Dormez tranquilles, braves gens…

Après s’en être pris à notre liberté de foutre en l’air nos poumons, le sinistre de la santé veut désormais s’en prendre à nos rêves, avec un « programme d’action » qui ne manque pas de piquant.

Partant du fait que 20 millions de français déclarent souffrir de troubles du sommeil ainsi que du principe très franco-politicien que 100% de ces gens là sont tellement imbéciles et ignorants qu’ils ne savent pas quoi faire pour tenter de remédier au problème, et oubliant au passage sa réformette du « parcours de santé » qui impose à n’importe quel quidam de consulter en premier lieu son généraliste pour tout problème lié à sa santé, Monsieur Bertrand se propose de voler au secours des insomniaques.

Comment ? Et bien tout simplement en proposant, euh non, pardon, en imposant à tous les contribuables français d’utiliser une partie de l’argent que le gouvernement leur vole tous les jours afin de mieux les endormir. Plan indispensable s’il en est à l’approche des échéances pestilentielles.

Combien, ce plan, allez, combien ? Pas moins de 7 millions d’euros pour 2007, tout de même… dont 6 millions pour l’information et la formation sur le sommeil. Un « passeport pour le sommeil » dans lequel on trouve « les règles du bien dormir » (ça ne s’invente pas), des affiches, des spots radio, une campagne TV, l’assurance maladie qui va adresser à l’ensemble des assurés (c’est à dire tout le monde, hein, vu que c’est un monopole) une documentation sur l’importance du sommeil… Et 400 à 600 mille pour la recherche, et quelle recherche ! Une enquête sur la sieste au travail. Inédit ! Et le sinistre veut promouvoir le concept si l’enquête permet d’en valider les effets positifs sur la concentration et la qualité du travail. On ne lui a pas soufflé, dans son entourage, que de telles enquêtes ont déjà été menées et que les résultats existent ? Les effets positifs sont tellement connus et reconnus qu’en Chine et au Japon par exemple, les chefs d’entreprises ont institutionnnalisé le quart d’heure de sieste obligatoire. 600 mille euros pour apprendre un truc que l’on sait déjà et sur lequel le gouvernement n’aura pas son mot à dire (il ne manquerait plus qu’il impose aux entreprises privées d’obliger ses employés à faire la sieste, tiens), ça fait mal au coeur !

7 millions de nos euros donc, du fruit de notre travail, utilisés uniquement dans le but de nous rabâcher qu’un bon sommeil : c’est important ! Ben rien que de savoir ça, je dors mieux, tiens ! Ce soir, au lieu de compter les moutons qui sautent par dessus la barrière, je vais compter mes euros qui vont dans la poche du sinistre… au lieu d’aller dans celle du banquier pour rembourser mon prêt, ou dans celle de mon assurance vie pour payer ma retraite.
Marrant, quand je dors mal je ne me répète pas inlassablement qu’il est important que je dorme bien… je trouve plus efficace de prendre des tisanes à la camomille ou d’aller voir mon docteur si vraiment y’a problème. Il n’y a pas pensé, à cette solution vachement moins coûteuse, le sinistre ?

Mais pourquoi veut-il nous endormir, ce brave ministre ?
Et bien j’ai eu la réponse en lisant une dépêche cet après-midi. En effet, le sinistre voulait nous endormir pour qu’on ne réagisse pas au joli discours que son chef, le premier des sinistres, a fait aujourd’hui (il a pris du retard, faut pas lui en vouloir, ça bouillonne là dedans).
Ben oui, autant d’âneries dans un même discours, il faut une sacrée dose de camomille pour ne pas réagir.

On n’y apprend entre autre :
– que la campagne électorale doit partir de la réalité (ben alors qu’est ce qu’ils attendent tous ?)
– que les choses vont mieux (j’ai rien senti)
– que 2006 aura été pour l’emploi la meilleure année depuis 2000 (pourtant, trouver un boulot est de plus en plus difficile)
– que dès les mois à venir le taux de chômage sera ramené autour de 8% de la population active (ben tiens !)
– qu’il veut diriger jusqu’au dernier jour un gouvernement d’actions et de résultats (on aimerait qu’il arrête si c’est pour faire ce qu’il fait depuis qu’il le dirige)
– que le déficit public a été ramené à 2,7% du produit intérieur brut en 2006 (ouf, merci les chiffres)
– que les déclinologues ont tort et sont des moisissures (dans le fromage, c’est bon…)
– et que les chiffres du chômage ne sont pas contestables (même si l’INSEE est un monopole d’Etat)

Et pendant ce temps là, à l’antenne du PS de second life, on danse sur des vaches…
Au PS, on danse sur des vaches...

