette valeur est d’ailleurs beaucoup plus élevée que les 10 Francs mentionnés ici. Ce que ça signifie, c’est qu’il est légitime de vendre son vote au plus offrant, car cela permet de reprendre une partie de l’argent (public) qu’on nous vole et qui va dans les poches (privées) des partis politiques. En théorie, un vote devrait valoir autour de ( (budget de l’état – total réellement redistribué) / nombre de voix) ce qui fait un prix de l’ordre de 10 000 euros par vote. Ca veut dire que la Loi de Bitur-Camember peut aussi marcher en faveur des électeurs**** jusqu’à hauteur de ce tarif, s’ils se décident à vendre leur vote pour du cash bien concret ici et maintenant, plutôt que contre de vagues promesses jamais tenues. C’est pourquoi j’estime que voter peut aussi être une transaction économique sans être un acte politique.

QUE LES ENCHERES COMMENCENT !


* Ouais, bon, dans les faits on peut quand même m’opposer une chose: si les gens qui se chargent du dépouillement des votes dans ma circonscription ne trouvent aucun bulletin pour « moi-même » ou portant carrément mon nom, ils pourront établir que j’ai menti, à moins que je n’arrive à prouver que mon bulletin a pu raisonnablement se perdre. Mais si Laurett et moi votons dans le même bureau de vote, il suffit que l’un de nous seulement vote « moi-même » pour couvrir nos fesses à tous les deux.

** Par contre, moralement, c’est assez dicutable: « faites ce que je dis, pas ce que vous ne pouvez pas prouver que j’ai fait »

*** Le Cinquième Commandement dit: « Un Discordien n’a pas le droit de croire tout ce qu’il lit. » Fnord.

**** Le problème de la « concurrence déloyale » se pose malgré tout tant qu’il y aura une grosse majorité d’électeurs pour vendre à perte leur vote. Non au dumping électoral !

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

6 Responses to On second thought…

  1. jesrad says:

    Oui, je connaissais 🙂 Je précise d’ailleurs que mon vote ne sera pas un acte politique, mais purement éconnomique. Je ne suis pas responsable de l’interprétation qu’en font les autres.

  2. laurett says:

    C’est vrai que l’interprétation que font les journaleux des votes est à se taper le cul par terre !
    Je ne m’y reconnais jamais !

  3. A.B. says:

    Notons quand meme qu’un vote ne vaut pas ce que tu dis… par exemple un homme politique qui est sur d’avoir plus de 50% n’accord aucune valeur a un vote supplementaire. Le calcul serait exact si chaque homme politique recevait une part du butin proportionnelle.

    Un probleme aussi est qu’il n’y a aucun moyen de controler pour qui tu votes reellement, mais cette ‘confiance’ peut-etre decomptee du prix… pourquoi ne pas creer un site de bourse au voix ou l’on puisse anonymement vendre ou acheter des promesses de vote pour un candidat.

  4. jesrad says:

    Ah, exact, bien vu. Mais alors les concurrents dudit candidat vont se battre d’autant plus pour les voix « de trop », non ?

  5. Ping : Signatures de maire: une fois, deux fois, adjugée « Ne Cede Malis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :