Un nombre fini de singes

Il paraît que peu de gens arrivent vraiment à comprendre le concept de l’infini. Il y a une différence fondamentale de nature entre un nombre fini, même extrêmement grand, et l’infini proprement dit. Par exemple, on dit parfois qu’un nombre infini de singes tapant au hasard sur des machines à écrire finit inévitablement par reproduire l’intégrale des oeuvres de Shakespeare. Ce qu’on omet malheureusement, c’est qu’un nombre fini de singes peuvent aussi, théoriquement, parvenir à ce résultat, mais cela leur prend un temps infini. Ou encore, qu’une fois lesdites oeuvres reproduites, il faut un temps infini pour retrouver, parmi la masse (infinie aussi) de ces écrits à peu près aléatoires, la section précise que les reproduit exactement.

Shakespeare dans les cordes

Ce sont les réflexions qui me viennent quand j’entends parler de la convention citoyenne pour le climat. Ces 150 fiers singes citoyens, sélectionnés habilement parmi la masse des Français disposant d’un téléphone et pas assez d’instinct de préservation pour refuser un appel d’un numéro inconnu ou pour trouver moyen de ne pas se laisser embringuer dans une aventure promettant de leur bouffer plusieurs week-ends, et assise sur une légalité douteuse, auront bravement réussi, en un temps fini, à plagier le travail ordinaire de nos singes officiels parlementaires.

Imaginez ! Vous vous retrouvez propulsé dans une formation accélérée de maître du monde législateur de 7 week-ends, coaché de près par un panel d’experts (choisis expressément par le think tank Terra Nova) vous expliquant, en long et en large, mais surtout de travers, que la planète va très très mal, que des pays entiers sont sur le point d’être submergés sous les eaux du changement climatique, et que pour y remédier, il faut baisser l’émission moyenne en CO2 de chaque Français de plus de 11 tonnes à moins de 3 par an. Sous peine de fin du monde, avec illustrations éschatologiques et culpabilisation individuelle. Pas de pression.

Garbage In, Garbage Out

Lesdits citoyens sont donc pris la main par des hauts-fonctionnaires et conseillers ministériels (officiels et officieux, sélectionnés par la hiérarchie interne de partis politiques et leurs associations satellites, existant en périphérie et en parallèle des institutions constitutionnelles), pour garantir que les mesures colleront bien au format attendu: plus de réglementation, et celle-ci doit être fournie prête à voter en assemblée par une majorité aeuglément aux ordres de l’exécutif. Vous avez dit démocratie ?

Cette fabuleuse expérience aura a donc permis de confirmer que, oui, n’importe quel quidam pris au hasard peut s’improviser député ou sénateur au pied levé, sans que le résultat produit ne change en nature ou qualité. Et bénévolement, qui plus est ! La conclusion logique est laissée à l’appréciation du lecteur.

Une question d’attitude

Tant que l’islam fera peur, fera baisser les yeux, ou fera taire, les lâches et les faibles animés de colère mal-placée se sentiront puissants et forts d’en être.

oooh burn

Je les emmerde.

Rappels rapides

Si vous croyez fermement que les gens avec qui vous n’êtes pas d’accord ne devraient pas avoir de représentation politique, alors vous ne croyez pas à la démocratie.

Et si vous pensez en plus que l’état a légitimité à réguler la liberté d’association et peut utiliser la force pour déterminer quel groupe ou quelle association peut exister ou pas, vous êtes un fasciste.

Jancovici en PLS

Il paraît qu’Agnès Buzyn se sent mal…

… j’ai envie de demander: combien de température ?

Non pas que le spectacle d’une politocarde hydroponique (=élevée hors de tout contact avec le sol) implacablement positionnée comme fusible prête à sauter, chèvre-émissaire pour tous les manquements (de plus en plus visibles), toutes les critiques (de plus en plus véhémentes et maintenant judiciarisées), et toutes les failles (de plus en plus béantes) de Notre Système de Santé Que Le Monde Entier Patati Patata… me réjouisse.

Non, j’arrive à avoir de l’empathie même pour les cancrelats, et je peux comprendre l’état d’esprit même d’un odieux criminel ou d’un insupportable narcissique, hélas. J’ai été un connard assez souvent pour pouvoir me mettre dans les baskets d’un autre Connard. Le ressentiment d’injustice d’Agnès doit être à la mesure de la trahison qu’elle a subi de Macron. Pensez donc: celui-ci dicte la conduite du gouvernement jour après jour, au mot près, avec le tâtonnement contradictoire qui signe la plupart de ses interventions illisibles (un comble). Et elle, obéit avec la fierté du clou. Et se voit utiliser comme du papier hygiénique, au final. Fâcheux concours de circonstances, d’avoir dû dégager du gouvernement pile au moment idéal pour prendre tout dans la gueule à sa place… vraiment ?

Si vous ne connaissez pas encore Defakator, je vous invite fortement à prendre une petite heure de votre temps pour le découvrir ci-dessous. Dans ce reportage il parle de comment se déroule factuellement la gestion de crise par les autorités publiques en France:

Si la manière dont l’incendie de Lubrizol (et pas mal d’autres crises) a été « géré » par les autorités – à coup de déni, de mensonges, de contradictions et d’hésitations avec une bonne louche d’auto-justification douteuse a posteriori – vous rappelle quelque chose, c’est que votre cerveau est en état de marche.

L’observation des faits amène à une conclusion édifiante et consternante: encore et encore, laisser la gestion des crises à l’état aggrave ces crises, en introduisant des aléas moraux supplémentaires, et en détournant les ressources dont on a besoin pour assister les victimes vers la censure, les mesures autoritaires stupides et l’auto-justification a posteriori des autorités. La seule tâche que l’état s’échigne à accomplir réellement, c’est de se justifier. Le reste n’est qu’accessoire et colifichet pour l’édification des masses.

La messe républicaine est maintenue envers et contre tout
Les grands rites religieux de la république demandent des sacrifices.

Aussi paradoxal que cela paraisse, les enseignements que laissent les catastrophes, du 11 Septembre à l’ouragan Katrina en passant par Tchernobyl, c’est que nous réagissons à peu près toujours mieux et plus humainement quand on est seul parmi les autres, concerné directement et à égalité d’autrui face au risque ; que quand on se considère comme un membre d’un sous-groupe à part, et uniquement concerné collectivement par un danger immédiat mais distant.

Macron donne l'exemple
Quand tu te sens pas concerné

Bref, c’est en étant tous pareillement livrés à nous-même et conscients de notre responsabilité envers chacun, que nous faisons preuve de notre meilleure cohésion sociale et des réactions les plus saines. Et c’est quand on se place au-dessus des autres qu’on les malmène.

Perpétuer l’illusion que certains ont besoin d’être responsables de tout à la place de tous les autres garantit à coup sûr qu’ils vont faire n’importe quoi et nous enfumer. Par effet d’éviction, l’état nous prive de la capacité d’intervenir au mieux dans les crises, et dilapide les moyens de faire face en diversions contre-productives, en bévues opportunistes (comme interdire les tests pas made-in-France pour favoriser les potes) et en gesticulations post-hoc des plus déplacées.

Le fond du problème est connu: à force de se prétendre le représentant et garant de « l’intégrêt général », on en vient à l’assimiler à son propre intérêt personnel, et à considérer les intérêts de tous les autres comme rivaux. C’est comme cela que les agences étatiques, faute de mise en cause, faute de ce que les zangliches appellent « accountability », en viennent à perdre contact avec le sol, et virent « rogue » – devenant de dangereux parasites collectifs.

Vous voyez c'est chiant d'être assigné à résidence

Lèse-imam

2020, République Apaisée et Irréprochable de France: la Garde des Sceaux (c’est-à-dire la Ministre de la Justice) contredit publiquement et en toute décontraction la loi et la Justice qu’elle a pourtant la prétention de protéger et d’appliquer…

Pour commencer, le respect n’est pas dû, il se mérite ; et jusqu’à preuve du contraire le bilan de l’islam en la matière laisse plus qu’à désirer, à voir le déchaînement d’insultes et menaces proférées envers la jeune fille (mais où sont passées les féministes qui devraient se précipiter à sa défense ?). Ensuite, pour autant que la rationalité est l’exercice permanent de l’esprit critique, dénoncer la bêtise et le dogmatisme par exemple dans les cultes du moment est le devoir moral de tout être pensant – que ce soit pour les non-musulmans une manière d’aiguiser leur intellect tandis que pour les musulmans, c’est une manière d’améliorer leurs croyances en les ajustant suivant les preuves et la raison. Une oeuvre morale que l’islam piétine ouvertement en exigeant la soumission crasse et aveugle à son dogme (le nom même de cette foi signifie bien soumission). Et enfin, quelle farce que de poursuivre Mila pour « incitation à la haine », alors que ce qui lui est reproché par la foule hargneuse qui l’a fait expulser de son lycée, c’est précisément l’exercice de sa liberté de conscience, qui lui a fait dénoncer la haine qu’elle perçoit inhérente à l’islam.

Le désaccord, la confrontation des idées et leur destruction impitoyable par tout argument valable sont des biens communs produits au bénéfice de tous, qui nous élèvent toujours plus haut et plus loin sur la voie de la vérité et de l’accomplissement. Entraver ce travail de destruction créatrice, en muselant la liberté d’expression par l’intimidation et la force, est un crime contre l’humanité.

Et puis, comme le dit crûment Mila, l’islam est effectivement une religion de merde: en matière de morale, de droit, d’hygiène, de société, de nutrition et de politique c’est un ramassis d’âneries quasiment ininterrompues, et de l’avis de ceux qui parviennent (à grand peine) à la fuir, même en matière de vie personnelle le bilan est très négatif, avec des familles brisées, des violences très (trop) courantes, et un coût personnel effarant.

Curieux pays où dénoncer la haine vous fait poursuivre pour incitation à la haine – hypocrite criminalisation d’idées qui devraient être libres. Et sinistre constat: l’esprit Charlie est bel et bien mort sous les balles d’une paire de crétins fanatiques il y a quelques années, on aura seulement mis du temps à s’en rendre compte. Comme ces choses vont vite. Comme ce pays sombre aisément.

Brexit, Irlande, Backstop: mais que se passe-t-il ?

Alors qu’approche le 29 Mars 2019, date limite déjà repoussée de la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union Européenne, alias Brexit, et tandis que Theresa May, Premier Ministre dudit Royaume-Uni, se démène pour tenter de mettre d’accord d’un côté les Conservateurs de son camp, Ministres, Lords et Députés, et de l’autre le Conseil de l’Europe et Eurodéputés, un mot revient avec régularité dans l’actualité. Ce mot, c’est « backstop ».

Lire la suite

Les Vandales enseignent le latin

Leurs chefs (les Connards) ayant décidé que les poissoniers se devaient de savoir le latin, les Vandales se sont empressés d’aller leur apprendre à leur manière.

Le problème avec la Toile de la Pensée

A mesure qu’émerge des médias sociaux la nouvelle profession de formeur d’opinions, la grande majorité des individus participant à ces nouveaux médias se voit offrir des jeux entiers d’opinions à la cohérence plus ou moins satisfaisante, chacun accompagné du sentiment d’appartenir à une tribu. Abonnez-vous à mes croyances, vous recevrez en prime quelques kilos d’acceptation sociale ! On a même un signe de ralliement, des rites sacrificiels un Patreon, et des t-shirt à logo à des prix raisonnables !

Lire la suite

L’avénement annoncé de la Toile de la Pensée

Le coût de l’accès à l’information – de quelques sorte que ce soit: du trivial au plus spécialisé, tel que d’infimes détails de casting d’une obscure série télévisée étrangère jusqu’aux critères statistiques exacts retenus dans un modèle d’analyse d’une expérience scientifique précise – s’est effondré en à peine un siècle. L’une des conséquences immédiates de cette incroyable extension du domaine de la connaissance possible, c’est que les individus ont changé leur manière de s’informer: plutôt que de procéder de leur propre initiative à la recherche explicite d’une information donnée, ils laissent à la place le torrent continu d’information s’abattre sur eux de toutes parts pour ne retenir que le signal qui attire leur attention sur le moment.

Lire la suite

Hayek et le problème de l’information

Traduction d’un article original de Jeffrey Tucker.

Friedrich A. Hayek est une grande figure de l’histoire de la liberté humaine: un défenseur de la liberté à une époque où la plupart des intellectuels du monde entier se tournaient vers les idéologies du commandement et du contrôle. Son héritage littéraire continue de fournir certains des arguments les plus puissants en faveur de la dépolitisation de l’ordre social, y compris dans le domaine du commerce.

Mais, d’après mon expérience, il reste aussi un des penseurs les plus difficiles à bien saisir.

Ainsi, après sa mort en 1992, un magazine m’a chargé de produire une synthèse finale de sa vie et de son œuvre, résumant ses principales contributions, à destination d’un public non-averti. C’est le type de travail qui vous fait le mieux prendre conscience de tout ce que vous savez vraiment – ou ignorez – d’un sujet donné.

Je m’imaginais que ce serait simple et rapide. Lire la suite

Trepalium: entre fantasme, ignorance et fascination

Dans l’Allemagne divisée par l’occupation soviétique, un mur hérissé de barbelés et fortement gardé divisait un même peuple en séparant physiquement ceux à qui il était permis de vivre à leur manière et choisir librement comment gagner leur vie (qui pouvaient ainsi prospérer et se ménager un avenir meilleur et des loisirs), et ceux à qui cela était interdit (devant donc se cacher pour mener leurs combines et leurs trafics). La nouvelle série télévisée d’Arte, Trepalium, reprend et renverse presque entièrement ce tragique épisode de l’Histoire pour proposer une vision très franco-centrée des angoisses et des craintes sur l’avenir économique de notre pays, dans lequel le mur séparerait d’un côté ceux qui sont asservis par un système oppressif régulant chaque aspect de leur vie, et de l’autre ceux qui sont libres d’agir à leur guise… à ceci près qu’à rebours de la réalité historique, cette fois, la misère économique et sociale se trouve chez les seconds plutôt que chez les premiers.

Lire la suite