Tout fout l’camp, ma pauv’ dame…

… même ce billet… vous êtes prévenus !

Pas grand chose à faire au boulot aujourd’hui, alors pour passer le temps, comme d’habitude, j’ai lu la presse en ligne.

Au hasard de mes recherches d’information, je suis tombée (rassurez-vous, j’m’a pas fait mal…) sur un article à propos du lancement du nouveau site de notre petit Nicolas national. Curieuse comme pas deux, j’ai filé voir ce que ça donne en vrai, son sissite. Franchement, ça vaut le coup d’œil… c’est à la fois hilarant, et consternant. Je ne vous détaille pas le truc, je vous laisse juger par vous même (z’êtes grands), je dirais seulement que si vous n’avez aucune idée de ce qu’est que le culte de la personnalité, il faut que vous alliez voir ça : à mon sens, il n’y a pas de meilleure illustration.

Je sais pas vous, comme dirait l’autre, mais sur ce genre de site qui laisse paraître l’ego surdimensionné de son fondateur (je le soupçonne d’avoir le même fournisseur de godasses que moi) j’ai toujours une envie pressante de mettre mon grain de sel. J’ai donc tout naturellement foncé sur la partie « questions » pour voir s’il y avait moyen (oui, dans les autres rubriques, y’a pas). Là, quelques questions de quelques internautes sont soigneusement sélectionnées et le petit Nicolas ou son porte-parole y répondent. Ce n’est pas moi qui extrapole, c’est écrit sur leur bazar. Déception, donc : pas moyen de mettre son grain de sel (pas pour une libertarienne de ma trempe en tout cas), ce n’est pas interactif pour deux sous et manifestement, il n’a pas compris l’intérêt de l’internet.

Déprimée comme vous imaginez que j’étais, je me suis rabattue sur les questions déjà posées. C’est très beau : la question est énoncée et la réponse du petit Nicolas est affichée en dessous, le tout à coté d’une jolie vidéo que j’ai pas lancée, rapport aux collègues de bureau. Pas folle, moi !

Non, je blague… en fait, il ne répond pas.
Enfin, y’a bien en dessous de « Réponse de Nicolas Sarkozy » un texte qu’il s’est donné la peine d’écrire, mais ce n’est pas la réponse à la question posée. Vous ne comprenez pas ce que je veux dire ? Vous voulez un exemple ?
Voici :

Le 14 janvier, une jeune femme y pose la question suivante :
Je viens d’être diplômée d’une grande école de commerce et je m’apprête à aller travailler en Angleterre où les conditions d’emploi pour les jeunes diplômés sont beaucoup plus attractives que celles que l’on peut trouver en France actuellement.
Que comptez-vous faire pour rendre la France plus attractive spécialement envers les jeunes diplômés ?

Réponse de Nicolas Sarkozy :
Je veux rendre la France plus attractive et pas simplement pour les jeunes diplômés. Qu’un jeune, diplômé ou non d’ailleurs, parte en Angleterre ou ailleurs est une bonne chose, cela fait partie du rayonnement de la France. De tout temps, une partie de la jeunesse doit partir pour faire rayonner la culture et la langue françaises. Ce que je n’accepte pas, en revanche, c’est qu’un jeune dise que pour réussir il est condamné à partir.
Je veux réconcilier la France avec la réussite. Je veux que la France redevienne le pays où l’on peut créer, innover, chercher, trouver. Je veux que la France devienne le pays accueillant pour les artistes, les sportifs, les chercheurs et les entrepreneurs. Que l’on ne fasse pas fuir le capital, mais qu’au contraire, le capital puisse s’investir en France pour donner du pouvoir d’achat aux salariés et de l’emploi à ceux qui sont au chômage.
Je veux réconcilier la France avec le travail. Mon objectif est de parler au nom de la France qui travaille.
Bien sûr, je comprends et lutte contre ceux qui sont pauvres et n’ont pas d’emploi, mais je n’accepte pas que l’on puisse être pauvre tout en ayant un travail. Je veux parler au nom des travailleurs pauvres parce que là est le vrai scandale.

Vous comprenez mieux, maintenant, ce que je veux dire, hein ?
C’est beau, c’est grand, c’est merveilleux… mais rien de concret, pas de réponse à la question, uniquement de l’affectif : ne sont exposés là que des désirs, des souhaits, des caprices d’enfant gâté.  Nicolas veut ci, il veut ça, il veut, il veut, il veut… Mais quid sur la façon dont il compte s’y prendre pour y arriver ?

A partir de cette réponse floue, on peut tout imaginer, élaborer ses propres réponses et choisir celle qui plait le plus. Je vous propose les choix suivants, fruits de mon imagination débordante :
– Implorer tous les soirs avant le coucher un miracle économique à la vierge Marie en se flagellant les couilles.
– Passer une loi sur l’attractivité de la France punissant de 10,000€ d’amende et de 5 ans d’emprisonnement tout étranger qui aurait l’outrecuidance de ne pas venir passer au moins une semaine de vacances par an dans notre beau et attractif pays et du double de la peine tout Français qui voudrait aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
– Instaurer un droit à la richesse opposable aux sociétés du CAC40.
– Dresser un mur attrape-capitaux à la frontière pour les empêcher de s’enfuir sur leurs petites pattes, les saisir et les distribuer aux Français avec le label Pouvoir d’Achat™.
– Couper et faire cuire la langue de ceux qui oseront dire qu’il faut désormais quitter la France pour réussir, de préférence avec une petite sauce à l’échalote et acompagnée de petits légumes afin de prouver au monde entier qu’en matière de cuisine la Fraônce est vraiment la meilleure.
– Fustiger les travailleurs pauvres qui ne s’enrichissent pas avec le fruit de leur travail… quelle mauvaise volonté !
– Proposer à la France et au Travail d’aller consulter un conseiller conjugal et / ou un sexologue en vue d’une réconcilliation.
– Alléger le code du travail et baisser les charges et impôts (ben quoi, on a le droit de rêver, non ?).

Certains me diront que c’est trop facile de se moquer comme ça… un pauvre petit bonhomme sans défense… Et puis y’a qu’à lire son programme pour avoir la réponse… Mauvaise volonté, va !

Et ben j’ai encore plus facile :
Avez-vous relevé le splendide lapsus du petit Nicolas dans le dernier paragraphe de sa réponse ?
« Bien sûr, je comprends et lutte contre ceux qui sont pauvres et n’ont pas d’emploi. »
On notera également que dans le chapitre « mes valeurs », la liberté n’y figure pas. Mais ce n’est pas grave vous pouvez toujours vous rabattre sur les T-Shirts, les sacs et les trousses de maquillage à son effigie. On ne peut pas tout avoir…

Allez zouh ! Il est temps que namu / jesrad revienne mettre du désordre ici, je ne dis que de bêtises…

Publicités

One Response to Tout fout l’camp, ma pauv’ dame…

  1. Bertrand Monvoisin says:

    Sarkozy va-t-il imiter Castro et Kim Jong-il, qui ont réussi à maintenir un taux d’expatriation particulièrement bas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :