Où est passée la richesse ?

Aujourd’hui, dans notre cours d’économie politique aléatomadaire, je vais vous apprendre… où s’en va la richesse dans un pays socialiste !

Un pays socialiste se reconnaît à son économie, dite « mixte »: c’est un patchwork curieux où l’on trouve à la fois des morceaux libéraux, qui s’acharnent à créer, satisfaire les besoins, rendre service, venir en aide, proposer des solutions aux problèmes, fabriquer des logements, etc. en utilisant pour ce faire le secret de la richesse; et à la fois des éléments antilibéraux, qui eux s’acharnent à voler sous la menace, obliger les autres à travailler pour eux gratuitement tout en les empêchant de bosser pour eux-même ou pour ceux qu’ils ont choisi, humilier les autres en les traitant comme des petits enfants, etc. en détruisant la richesse produite par les premiers.

Comment détruit-on la richesse ? C’est très simple: il suffit de faire le contraire de ce qu’on fait pour créer de la richesse. Rappelez-vous: la richesse augmente quand soit quelqu’un transforme ce qui avait pour lui une valeur X en quelque chose qui a pour lui une valeur Y supérieure à X, soit lorsque deux personnes s’échangent l’un à l’autre des choses qui ont pour eux moins de valeur qu’elles en ont pour l’autre.

Donc, détruire la richesse, c’est l’inverse. C’est transformer, ou obliger quelqu’un à transformer, quelque chose qui a pour lui une valeur X en quelque chose qui a une valeur Y inférieure à X, ou forcer deux personnes à s’échanger des choses qui ont plus de valeur pour au moins l’un d’eux qu’elle n’en a pour l’autre.

Par exemple: quand un Ministre décrète que désormais, pour pouvoir vendre votre appartement ou maison (à quelqu’un qui en a plus besoin que vous, sinon il ne vous l’achèterait pas: d’où augmentation de richesse), il vous faudra échanger une somme conséquente d’argent (qui a une valeur très précise pour vous) contre des services d’estimation de la consommation énergétique de cet appartement ou maison, contre votre volonté, vous échangez la somme d’argent (valeur X pour vous) contre un service (valeur Y pour vous, avec Y (en l’occurence, de votre richesse).

Autre exemple: vous avez des graines de pavot. Vous pourriez les planter et les cultiver pour les transformer en médicaments de grande valeur (pour vous, ou pour les autres donc indirectement pour vous aussi en tant que moyen d’échange, même si cela diminue un peu ou beaucoup leur valeur pour vous) et donc accroître la richesse, mais non, voilà qu’un type arrive avec un flingue, vous le braque sur la tête et vous force à cuire vos graines pour les stériliser, et à les utiliser uniquement comme ingrédient de boulangerie/pâtisserie, ce qui a une valeur bien moindre pour vous. Là encore, destruction de richesse.

Encore un exemple pour la route: un petit homme sec à lunettes rondes vient chez vous accompagné d’un grand type costaud armé d’un flingue et d’une matraque, flanqué d’un autre grand bonhomme équipé d’outils spéciaux pour ouvrir les portes, et commence à se servir chez vous: il embarque la télé, le canapé, l’argenterie, le moindre sou qui dépasse, etc… Puis, toute cette richesse qu’il vous a volée, il la confie à un complice qui l’échange contre, mettons, des bouteilles de vin qui ont, pour lui, certes une grande valeur, mais pour vous, dont c’est la richesse qu a été échangé là, bien moindre que n’en avaient pour vous votre télé, votre canapé, vos sous etc… Il y a bien destruction de richesse. Et je ne vous parle pas de ceux qui échangent vos sous contre des gares de TGV qui ne servent pas, des ponts reliés à rien, contre du lard contemporain, contre des timbres pour expédier leur propagande inepte et fasciste, contre des petits fours + du champagne cher + le droit de se servir d’une superbe salle des fêtes, contre des billets pour le dernier spectacle à la mode, contre des voyages autour du monde, etc…

Il y a des milliards d’exemples comme celui-ci. Si, si, des milliards, vous devriez être capable d’en trouver une dizaine par vous même assez rapidement en regardant autour de vous. A tout hasard je vous rappelle que les sacs à vomi, c’est sous vos sièges (et sous le mien aussi, pour l’occasion).

Publicités

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

One Response to Où est passée la richesse ?

  1. Ping : Le temps des bricolages « Ne Cede Malis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :