Guerre contre le gras: le magazine Time rend les armes

Drôle de « une » pour le célèbre magazine Time cette semaine. Et d’autant plus drôle que cette « une » contraste étrangement avec celle qui garnissait le même magazine il y a trente ans:

Pendant des décennies nous avons diabolisé la graisse. Mais la science récente révèle que ce n’est pas la graisse qui a détérioré notre santé.

L’un des instruments les plus puissants de cette diabolisation était justement la presse généraliste, avec Time en première ligne. L’assaut quasi-permanent, dans les années 80, contre toute trace de gras dans nos aliments, la publicité vantant les mérites du « light » et de « l’allégé », et pour finir le tir de barrage des gouvernements sur les professionnels de la santé, ont réduit la part du gras dans l’alimentation du public. Et nous sommes globalement devenus plus gros et plus malades. Pendant ces trente ans séparant les deux couvertures de Time, plusieurs centaines de milliers de morts évitables ont été causées par des recommandations nutritionnelles erronnées. N’attendez ni excuses ni justification, ne faites pas attention au scandale de santé publique derrière le rideau, circulez il n’y a rien à voir, citoyen.

La graisse n’a jamais été l’ennemi, le cholestérol est un allié, effectivement. Mais contrairement à ce que dit Time cette semaine, ce n’est pas la science récente qui le dit, mais la science tout court, depuis toujours. C’est un peu facile de critiquer les scientifiques, pour les journalistes de Time. Car ce sont des scientifiques qui expliquent depuis des années que la graisse n’est pas coupable. C’est ce que disent des gens comme les docteurs Masterjohn, Eades, Jaminet, Dahlqvist, Eenfeldt, Attia, Oliver, Enig, et tous ceux qui les ont aidé à le faire savoir autour d’eux: Gary Taubes, Tom Naughton, Jimmy Moore, Petro Dobromylskyj et de manière générale tous les participants réguliers aux symposiums de l’Ancestral Health Foundation.

C’est intéressant aussi de voir que, pour une fois, les USA agissent en suiveurs de mode alimentaire, plutôt qu’en précurseurs: la Suède a changé ses recommandations nutritionnelles officielles vers un retour aux graisses saines, et la Norvège va probablement suivre rapidement.

Trente ans de perdus… Mieux vaut tard que jamais.

Lundi matin…

Il s’ennuyait. Terriblement.

Sous son bureau sa main caressait négligemment son sexe à travers son pantalon en tissu fin. C’était presque devenu une habitude, un rituel : tous les lundis matins à 10 heures tapantes elle entrait dans son bureau pour lui annoncer ses rendez-vous de la semaine et dès qu’elle franchissait la porte il commençait ses caresses discrètes.

Cette fois elle avait mis une jupe. Il l’avait remarqué tout de suite, et ça la rendait encore plus désirable. Etait-il possible que son désir soit réciproque ? Avait-elle choisi sa tenue sciemment pour le provoquer ? Ces questions se bousculaient dans sa tête, et il savait qu’il fallait agir. Surtout, ne pas rester passif comme les fois précédentes, profiter de cette ouverture imaginaire ou réelle, au risque de ne jamais conclure.

Il se leva et fit mine d’aller chercher un dossier derrière elle… « bon sang le rapport du service financier devait sûrement être là, non ? Mélanie, aidez-moi à le trouver, voulez-vous ? Je suis pourtant sûr de l’avoir vu il n’y a pas si longtemps ! C’est un dossier rouge, il ne doit pas être loin ! » Elle s’était levée pour l’aider et comme il l’avait prévu se dirigeait vers son bureau ou le dossier était bien visible sous quelques feuilles volantes… Malgré ses quelques kilos en trop il était rapide et se colla promptement à elle si bien qu’elle ne pu se retourner pour lui donner. Elle était face à son bureau, il était collé à son dos, et ils ne bougeaient plus ni l’un ni l’autre.

Le nez dans son cou, le torse contre son dos, il entendait sa respiration presque haletante. Lentement il posa les mains sur ses hanches et remonta lentement vers ses seins. Elle recula contre lui, et sa respiration se fit plus rapide. C’était un encouragement, sans aucun doute. Elle l’aurait déjà giflé si elle n’avait pas été d’accord.

Il remonta sa jupe sur ses hanches d’un geste prompt et plaqua son torse contre le bureau. Elle était excitée sans l’ombre d’un doute, il le sentait sous ses doigts. Il défit sa braguette et libéra son pénis, puis écarta son string et la pénétra. Elle s’appuya à son pubis et commença à onduler en gémissant doucement. Ca l’excita énormément, et il accompagna son mouvement avec des plus en plus d’amplitude. Ils jouirent tous les deux en même temps et restèrent un moment dans cette position, reprenant leurs esprits. Puis il se rhabilla rapidement et sorti du bureau, la laissant se rajuster. « A la semaine prochaine ! » dit-il en souriant intérieurement : les lundis matin ne seraient plus ennuyeux dorénavant.

Réforme: un discret revirement d’opinion dans la fonction publique

Pour un grand nombre de libéraux, il est entendu que la fonction publique française est imposible à réformer en pratique, que seul un gouvernement d’une grande fermeté et ouvertement hostile au statut de fonctionnaire (ainsi qu’à tous les avantages catégoriels qui lui sont associés) serait éventuellement à même d’imposer, sans pouvoir éviter une confrontation directe, des réformes comparables à celles qui eurent lieu en Nouvelle-Zélande au siècle dernier. Heureusement, cette vision caricaturale des choses est de plus en plus éloignée de la réalité.

Lire la suite

Géométrie variable de l’express-ion

Plus le temps passe et plus l’odeur de fascisme qui émane de tout ce qui ressemble de près ou de loin à une institution (pas seulement le gouvernement, mais aussi les syndicats, les corporations spécifiques – taxis, médecins, etc. – ou encore la presse) se fait de plus en plus intense, au point d’être aujourd’hui insoutenable.

Au coeur du cancer français, la bureaucratie

L’incapacité persistante et de plus en plus embarrassante (même les Suisses, pourtant modèles de retenue, font à présent de l’humour sur le sujet !) de l’état français à maîtriser ses dépenses témoigne de l’absolu pouvoir de la bureaucratie dans ce foutu pays pays foutu. Quelque soit le président du moment, la couleur (ou le genre) du gouvernement, la majorité en place dans les chambres dites ‘représentatives’, ou l’âge du capitaine, malgré la nécessité de plus en plus impérieuse – beaucoup ici considèrent d’ailleurs que le point de non-retour a dores et déjà été dépassé – d’enfin stopper l’hémorragie financière entamée il y a des décennies, malgré la prise de conscience populaire de ce triste état de fait, il faut constater que rien n’y fait: les dépenses publiques françaises continuent d’augmenter à chaque minute qui passe. Aucun ministre n’arrive à calmer le galop déchaîné de son mammouth dédié, aucun député n’ose s’avancer pour être de ceux qui bloqueront pour la première fois le vote du budget et seraient immédiatement fusillés désignés responsables des ruades brutales que ne manquerait pas d’effectuer immédiatement tout ce que le pays compte de fonctionnaires directement pris au portefeuille.

En très bref: ce sont les administrations qui règnent sur la France.

Les politocards, vus revus et entendus ad nauseam n’en sont finalement que les têtes empaillées, déconnectées mais brandies pour détourner l’attention des véritables points faibles de la bête, ils sont les multiples masques d’une hydre visqueuse et translucide, des faces que l’on paie fort cher pour faire pur acte de représentation – un spectacle comico-tragique auquel on doit d’ailleurs pas mal d’excellents articles d’H16 :)

L’Ennemi, le vrai, le froid et maléfique adversaire de toute justice, de tout bonheur et de tout espoir, c’est la bureaucratie. Cette idée funeste que Les Choses Doivent Se Dérouler Selon Les Règles Parce Que, Pardi, Il Faut Des Règles, au mépris de toute empathie, de toute réflexion, de toute considération pour quiconque, et que la moindre déviation, le moindre pas hors des clous décrétés, ne peut qu’être réprimé (et automatiquement puni de l’amende de la catégorie adéquate)… est en train de nous achever, après nous avoir bien essorés, rincés, étrillés et lacérés non-stop pendant des années.

Si vous tenez à votre âme, si vous voulez sauver ce qui peut encore l’être, par pitié: niez l’autorité, moquez-la. Ridiculisez les petits chefs. Balayez les convenances, la pression sociale interne, le conformisme administratif et les procédures rigides comme la vaste hallucination collective absurde qu’ils constituent réellement. Remettez tout en question. Voyez enfin les institutions de ce pays, et tout ce que vous croyez nécessaire à la bonne marche de la civilisation – élections forcément gages de démocratie, parlement forcément représentatif, information forcément de masse, consentement forcément implicite à l’impôt, critères de moralité forcément établis par « en haut », respect forcément dû aux élites et aux assermentés, monnaie forcément issue de l’état, retraite forcément par répartition, assurance santé forcément collective, école forcément publique, etc… pour ce que c’est vraiment: pure superstition.

Ralliez-vous au genre humain, faites face à la peur de votre liberté, abandonnez le monstre hideux de la soumission aveugle et administrative à l’autorité.

Les vandales aiment être en bonne compagnie

… c’est pour ça qu’ils n’ont aucun problème pour embaucher des pédophiles, des violents, des racistes, des maniaques sexuels et des menteurs.

Il y a 50 ans…

… une immonde raclure prenait une balle bien méritée dans la tête. Beaucoup se serviront aujourd’hui de cet évènement pour dénoncer toutes sortes « d’attaques contre la démocratie », la plupart fictives, sans réaliser – ironie mordante – que le mort en question n’était pas le dernier à pisser dessus. La soumission généralisée a besoin de héros et de « grands » hommes: au besoin elle en fabrique de toutes pièces.

La liberté et l’émancipation ont besoin qu’on abatte les idoles.

Science et politique: une fable

Texte original d’Eliezer Yudkowski.

A l’époque de l’Empire Romain, la vie civile fut divisée entre les camps des Verts et des Bleus. Les Bleus et les Verts s’entretuaient en duels, dans des embuscades, dans des batailles rangées, dans des émeutes. Procopius disait de ces camps: « Il croît en eux pour leur prochain une hostilité qui n’a pas de cause, et qui ne s’interrompt ni disparaît à aucun moment, car elle ne laisse de place ni aux liens du mariage ni des relations ni de l’amitié, quand bien même ceux qui s’opposent sur ces couleurs seraient frères ou parents. » Edward Gibbon écrivait: « Le soutien à une des factions devint un passage obligé pour tout candidat aux honneurs civils ou ecclésiastiques. »

Qui donc étaient ces Verts et ces Bleus ?
Lire la suite

La demi-France de mi-Hollande

Monsieur François Hollande, dans sa récente conférence environnementale, a prophétisé une diminution de moitié de la consommation d’énergie en France. Si, pour quiconque est familier des échecs répétés du malthusianisme et des prédictions fatalistes à la Club de Rome des 70s, cette déclaration peut prêter à rire, je la vois au contraire comme une sinistre promesse auto-réalisante.

Car il y a tout lieu de penser que cet objectif, notre gouvernement socialiste est bel et bien capable de l’atteindre, pour notre plus grand malheur.
Lire la suite

Obama prié de donner son Prix Nobel à Poutine

Communiqué de l’Agence Fausse Presse:
Suite à l’acceptation par la Syrie de démanteler ses armes chimiques le Comité Nobel a exigé du président des USA Barack Obama qu’il donne son Prix Nobel de la Paix au président russe Vladimir Poutine.

La Fin du Monde !

Les descriptions grandiloquentes de fin du monde et d’anéantissement total ne sont pas l’apanage des seules religions. La Science aussi a sa propre forme d’eschatologie. Tout droit issue de la thermodynamique, la Science annonce une fin du monde inéluctable: la Mort Entropique de l’Univers.

Qu’est-ce donc ?
Lire la suite

Les vandales n’aiment pas qu’on fasse leur boulot à leur place

Après que l’équipe de football américain « Big Red », de Steubenville dans l’Ohio, se soit amusé à violer en réunion et à de multiple reprises une jeune fille de 16 ans qu’ils avaient rendue inconsciente à coup d’alcool, la police a promptement abandonné l’enquête et classé la plainte des parents de la victime « faute de preuve ».

Après que le hacker Batcat, membre d’Anonymous, ait aidé deux autres hackers, Lostutter et KYAnonymous, à rassembler les fameuses preuves manquantes (c’est-à-dire des photos dont certaines avaient été brièvement publiées sur Twitter par les violeurs, et une vidéo de 12 minutes dans laquelle l’un d’eux raconte, rigolard, la série de viols) et ait même ensuite poussé jusqu’à craquer (trivialement) l’accès au site de l’équipe Big Red pour y déposer toutes ces preuves au vu et au su de tous, le FBI a cru nécessaire de débarquer au petit matin, en tenue d’assaut, chez Lostutter pour y voler tous les ordinateurs et séquestrer les occupants (Lostutter, son frère KYAnonymous et la petite amie de ce dernier).

Tout cela ayant fait grand bruit dans la presse locale, les policiers ont dû se résoudre a rouvrir la plainte, et deux des violeurs, Trent Mays et Ma’lik Richmond, ont été condamnés à un an de détention en centre pour jeunes.

Lostutter et son frère en revanche risquent dix ans de prison pour avoir fait le travail que la police refusait de faire, et pour l’avoir fait mieux qu’eux, plus rapidement et gratuitement.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.