Deux poids, deux mesures

La Belgique n’a pas les moyens de rapatrier les enfants belges pauvres, seulement les politiciens milliardaires russes. Et ça ne gêne pas le ministre belge responsable.

En parallèle, on m’a raconté récemment une anecdote au sujet de Thierry Desmarest, le plus grand patron de France: confronté à la maladie grave du fils d’un ingénieur géologue travaillant pour Total dans un pays africain, il a tout simplement fait affréter le seul avion dont il disposait, un Boeing 727, pour le rapatriement. Sans discuter, sans se faire prier, spontanément, et je ne crois pas que les actionnaires de Total aient désapprouvé un seul instant.

(via Isonomia)

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

2 Responses to Deux poids, deux mesures

  1. Llana says:

    Oui, par contre c’était un Boeing 727 (ce qui ne change rien à la démarche)

  2. jesrad says:

    Je corrige, merci 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :