Capitalisme véritable et retraite à 30 ans pour tous

Quatre adultes, un couple marié et les parents de la femme, sont assis sous un porche dans une chaleur abrutissante dans la petite ville de Coleman, au Texas, à environ 53 miles d’Abilene. Ils sirotent tristement de la citronnade, observant le ventilateur souffreteux et entamant de temps à autre une partie de domino.

À un moment, le père de l’épouse suggère qu’ils se rendent à Abilene pour se restaurer dans une cafétéria. Le gendre pense que c’est une idée folle mais n’ose pas contrarier sa femme qui voit si peu ses parents. Les deux femmes ne semblent pas opposées à cette idée et voilà tout ce petit monde entassé dans une Buick sans air climatisé, qui soulève sur le chemin des nuages de poussière. À Abilene, ils mangent un déjeuner médiocre dans un endroit glauque et reviennent à Coleman épuisés, suants, et peu satisfaits du périple.

C’est une fois de retour à la maison qu’ils se rendent comptent qu’aucun d’eux n’avait vraiment voulu aller à Abilene. Le beau-père l’avait proposé et les autres l’avaient accepté juste parce que chacun avait pensé intérieurement, sans le vérifier, que les autres étaient désireux d’y aller.

Lire la suite

Paix verte

Un type qui appartient à un Ordre est tout aussi susceptible de brandir l’étendard de la révolution que celui de la réaction, du moment que c’est un étendard.

Le conformiste est celui qui dit « Je crois en ceci parce que les autres y croient », tandis qu’un individualiste dit « Je crois en ceci car la raison me dit que c’est vrai, pas parce que d’autres y croient ». Mais il y a encore plus vil dans la lâcheté que le conformiste: le non-conformiste à la mode. — Ayn Rand

Mon oncle Jeb avait toujours été un homme tatillon, sec et rigide, dont la conception froide, grise et âprement misanthrope de l’existence prenait systématiquement le pas sur toute autre considération – y compris celle suggérant que cette vision du monde pourrait être erronnée. J’ai toujours eu beaucoup de peine pour ses enfants – ils souffraient en permanence de divers désordres gastriques à cause de leur régime alimentaire strictement végétarien bio, ils n’avaient jamais eu le moindre jouet fonctionnant sur pile (et ce malgré l’existence de piles rechargeables et la possibilité du recyclage des piles usées), et « s’amuser dehors » signifiait pour eux de longues heures coincés à l’arrière d’un vélo tandem derrière leur père, qu’il pleuve ou qu’il vente. Aisé financièrement mais pingre à l’excès, cet homme vivait une existence chiche de renoncement stoïque à toute forme de confort et de réjouissement, déni qu’il imposait aussi, à sa manière de censeur impitoyable et désapprobateur, à toute sa famille et leur entourage.

Aujourd’hui qu’il s’est étiolé jusqu’à ne plus être guère qu’une barbe surmontée de petits yeux pleins de jugement bigot et de ressentiment amer, je me demande s’il a jamais vraiment cru en quoi que ce soit, s’il n’a finalement été guidé, toute sa vie, que par la crainte de tout ce qui l’entourait, et par un profond sentiment d’être inadéquat, immérite et coupable d’exister – sentiments qu’il projetait par dégoût de soi sur le monde entier.

Et ils sont des milliers et des milliers de clones de mon oncle, doctement organisés, comme chez Greenpeace, à clamer vouloir non pas améliorer le monde, mais plutôt le juger, le condamner et le mettre aux fers pour, enfin, le rendre aussi étriqué, gris, froid et sec que possible, en faire le seul monde prévisible, refermé et limité que supporterait leur psyché fragile. A rechercher une « pureté existentielle » et un « monde plus simple » de totale fiction, qui n’ont jamais existé nulle part et en aucun moment de l’Histoire de la vie.

Je sais qu’il existe des écologistes rationnels, et je fais de mon mieux pour pouvoir me compter du nombre, qui peuvent accepter l’idée que les capacités de l’Homme impliquent de lui le devoir moral non pas de retourner se tapir dans une grotte, mais de gardienner, de prendre un minimum de soin et de rationnaliser aussi son environnement en maintenant un équilibre de sagesse entre les bénéfices du progrès et les dégâts de l’excès.

Malheureusement chaque message potentiellement positif de leur part est noyé par l’éructation obscène des jugements grinçants et pompeux d’éco-clowns portés par l’effet de groupe, ruinant par leur seule vocifération chaque cause valable l’une après l’autre, disposés à détourner toute trace de sanité à leur propre usage égotiste et auto-déprécateur, quitte à enterrer dans leur sillage de destruction toute raison, toute science, tout espoir et surtout tout intérêt encore présent dans le public pour l’environnement lui-même.

Au coeur du cancer français, la bureaucratie

L’incapacité persistante et de plus en plus embarrassante (même les Suisses, pourtant modèles de retenue, font à présent de l’humour sur le sujet !) de l’état français à maîtriser ses dépenses témoigne de l’absolu pouvoir de la bureaucratie dans ce foutu pays pays foutu. Quelque soit le président du moment, la couleur (ou le genre) du gouvernement, la majorité en place dans les chambres dites ‘représentatives’, ou l’âge du capitaine, malgré la nécessité de plus en plus impérieuse – beaucoup ici considèrent d’ailleurs que le point de non-retour a dores et déjà été dépassé – d’enfin stopper l’hémorragie financière entamée il y a des décennies, malgré la prise de conscience populaire de ce triste état de fait, il faut constater que rien n’y fait: les dépenses publiques françaises continuent d’augmenter à chaque minute qui passe. Aucun ministre n’arrive à calmer le galop déchaîné de son mammouth dédié, aucun député n’ose s’avancer pour être de ceux qui bloqueront pour la première fois le vote du budget et seraient immédiatement fusillés désignés responsables des ruades brutales que ne manquerait pas d’effectuer immédiatement tout ce que le pays compte de fonctionnaires directement pris au portefeuille.

En très bref: ce sont les administrations qui règnent sur la France.

Les politocards, vus revus et entendus ad nauseam n’en sont finalement que les têtes empaillées, déconnectées mais brandies pour détourner l’attention des véritables points faibles de la bête, ils sont les multiples masques d’une hydre visqueuse et translucide, des faces que l’on paie fort cher pour faire pur acte de représentation – un spectacle comico-tragique auquel on doit d’ailleurs pas mal d’excellents articles d’H16 :)

L’Ennemi, le vrai, le froid et maléfique adversaire de toute justice, de tout bonheur et de tout espoir, c’est la bureaucratie. Cette idée funeste que Les Choses Doivent Se Dérouler Selon Les Règles Parce Que, Pardi, Il Faut Des Règles, au mépris de toute empathie, de toute réflexion, de toute considération pour quiconque, et que la moindre déviation, le moindre pas hors des clous décrétés, ne peut qu’être réprimé (et automatiquement puni de l’amende de la catégorie adéquate)… est en train de nous achever, après nous avoir bien essorés, rincés, étrillés et lacérés non-stop pendant des années.

Si vous tenez à votre âme, si vous voulez sauver ce qui peut encore l’être, par pitié: niez l’autorité, moquez-la. Ridiculisez les petits chefs. Balayez les convenances, la pression sociale interne, le conformisme administratif et les procédures rigides comme la vaste hallucination collective absurde qu’ils constituent réellement. Remettez tout en question. Voyez enfin les institutions de ce pays, et tout ce que vous croyez nécessaire à la bonne marche de la civilisation – élections forcément gages de démocratie, parlement forcément représentatif, information forcément de masse, consentement forcément implicite à l’impôt, critères de moralité forcément établis par « en haut », respect forcément dû aux élites et aux assermentés, monnaie forcément issue de l’état, retraite forcément par répartition, assurance santé forcément collective, école forcément publique, etc… pour ce que c’est vraiment: pure superstition.

Ralliez-vous au genre humain, faites face à la peur de votre liberté, abandonnez le monstre hideux de la soumission aveugle et administrative à l’autorité.

Science et politique: une fable

Texte original d’Eliezer Yudkowski.

A l’époque de l’Empire Romain, la vie civile fut divisée entre les camps des Verts et des Bleus. Les Bleus et les Verts s’entretuaient en duels, dans des embuscades, dans des batailles rangées, dans des émeutes. Procopius disait de ces camps: « Il croît en eux pour leur prochain une hostilité qui n’a pas de cause, et qui ne s’interrompt ni disparaît à aucun moment, car elle ne laisse de place ni aux liens du mariage ni des relations ni de l’amitié, quand bien même ceux qui s’opposent sur ces couleurs seraient frères ou parents. » Edward Gibbon écrivait: « Le soutien à une des factions devint un passage obligé pour tout candidat aux honneurs civils ou ecclésiastiques. »

Qui donc étaient ces Verts et ces Bleus ?
Lire la suite

La Fin du Monde !

Les descriptions grandiloquentes de fin du monde et d’anéantissement total ne sont pas l’apanage des seules religions. La Science aussi a sa propre forme d’eschatologie. Tout droit issue de la thermodynamique, la Science annonce une fin du monde inéluctable: la Mort Entropique de l’Univers.

Qu’est-ce donc ?
Lire la suite

Manger-Bouger: 12 ans d’échec constant des politiques publiques de prévention

« Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas »

– Manger-Bouger, saison 2

Depuis une grosse trentaine d’années, le surpoids et l’obésité sont en progression nette dans les populations des pays industrialisés, y compris en France. Sur cette période, le diabète de type 2 a pris des proportions épidémiques: sa fréquence a été multipliée par près de 4 et aujourd’hui en France cette seule maladie représente 10% des dépenses de la sécurité sociale – elle est aussi la première cause d’amputation, de cécité, de mise sous dialyse et d’invalidité complète. Au niveau mondial, cette maladie tue désormais plus que le SIDA. De la même manière, les maladies cardiovasculaires sont devenues la première cause de mortalité en France, comme dans de nombreux pays développés. L’hypertension artérielle est considérée comme une de leurs causes principales.

Ces trois affections: obésité, diabète et hypertension, sont regroupées sous l’appellation « troubles du métabolisme », car en fait de maladies, ce sont des ensembles de symptômes qui trouvent leur source dans un dérèglement plus ou moins généralisé du métabolisme humain – nos biomécanismes de régulation de l’énergie.

De 1990 à 2000, en France, l’obésité a augmenté en passant de 2 à 9% de prévalence, le diabète de 2 à 3%, l’hypertension de 9 à 13%. Les projections d’évolution pour l’avenir n’étaient pas bonnes du tout. Les Français étaient malades.

Fort heureusement, les autorités publiques veillaient, et une mission parlementaire a été créée fin 2000 pour étudier ces phénomènes et prendre les mesures de prévention nécessaires pour enrayer cette progression. Ces actions furent organisées lors des Etats-Généraux de l’Alimentation, le 13 décembre 2000, et commencèrent en 2001 avec un ambitieux programme lancé en grande pompe par Lionel Jospin, Premier Ministre d’alors.

Ce Programme National Nutrition et Santé (PNNS) est dès le départ soumis à une évaluation régulière et conditionné à des objectifs précis, avec en particulier celui de stopper l’augmentation de la prévalence de l’obésité adulte, du surpoids infantile, du diabète et de l’hypertension. Il inspire des plans similaires dans plusieurs autres pays, par exemple la Belgique, et fait référence au niveau de l’Europe. Mais 12 ans après, quel bilan peut-on concrètement faire de ces actions de prévention engagées par l’état au nom de la santé publique du public ?
Lire la suite

Soldes sur les prédictions

En début d’année il est d’usage de faire des prédictions. Je laisse ça à ceux qui ont plus de talent que moi. Non, je vais plutôt faire une revue de mes propres prédictions passées.
Lire la suite

Tuerie à l’école: la piste pharmaceutique

Alors que les journalistes français dépoussièrent leur conformisme en associant, d’emblée et sans réflexion, la tuerie de Newtown avec la permissivité des lois américaines en matière de possession et port d’arme, heureusement pendant ce temps certains se posent les bonnes questions, c’est-à-dire: qu’est-ce qui peut expliquer ce phénomène relativement récent ?
Lire la suite

Les cuistres volent en escadrille

Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés.

La différence, c’est le nom politiquement correct que nos tartuffes professionnels donnent à l’inégalité quand elle les arrange.
Lire la suite

2020, République Française

Depuis que l’Allemagne a quitté l’euro, peu après les houleuses élections de 2013, la monnaie unique s’est effondrée pour atteindre à grand peine la moitié de sa valeur de 2007. Du coup, dans la foulée, le pouvoir d’achat des Français, Espagnols, Italiens, Grecs, Belges, etc. a maigri un grand coup (mais le gouvernement dément). S’il est venu à quelqu’un l’idée d’un « indice Apple » de parité entre le dollar américain et l’euro, celui-ci serait à présent dans les 0,6: l’iPhone 6, à $600 outre-Atlantique, est affiché à 999 euro dans les boutiques françaises. C’est le prix hors-taxe, évidemment. Les rares entreprises qui n’ont pas encore Lire la suite

Petit Intermède

La graisse, ce faux ennemi

La graisse a mauvaise presse. On la traque dans nos aliments, on l’évite comme un poison, on l’accuse de tous les maux… En ces temps de « taxe Nutella » et de chasse à l’huile de palme, cette sorcière moderne, ce serait pourtant une bonne chose d’apprendre à connaître la graisse. Ou plutôt, les graisses au pluriel: car elles sont multiples et très différentes. Et de se rendre compte que celle qu’on accuse avec une telle unanimité pourrait en fait peut-être bien se révéler un allié puissant autant qu’inattendu de votre santé…
Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.