Advertisements

7 Responses to Dormez tranquilles, braves gens…

  1. Ego says:

    Si le fait de nous aider à mieux dormir peut vraiment permettre à l’Etat de faire des économies (dépense de santé, accidents, productivité, etc.), il n’est pas absurde d’investir dans un tel programme…
    Par contre il reste nécessaire de nous prouver l’efficacité du programme !

    http://egocognito.over-blog.com/

  2. jesrad says:

    Ce n’est pas à l’état de faire un tel investissement. Le fait même que les gens ne le fassent pas démontre, dès le départ, que c’est un investissement qu’ils ne souhaitent pas faire eux-mêmes, alors pourquoi l’état devrait envoyer des gens armés prendre des sous à des gens désarmés pour financer cette campagne contre leur gré ?

  3. laurett says:

    Tu (si je peux te tutoyer) pars du principe que l’Etat gérant notre assurance santé, il est légitime qu’il cherche à optimiser ses coûts en nous imposant de la prévention.
    Sauf que l’Etat ne nous a pas laissé le choix de notre assurance santé : il nous l’a imposé, et il nous impose son matraquage du mieux dormir, moins fumer, mieux manger, plus se laver les mains, plus boire, faire du sport. Quand bien même il y aurait de l’efficacité dans un tel programme, ça ne justifie pas qu’on nous ponctionne sans ménagement pour nous pourrir la vie. Il n’y a pas de légitimité dans la coercition.

  4. Bretzelman says:

    « que dès les mois à venir le taux de chômage sera ramené autour de 8% de la population active (ben tiens !) » fais gaffe, ça pue l’extermination en masse ça.

    A part ça, je constate que le ministre passe à côté d’une mesure réellement bénéfique à la société toute entière: subventionner les grands lits.

    En effet, il est ressorti d’une discussion hautement philosophique et technique que le grand lit est un des seuls biens aux propriétés anti-rivales (puisque plus il a d’utilisateurs plus il procure de satisfaction à ses usagers) et qu’il est donc bénéfique à la cohésion de la société toute entière.

    En tout cas, depuis que j’ai un lit suffisement grand pour l’utiliser de manière solidaire avec une tierce personne, j’en tire une plus grande utilité et ma santé morale et physique en est grandement améliorée.

  5. Elise says:

    Excuse moi mais je trouve abérrant une telle réaction. Aujourd’hui le gros problème est bien que personne n’y connait rien en matière de sommeil, nous avons justement tendance à ne pas le prendre au sérieux. Et il est clair que nous dormons n’importe comment.

    Trois français sur quatre se plaignent d’un mauvais sommeil, et 10% de la population souffrent d’insomnies sévères, soit environ 6 millions de personnes.

    La somnolence diurne multiplie par 8 le risque de catastrophe en milieu à risques : 30% des accidents sur autoroute, et 20% sur route ont été attribués par la gendarmerie à des assoupissements.

    Les Français travaillent moins longtemps que leurs voisins, mais plus vite. Résultat, entre 25 et 55 ans, ils affichent les taux d’activité les plus forts au monde. Revers de la médaille, la moitié d’entre eux passe leurs journées de repos à dormir et un Français sur dix souffre de dépression, d’anxiété ou de surmenage. Conséquence directe, 180 millions de boîtes de tranquillisants sont consommés chaque année, soit trois fois plus qu’en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.

    De plus biologiquement parlant, nous sommes « programmés » pour obéir à d’autres rythmes veille/sommeil que ceux que nous impose l’organisation jour/nuit de notre société. La sieste est une inclination naturelle à dormir au milieu du jour. En effet, il existe un rythme biquotidien du sommeil rendant compte de cet épisode secondaire de sommeil de jour. Il est donc possible qu’un sommeil, que l’on pourrait appeler diphasique, avec un épisode principal au cours de la nuit et un épisode secondaire au milieu du jour, convienne mieux, au moins à certains individus, qu’un sommeil monophasique situé tout entier la nuit.
    Différentes études ont été menées et confirment le caractère physiologique de la sieste. Plusieurs personnes sont restés pendant quelques semaines d’affilée dans un local dépourvu d’indice permettant de savoir s’il faisait nuit ou jour. Ils n’avaient aucun objet pour leur indiquer l’heure et vivaient à la lumière artificielle. On constate que laissés à leur propre rythme, ils dorment en deux périodes : une longue la nuit et une plus courte (entre 1h et 2h de sommeil) en début d’après-midi. Ces observations ont conduit les chercheurs à la conclusion que le besoin de dormir l’après-midi fait partie intégrante de l’horloge biologique qui règle nos cycles de veille et de repos.

    La sieste fait partie de notre patrimoine génétique. Il est donc naturel de se sentir fatigué en début d’après-midi. Par contre, ce qui est antibiologique, c’est de lutter contre le sommeil à travers la prise d’excitants tels que le café ou la cigarette. De nombreuses personnes ne ressentent même plus cette baisse d’énergie instinctive tant elle sont « dopées » par leur consommation de caféine et autres produits artificielles qui ne cessent de dérégler nos rythmes naturels.

    La sieste reste l’antidote le plus naturel pour lutter contre la fatigue, car le seul traitement efficace à une privation de sommeil est … le sommeil lui-même. Quelques minutes suffisent pour améliorer la vigilance et la performance. Des études de la NASA montrent que grâce à la sieste, le temps de réaction augmente de 16% et la concentration de 34%, ce qui revient à une hausse de la productivité de 20%.

    Alors même, si tu ne ressens pas ce besoin de dormir dans la journée, réalise au moins qu’une grande partie de la population souffre de ce manque de sommeil. Si aujourd’hui le gouvernement s’intéresse au sommeil, c’est un grand pas. Tu l’as dit toi même, la sieste existe déjà dans d’autres pays comme la Chine, le Japon, l’Inde et bien d’autres pays européens qui commencent eux aussi à prendre conscience de l’importance de ce besoin physiologique. Il faut que nous rattrappons notre retard en matière de santé publique, en commencant par changer les mentalités(ce qui est souvent le plus difficile). Dormir n’est pas une perte de temps, bien au contraire c’est un capital santé à entretenir.

  6. jesrad says:

    Tu passes complètement à côté de l’essentiel, Elise, et c’est la même erreur qu’ego plus haut: il ne s’agit pas de savoir si on a envie ou besoin de faire la sieste, mais bien de constater qu’il est parfaitement idiot et surtout immoral de nous voler de l’argent par les impôts pour financer une campagne d’information sur le sujet.

  7. laurett says:

    Après avoir lu le commentaire d’Elise, parfait copié-collé d’un cours magistral de médecine du sommeil, moralisateur et soporifique à souhait, je n’ai qu’une question à lui poser :

    Elise, avez-vous lu le même billet que celui que j’ai écrit ???

    Car dans mon billet, il n’est absolument pas question du bien-fondé ou non de la sieste. Chaque individu est libre de décider si oui ou non il veut pratiquer la sieste selon ce qu’il pense être le mieux pour lui.
    Personnellement il m’arrive souvent sur le coup de 14 heures (surtout après avoir mangé le couscous de la cantine du boulot) d’avoir un coup de barre terrible et une envie furieuse de m’allonger pour piquer un roupillon. J’ai même déjà eu le culot de demander à mon chef d’installer un lit au bureau pour assouvir mes pulsions de siestes-après-couscous (bah, si on peut plus rigoler…).

    La question que je me pose dans ce billet est la suivante : est-ce-que c’est le rôle du gouvernement que de s’occuper de mon sommeil ? Et bien je dis que non, ce n’est pas son boulot.
    Que le gouvernement vole le fruit de mon travail, le fruit du travail de chaque contribuable de ce pays, pour seriner à tous à la télé et à la radio qu’il faut mieux dormir alors même qu’on est tous tellement angoissés par le taux de plus de 50% de prélèvements obligatoires qui nous empêche de boucler sereinement nos fins de mois, c’est idiot, c’est immoral, et c’est ni plus ni moins que de la torture mentale ! Et ça n’améliore pas mon sommeil, en ce moment, je fais deux à trois cauchemars par nuit. Merci le gouvernement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :