Zoologie distrayante

Que faire pour maintenir en forme un animal sauvage carnivore, et préserver un minimum ses instincts naturels de prédateur ? Réponse des Chinois: on lui présente des proies vivantes. Et comme un bienfait n’arrive jamais seul, ils font payer le spectacle (tout comme notre redevance finance occasionnellement des documentaires animaliers où les prédateurs attrappent des proies capturées au préalable et mises en place – voire même droguées – de manière à réussir la prise du premier coup, avec un bon éclairage, ni trop loin ni trop près de l’objectif).

Evidemment, les associations de protection des droits de la barbaque des animaux râlent: le combat n’est pas équitable, est trop brutal, etc… Ils préfèrent que le bétail soit attaché, assomé et égorgé (en direction de la Mecque ?), puis sa viande découpée, congelée, transportée, décongelée et enfin servie.

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :