La nouvelle équipe de Ségolène en musique

Publicités

Krach boursier mondial

Le marché boursier chinois vient de se manger une dégringolade d’environ 9%, entraînant les marchés américains et européens dans une chute d’environ 3 à 4%.

Même pas mal 😛

Confusion et hypocrisie

Une photo en noir et blanc, teintée de rouge, d’un enfant manifestement africain, unijambiste et appuyé sur des béquilles. En fond, en rouge encore: « Tu rembourseras ta dette avant d’avoir un hôpital ».

C’est la dernière affiche du CCFD, Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, pour son annuelle campagne du Carême, qui avait déjà commis l’aberrant « tu mangeras quand tu seras compétitif » dont certains se souviennent encore (alors que l’agriculture du tiers-monde est tellement compétitive que nos états maintiennent la PAC pour « protéger » nos agriculteurs…).

L’enfant représenté sur cette affiche, qui est-il ? Pourquoi a-t’il une dette: qu’a-t’il emprunté, à qui, combien, et pourquoi ? Est-ce que l’argent de cette dette n’est pas justement l’argent qui aurait déjà dû construire l’hôpital en question ? Pourquoi doit-il forcément « rembourser » avant ? Et rembourser qui ? Qui est supposé lui « donner » un hôpital, après ?

On a dépassé depuis longtemps les frontières de l’absurde… C’est la confusion habituelle des bien-pensants-mais-mal-agissants: confondre la victime et les exploiteurs qui prennent des engagements en son nom et contre son intérêt. C’est l’hypocrisie omniprésente de notre époque: essayer de faire culpabiliser le spectateur pour lui faire cracher des biftons, au lieu de s’attaquer aux vraies causes du problème.

Lu: La guêpe

Ce livre est un vieuuuux roman de science-fiction, écrit dans les années 50 par Eric Frank Russell. On retrouve bien le style de l’auteur, que j’avais déjà apprécié dans la Grande Explosion. Si je me souviens bien, il a écrit La Guêpe avant.

James Mowry est un esprit rebelle, indépendant, « prêt à tout à condition de n’avoir pas de meilleure alternative ». Il est enrôlé malgré lui dans la guerre entre la Terre et l’Empire Sirian, un peuple humanoïde (ils ont la peau pourpre et les oreilles collées au crâne), moins avancés techniquement et socialement mais douze fois plus nombreux et aussi douze fois mieux dotés en ressources naturelles. Comme « on ne gagne pas une guerre en ne faisant que repousser la défaite », la Terre a besoin d’employer ses moindres ressources disponibles au mieux. Dont James Mowry: il sera… une Guêpe.

Envoyé sur une des planètes siriannes, il se fond dans la population et commence à inventer de toutes pièces le Dirac Angestun Gesept: le Parti Sirian de la Liberté. Avec quelques affiches, quelques tracts, judicieusement placés dans la capitale locale, et surtout à l’aide d’une grande quantité de fausse monnaie et de son bagou, il sème un désordre insupportable dans la société lourdement administrée, hiérarchisée et surveillée des Sirians, et mobilise (ou plutôt, immobilise !) de plus en plus le Kaitempi – la police secrète sirianne – et même l’armée.

Et ce n’est que le début… Ce livre est un vrai petit guide d’activisme subversif, avec un plan en huit étapes (mais qui n’est jamais totalement expliqué car James doit en sauter plusieurs lorsque les choses s’emballent), et le style proprement abrasif d’Eric Russell rend cette épopée en terrain miné assez burlesque, mais aussi très intense par moments.

Ben tiens !

Je sens que j’vous ai manqué, ces derniers temps…

En surfant sur le site où qu’on peut poser des questions et espérer la bonne parole du Dieu Sarko ou de ses disciples, j’en ai trouvé une bien bonne (enfin, disons plutôt… j’en ai trouvé une meilleure que les autres)…

Une disciple du Dieu Sarko répond à une question d’un petit veinard qui a vu sa question sélectionnée…

Je vous laisse savourer :

Rhaaa… elle commençait pourtant bien. La chute est… pathétique !

Laure Allibert, elle, n’attend plus de réponse à la sienne concernant la fin du monopole de la sécu. Elle a été fermée, malgré les 382 votes en sa faveur (à titre de comparaison, la question la plus poulaire d’aujourd’hui n’a que 70 votes…).

Chimpanzés chasseurs

Des chimpanzés de la savane africaine ont été observés en train de chasser de petits mammifères… à l’aide de lances de leur fabrication.

Pour fabriquer ces lances, ils cassent une branche longue, retirent l’écorce sur le bout et taillent une pointe, avec les mains et les dents.

Ensuite, ils donnent de grands coups violents et répétés dans les creux des arbres, où se cachent habituellement toutes sortes de petits mammifères nocturnes pour dormir. Ils reniflent ou lèchent la pointe après quelques coups pour sentir s’ils ont touché quelque chose. Ensuite ils cassent la branche creuse pour en extraire la proie.

Apparemment, ce savoir-faire est enseigné et transmis aux enfants.

Le Gauchisme expliqué aux simplets. Par un gauchiste.

« Je déteste l’autorité, les gens à poigne. Je suis un ancien soixante-huitard marxiste, je n’ai pas voulu faire mon service militaire. A présent je suis tout seul à décider. Je préfère ça. » Jean-Paul Huchon, Président de la Région Ile-de-France

Merci Nounours. C’est plus clair comme ça, effectivement. Quand je vous disais que les étatistes ne rêvent que d’une chose: être au sommet de la pyramide… et par conséquent mettre tous les autres en esclavage.

On second thought…

Finalement, après bien des hésitations et des doutes, j’ai décidé de voter en 2007.

En effet, Lire la suite

Chroniques Galliennes: Par Pertes et Profits

Seconde histoire de la série sur la Gallie.
Lire la suite

Tiens, on lui a volé son vélo ?


Ca fait 21 ans qu’il n’a pas pris de voiture. Enfin, sauf aujourd’hui. Sûrement parce qu’on lui a volé son vélo, hein ? Ou bien il y avait trop de vent dans les rues de Paris.

Chroniques Galliennes – Jeunesse en liberté

Première petite histoire de la série sur la Gallie.
Lire la suite

Citoyens libres: 1, pirate de l’air: 0

N’oubliez jamais: les criminels sont en grave infériorité numérique. C’est pour ça qu’ils ne peuvent pas gagner.