Trop, c’est trop…

Cette fois ci, la coupe est pleine !

Il serait temps que madame Ordre-Juste en remette un peu dans ses idées et dans le pois-chiche qui lui sert de cerveau…

Non contente d’avoir fustigé samedi soir sur le JT de TF1 « les dégâts du libéralisme » (sans bien sûr préciser ce qu’elle avait en tête, elle en serait bien incapable) et d’avoir le lendemain midi sur Canal+ assimilé le petit Nicolas à « la droite libérale », madame Ordre-Juste, qui manifestement n’a pas lu le communiqué de presse du candidat d’Alternative Libérale en rajoute une couche aujourd’hui lors de son « coup d’envoi » de la « bataille » contre le petit Nicolas (marrant, je croyais qu’elle avait déjà commencé, la bataille) en dénonçant son « libéralisme outrancier ».

Madame Ordre-Juste, mettons les choses au point une fois pour toutes :
– Ras le bol de voir le libéralisme traîné tous les jours dans la boue, accusé sans justification de tous les maux de la planète et associé aux noms de gens qui ne le représentent pas.
– Non, le petit Nicolas n’est pas libéral, encore moins libéral à outrance. Il suffit de lire son programme pour s’en convaincre. Si vous voulez l’attaquer, targuez-le d’autre chose: de constructivisme, par exemple. C’est plus justifié.
– Il serait grand temps que vous vous informiez de ce qu’est réellement le libéralisme. Ce petit lien va sûrement vous y aider si vous n’avez pas trouvé le mot dans votre lexique du bon petit socialiste.

D’ailleurs nous les libéraux, nous ne sommes pas des chiens et nous ne laissons personne au bord du chemin. Pour vous le prouver, je propose à tous mes lecteurs d’aller vous aider à y voir plus clair et de se rendre au siège du PS pour vous expliquer tout ça, puisque vous déclarez votre « siège de la campagne présidentielle, ouvert à tous ceux qui veulent venir, ouvert au peuple français ».

On va s’gêner !

Publicités

9 Responses to Trop, c’est trop…

  1. Bretzelman says:

    Cette gourdasse ne fait que dire conneries sur conneries. Je me demande presque si elle le fait pas exprès:

    « La coruscante candidate socialiste en voyage à l’étranger ne se contente pas d’inventer des mots, elle agrémente également son séjour de profondes considérations de droit comparé.

    Ainsi, Marie Ségolène a-t-elle déclaré, sans honte : « « J’ai rencontré un avocat qui me disait que les tribunaux chinois sont plus rapides qu’en France. Vous voyez : avant de donner des leçons aux autres pays, regardons toujours les éléments de comparaison », a-t-elle déclaré.

    Si on ne connaissait pas la formidable ignorance de la candidate socialo-communiste, doublée d’un sens aigu de la bévue satisfaite, on se pincerait pour y croire.

    On se contentera donc ici de rappeler à Madame Royal que les justices chiliennes ou russes du temps de Pinochet ou Staline étaient, elles aussi, beaucoup plus rapides, expéditives même, que l’actuelle justice française. »

  2. jesrad says:

    Moi, j’adore cette phrase qu’elle a dite: « Je porterai cette énergie des Français qui m’aidera dans l’énergie de la bataille du projet contre projet ». Plus creux tu meurs !

  3. mumken says:

    Après la bravitude, voici les platitudes, et pour nous: l’inquiétude…

  4. laurett says:

    Et elle n’est pas la seule à s’y mettre, ainsi aujourd’hui, Gilles Savary voit dans les propos du petit Nicolas le « premier manifeste ultra-libéral français », et craint une « thatchérisation » de la France, osant même affirmer que « la Grande-Bretagne a mis quinze ans à s’en remettre »

  5. Bretzelman says:

    Il faudrait faire un petit mode d’emploi avec des dessins pour que même les débiles puissent comprendre ce que c’est que le libéralisme.

    Surtout que c’est pas bien compliqué… Je crois que je vais faire ça d’ailleurs…

  6. jesrad says:

    J’ai mentionné une vidéo flash très simple expliquant le libéralisme ici 🙂

  7. laurett says:

    Mais quand va-t-elle enfin se taire ?

    Hier, elle a affirmé devant des employées en passe d’être licenciées que c’est le libéralisme qui est la cause de tous leurs malheurs, et qu’en France on est « dévoré par un libéralisme féroce ». Démagogue, idiote !
    C’est très fort, comme image, on lui voit les crocs et la bave aux lèvres, à ce libéralisme là.

    Pour empêcher les salariés d’être dévorés tout crus, elle ne propose rien de moins que d’interdire aux entreprises de déménager une marque en détruisant l’outil de production en France. « Cela fera réfléchir à deux fois les patrons », et « empêchera le vol des marques et du savoir-faire » nous dit-elle.

    Pour réfléchir, ils vont réfléchir… Au lieu de délocaliser, ils déposeront le bilan… Ouf, on aura évité toute délocalisation. Merci Mme Royal !
    Objectons aussi à Madame connasse-démagogue que quand une chose appartient à quelqu’un, le fait que ce quelqu’un le déplace, même à l’étranger, ne constitue pas un vol : on ne peut pas voler ce qui nous appartient déjà. CQFD.

    A-t-elle seulement conscience que c’est le genre de mesures qu’elle préconise et qui inondent déjà le code du travail allié à une fiscalité confiscatoire qui sont la cause des malheurs de ces salariées, et qu’elle leur propose là ni plus ni moins que d’agraver leur sort en incitant toutes les entreprises de France à ne plus embaucher ?

    Ce n’est pas le libéralisme féroce qui est responsable du chômage en France (oserais-je rappeler que la France n’est pas du tout libérale, qu’aucune mesure libérale n’a été prise en matière d’emploi en France, et qu’on ne peut pas faire porter la responsabilité d’un échec sur des idées qui n’ont jamais été mises en oeuvre ?), c’est le socialisme féroce qui en est la cause… Assume !

  8. jesrad says:

    Ah, le socialisme impitoyable… Enfin, encore une preuve qu’en France, on est à deux doigts de la monarchie absolue: l’état s’imagine même être propriétaire des marques, noms d’entreprises et outils de production privés 😦

  9. laurett says:

    Le silence de la « belle » nous a fait des vacances, mais à peine en sort-elle qu’elle remet ça de plus belle, en fustigeant « le profit rapace », « le règne débridé du capitalisme fou et du libéralisme sauvage ».

    Ségo, lâche-nous la grappe.
    Nous ne sommes pas responsables de tous les maux de la planête.

    Je ne peux pas m’empêcher de me demander :
    Mais où voit-elle du libéralisme en France ?
    Et de quel adjectif débectant va-t-elle qualifier le libéralisme dans sa prochaine intervention ? Je propose, pêle-mèle : gore, dégoutant, répugnant, sadique, horrible, vicieux, carnassier… et pourquoi pas assassin, tant qu’on y est ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :