Le jardinier libéral et le jardinier keynésien

Le jardinier libéral, pour avoir un arbre sur son terrain, plante une graine et l’arrose régulièrement et prend soin de la petite pousse jusqu’à ce qu’elle soit grande.

Le jardinier keynésien, pour avoir un arbre sur son terrain, fait un trou (qu’il appelle plan de dépenses) et y plante un arbrisseau, directement. Puis, pour se débarrasser de la terre du trou (la dette), il creuse un second trou un peu plus grand (le plan de relance) pour y mettre la terre du premier. Puis, pour se débarrasser de la terre du second trou, il creuse un troisième trou un peu plus grand encore (le second plan de relance révisé). Puis, pour se débarrasser de la terre du troisième trou, il en creuse un quatrième encore un peu plus grand. Il continue comme ça jusqu’à ce que l’arbrisseau se soit étiolé faute de soin et que le terrain ressemble à un champ de bataille. Après quoi il blâme le jardinier libéral de ne pas l’avoir aidé et l’accuse de « dumping horticole ».

Qu’est-ce que la pauvreté ?

Aujourd’hui, dans notre cours de praxéologie aléatomadaire, nous allons essayer de comprendre et de lutter contre… la pauvreté !
Lire la suite

Tout fout l’camp, ma pauv’ dame…

… même ce billet… vous êtes prévenus !

Pas grand chose à faire au boulot aujourd’hui, alors pour passer le temps, comme d’habitude, j’ai lu la presse en ligne.

Au hasard de mes recherches d’information, je suis tombée (rassurez-vous, j’m’a pas fait mal…) sur Lire la suite