Say it ain’t so !

Apple passe au x86. Le doute a été levé, mais je n’arrive quand même pas à y croire. C’est un peu comme se faire réveiller par un incendie: on ouvre les yeux et immédiatement on se dit « non, je suis encore en train de rêver ». Et là c’est pareil, au point que je n’ose même pas aller voir l’enregistrement de la keynote, des fois qu’il y ait vraiment le feu.

La seule vraie valeur du Mac, pour moi, c’est la différence. Et la pierre angulaire de cette différence c’est le PowerPC, sans lui le Mac devient juste « ce PC propriétaire qui marche sous MacOS X ».

En plus l’ingénieur en moi se rebiffe: pourquoi abandonner le PowerPC, déjà 64 bit, si élégant, si bien conçu, moins cher et moins encombrant (quoique, le G5 2.7 et son refroidissement liquide…). Pourquoi se mettre le bâton du little-endian dans les pattes volontairement ? Surtout pour une architecture encore 32 bit (voire 16 dans certains recoins!) remontant à l’âge de pierre informatique… Essayons de répondre pour exorciser le mal, toutes les réponses sont sur la roadmap d’Intel:
– d’ici 2006 Intel aura passé toute sa gamme en 65nm, 64 bit, multicore.
– ils seront tous basés sur le Pentium-M (héritier du Pentium III), plus élégant que l’actuel NetBurst, plus efficace, nécessitant beaucoup moins de puissance électrique
– le rapport puissance/consommation devrait encore augmenter: plus de puissance et d’autonomie pour les portables (qui se vendent déjà plus que les ordinateurs de bureau, une tendance qui se confirme)

Il me reste quelques questions sans réponse: quid des brevets et technologies utilisés pour le PowerPC, qu’Apple récupère d’IBM ? Que va-t’on trouver dans les prochaines évolutions des iPods (XScale appartient à Intel) ?

Et surtout: les Universal Binaries pourraient-ils permettre à Apple de choisir suivant les besoins du moment entre PowerPC et x86-EM64T pour chaque nouveau modèle de Mac ? Mais peut-être est-ce juste moi qui me fais des idées, je veux tellement croire que le PowerPC n’est pas abandonné pour de bon…

[MàJ]
Les processeurs du « MacTel » proposé aux développeurs d’ADC Premiere sont des 660, des Pentium 4 EM64T. Autrement dit ils sont 64 bit (ils implémentent le standard x86-64 d’AMD, le concurrent d’Intel, après l’échec commercial de leur propre standard 64 bit, Itanium).

À propos jesrad
Semi-esclave de la République Soviétique Socialiste Populaire de France.

One Response to Say it ain’t so !

  1. fred972 says:

    Le passage à x86 permet d’installer les trois systèmes les plus répandus sur Mac : OS X, Linux (quoiqu’inutile : il suffit d’installer xFree86 sur OS X pour utiliser tout soft Linux/unix) et Windaube.
    Le Mac gagne ainsi en versatilité ce qu’il perd en originalité.

    Cela dit, pour ceux qui revendiquent le droit d’utiliser un PPC mais aussi d’avoir une machine réellement adaptée à leurs besoins (Jurassic Park a été créé sur des stations SG à 150 ou 200 Mhz, Babylon5 sur des… Amiga, avons-nous réellement TOUS besoin de coeurs multiples à 2ghz???), je souhaite attirer l’attention sur un système un peu oublié, mais toujours vivant et en évolution constante : Amiga OS, dont la dernière version est depuis peu commercialisée.

    Le système au grand complet occupe 80 Mio selon mes sources.

    Sur mon pc portable, Windaube et quelques softs indispensables (sous win…) tel l’antivirus, plus mes applications internet/bureautique et TV occupent environ 768 Mio de RAM et un minimum de 400 Mio de swap.

    Linux fait de même avec moins de 300 Mio, sans swap, et est disponible en version PPC.

    En se recentrant sur les fonctions réellement utilisées par le plus grand nombre afin d’alléger et optimiser les programmes, tout en proposant les fonctions utiles aux entreprises et créateurs séparément, AmigaOS4 et LinuxPPC devraient pouvoir se contenter d’un PPC 601@533Mhz et 1Gio RAM pour encore quelques années tout en fonctionnant en temps réel, au grand bénéfice :
    – Du budget!
    – De la planéte : si je ne crois pas au délire catastrophiste ambiant sur le climat, il me semble qu’entre envolée du pétrole, pollution urbaine et raréfaction des ressources à plus ou moins long terme nous avons intérêt à privilégier l’efficacité énergétique. Le PPC 601 en version « system on chip » intégrant tout l’ordinateur à part la puce graphique consomme 3 Watt à 533 Mhz: pas de ventilateur, pas de bruit, consommation ridicule.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :